Test

Big Rumble Boxing : Creed Champions – Test – PlayStation 4

4 mn de lecture
image jeu big rumble boxing creed champion
image playstation 4 big rumble boxing creed champion
  • Big Rumble Boxing : Creed Champion
  • Disponible sur : PlayStation 4, Xbox One, Nintendo Switch, PC
  • Développé par : Survios
  • Edité par : Survios
  • Sortie le : 3 septembre 2021
  • Genre : Jeu de combat 3D
  • pegi12

Big Rumble Boxing : Creed Champion, pour les fidèles de Rocky

Ah, Rocky ! Aucune autre série de films ne peut se vanter d’avoir rendu le Noble art aussi cinématographique. Une véritable mythologie s’est formée autour de ce grand succès populaire, avec ses scènes cultes, ses musiques carrément légendaires, et ses personnages inoubliables. Le dernier d’entre eux est clairement Donnie Creed, fils d’Apollo, adversaire acharné puis grand ami de Balboa. Et tout ce beau monde est rassemblé dans Big Rumble Boxing : Creed Champions.

Rocky et le jeu vidéo, ce n’est pas une histoire née d’hier. Le premier jeu surfant sur la licence remonte à 1983 sur ColecoVision. Et ne dîtes pas qu’on remonte à la préhistoire, ce fut l’année de naissance de votre humble serviteur ! Par la suite, d’autres softs ont tenté l’aventure, notamment le plutôt sympathoche Rocky Legends, en 2004. Plus récemment, en 2018, le studio Survios (au développement et à l’édition), jusqu’ici spécialisé dans les expériences en réalité virtuelle, a sorti Creed : Rise To Glory en VR, apprécié par les amateurs de cette technologie. Le titre que l’on aborde dans notre article, Big Rumble Boxing : Creed Champions, s’inscrit cette fois dans le Versus fighting 3D à tendance défouloir.

L’écran principal de Big Rumble Boxing : Creed Champions signifie déjà beaucoup de choses. Assez peu de modes sont disponibles : Arcade (avec Histoire), Versus et Entrainement. Oui, pas hyper original. Mais, en même temps, on a de la musique officielle qui claque, et un habillage assez soigné. On se dit, donc, qu’on fait face à un jeu typique du courant « sous licence » : on a les étoiles plein les yeux, mais cela manque peut-être un peu de fond. Ce pressentiment, on va le retrouver tout au long de ce test. Sauf dans un domaine : le fan service. On le répète, l’habillage est de bonne qualité, et cela se vérifie avec un roster généreux. Rocky est là bien sûr, mais aussi son protégé Donnie Creed, le père de ce dernier, Ivan Drago. Au total, ce sont vingt combattants qui montent sur le ring, dont la moitié se débloque au cours du mode Arcade.

Un roster généreux, mais qui manque de différentiations

image test big rumble boxing creed champion

Les attaques s’accompagnent d’effets généreux.

Qui dit combattants, dit combats, vous vous en doutez. Big Rumble Boxing : Creed Champions est un jeu de boxe qui se dirige plus vers l’arcade que la simulation. À notre disposition, pour survivre aux rounds, on a un coup léger, un autre puissant, une super attaque, une esquive. Pour les offensives, on peut les associer à une direction afin de lancer des mouvements différents et, ainsi, contourner la défense adverse. On retrouve aussi des mécaniques comme les combos, mais aussi une jauge de Super. Oui, comme dans un Street Fighter IV ou un Guilty Gear, toutes proportions gardées bien évidemment. Pareillement, pilonner l’adversaire aura comme effet de briser la garde, offrant un moment afin de multiplier les dégâts. Ajoutons une bonne mobilité de l’avatar, parfois imprécise mais c’est assez agréable de tourner autour de l’adversaire afin de le pousser à la faute. Avec la pratique, on s’y fait.

Seulement voilà, derrière cette bonne prise en mains, vraiment efficace, Big Rumble Boxing : Creed Champions a un souci. Malheureusement, Survios n’a pas pu offrir une véritable caractérisation des boxeurs par la statistique. Bien entendu, la skin change, et la super attaque aussi. Mais tout le reste est identique, que vous incarniez Ivan Drago ou Rocky Balboa. Non, pas de différence de puissance, ni de rapidité. Dès lors, on n’a pas spécialement le besoin, ni l’envie, de maitriser plusieurs personnages. Cela fait toujours plaisir d’incarner un visage connu de cet univers, mais cela manque de spécificités. Du coup, on peut envoyer au tapis un golgoth en incarnant le très tatoué et peu développé Ramirez.

Le mode arcade assure le show

image gameplay big rumble boxing creed champion

On retrouve des personnages passés à la postérité.

On a donc plaisir à jouer, mais sans éléments inoubliables. Pareil pour le mode Arcade, certes très agréable la plupart du temps mais manquant de finalisation. Big Rumble Boxing : Creed Champions fait un effort considérable en nous proposant un scénario pour chacun des combattants du roster. C’est plus qu’une bonne intention : cela pousse aussi à essayer tous les personnages, alors que leur manque de spécificités réduit cet intérêt. On a donc des petites scénettes, mais aussi des phases d’entrainement qui se rapprochent en fait de QTE plus ou moins déguisés. Surtout, les sous-titres français sont certes une bonne chose pour le confort, mais cela manque d’une traduction qui soignerait le caractère de chacun des boxeurs. Oui, les récits se suivent, avec curiosité, mais cela peut encore se parfaire.

Plus dommage, le mode Versus de Big Rumble Boxing : Creed Champions ne propose pas de online. Du coup, on pourra s’amuser sur le canapé, mais pas avec un fan à l’autre bout de monde. Aussi, le mode Entrainement se résume à un sac que l’on tabasse sans trace d’un quelconque défi. Vous l’aurez deviné, la durée de vie s’appuie presque uniquement sur l’Arcade, il faut en être conscient. Ensuite, la technique souffle le chaud et le froid. Les effets de lumière sont assez étonnants, ça fonctionne bien. Par contre, les différents stages manquent de relief, c’est trop statique comparé aux cadors du genre. Surtout, les animations manquent de souplesse, et les modèle 3D de réalisme. Les bruitages, quant à eux, font un peu cheap. Heureusement que la grosse musique est là pour sauver le domaine sonore. Enfin, sachez que Koch Media distribue une version physique dont l’édition Day one contient un poster.

Conclusion

Big Rumble Boxing : Creed Champions n’est pas un mauvais jeu de combat en 3D, par contre on pourra regretter un certain manque de profondeur. Et ce dans quasiment tous les compartiments. La prise en mains est certes assez efficace, le gameplay reste basique. La vingtaine de combattants se ressemble, et le mode Arcade, s’il est agréable dans sa forme, a tout de même du mal à faire oublier certains ratés. Ajoutons que la technique ne nous satisfait qu’en (petite) partie, et l’on obtient un tableau qui pourrait être sombre. Seulement voilà, le fan service est tout de même assuré et, globalement, ça se joue sans trop d’anicroches. Donc l’expérience reste à tenter, surtout pour les fidèles de Balboa, et de son protégé.

11 /20
Articles liés
Test

Crystar - Test - Nintendo Switch

5 mn de lecture
Crystar, un bel univers mais une forme trop répétitive Passé un peu inaperçu lors de sa première parution sur PlayStation 4 en 2019, Crystar fut pourtant une bonne petite découverte. Le jeu de FuRyu, à l’époque édité par Spike Chunsoft, était un Action-RPG très axé hack ‘n’ slash, avec quelques codes venus du Donjon-RPG. Écrit comme ça, c’est certain que le résultat ne pouvait qu’intéresser une niche de joueurs passionnés, d’autant plus que la traduction n’était assurée qu’en anglais. Près de trois ans plus tard, le soft se retrouve dans…
Test

Chrono Cross : The Radical Dreamers Edition - Test - PlayStation 4

9 mn de lecture
Chrono Cross : The Radical Dreamers Edition, toujours aussi culte On a une bonne nouvelle à vous annoncer : ça y est, les grands studios japonais, et même les constructeurs comme Sony et Nintendo, ont pris conscience de l’énorme potentiel de leurs ludothèques rétros. Certes, on pourra toujours se rappeler que les Sega, SNK et autres Konami ont toujours su nous refourguer des compilations en tous genres, mais ce n’est pas vraiment dans le même esprit que la sortie que nous abordons aujourd’hui. Chrono Cross : The Radical Dreamers Edition,…
Test

13 Sentinels : Aegis Rim - Test - Nintendo Switch

7 mn de lecture
13 Sentinels : Aegis Rim, l’un des plus grands jeux de l’Histoire Votre humble et dévoué serviteur ne le cache pas : chez JV+, les chouchous sont principalement japonais. Si le jeu vidéo occidental a de plus en plus de mal à me garder éveillé, pour cause de game design hyper lassant (je n’en peut plus de ces open world sans âme), l’industrie vidéoludique nippone garde cette magie qui, en d’autres temps, ont forgé ma passion. Nintendo est évidemment dans le lot, d’autres gros morceaux comme Square Enix ou FromSoftware…

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.