Test

Tandem : A Tale of Shadows – Test – PlayStation 4

4 mn de lecture
image jeu tandem a tale of shadows
image playstation 4 tandem a tale of shadows
  • Tandem : A Tale of Shadows
  • Disponible sur : PlayStation 4, Xbox One, Nintendo Switch, PC
  • Développé par : Monochrome Paris
  • Edité par : Hatinh Interactive
  • Sortie le : 21 octobre 2021
  • Genre : Jeu de réflexion
  • pegi12

Tandem : A Tale of Shadows, une expérience à découvrir !

Au moment de lancer notre test de Tandem : A Tale of Shadows, quelle ne fut pas notre plaisir que d’en découvrir son studio de développement, Monochrome Paris. Si l’on apprécie de suivre l’actualité du jeu vidéo français, cette entité était totalement passée sous nos radars, ce qui se paiera en coups de fouet sur le dos dénudé de votre dévoué serviteur. Aïe. Du coup, un rapide tour sur le site du développeur nous informe de sa passion pour la réalité virtuelle, notamment avec un Jodorowski’s Dune qui nous fait vachement envie. Bref, la curiosité a ainsi redoublé, et elle accouche d’une belle petite satisfaction.

Tandem : A Tale of Shadows a beau être un jeu de réflexion, il prend tout de même soin de nous conter une histoire. Enfin, plus précisément, des bases scénaristiques sont posées, et seront un peu développées jusqu’à un final assez surprenant dans son genre. On y suit les aventures de d’Emma, jeune fille pleine de volonté. Elle va se mettre en tête de retrouver un certain Thomas Kane, fils d’un couple de magiciens faisant autorité dans leur activité. Sa disparition a mis en échec tous les service de Sa Majesté, dès lors la petite héroïne prend la direction du manoir familial. Sur le chemin, elle va rencontrer Fenton, un ours en peluche pour le moins magique car vivant. Ensemble, ils vont devoir venir à bout des quarante-cinq niveaux du soft, divisés par plusieurs univers (jardin, cuisine, etc).

L’ambiance nous a charmé

image test tandem a tale of shadows

Le manoir est vraiment très joli.

Tandem : A Tale of Shadows ne veut pas faire son Braid, ne pensez pas y trouver un récit hyper profond. Et c’est tant mieux, entre nous. Ici, il est plus question de travailler une ambiance sombre, une atmosphère assez lugubre, un peu « Tim Burtonienne ». C’est d’ailleurs une réussite, du moins pour celles et ceux qui ont le le bon goût d’apprécier le cadre d’une Angleterre victorienne décidément bourrée de personnalité. Sachez aussi que les petits curieux trouveront, au sein des différents niveaux, des images cachées qui, mises bout à bout, apporteront pas mal de détails concernant l’univers du titre. Enfin, sachez que celui-ci est entièrement sous-titré en français, et avec soin s’il vous plaît.

Vous l’aurez compris, Tandem : A Tale of Shadows puise pertinemment dans son histoire sa principale mécanique. C’est à dire l’enchevêtrement de deux gameplays liés au duo de personnages. Dans ce jeu purement solo, il sera donc question de maitriser les deux avatars simultanément, l’un ayant une incidence sur le cheminement de l’autre. D’un côté, Emma va devoir manipuler des sources de lumière afin de créer des zones d’ombre permettant à Fenton d’avancer dans ses niveaux. Et les deux personnages n’évoluent pas dans les mêmes dispositions. Emma s’applique à s’en sortir dans des levels en vue top down, avec pour elle des énigmes à base de cubes vicelards à déplacer, afin de créer une bonne projection avec sa lanterne. Ensuite, d’une simple pression de touche, on passe au stage sur plan 2D d’un Fenton en charge de récupérer des clés, tout en faisant preuve de finesse dans les mécanismes créés par les ombres projetées. C’est aussi fluide que, par exemple, le passage d’une version remake à la version d’origine, comme dans un Wonder Boy : Asha in Monster World.

Un gameplay intelligent, maitrisé dans sa progression

image gameplay tandem a tale of shadows

On apprend les mécaniques à bon rythme.

On fait donc face à une sorte de gameplay asymétrique, même si les phases ne se déroulent pas tout à fait en même temps contrairement, par exemple, à un Vendredi 13. Il est vrai que, dans les premières minutes, le trip proposé par Tandem : A Tale of Shadows surprend par son audace, et l’on se demande si le concept ne va pas s’effondrer sur lui-même à cause d’une prise en mains délicate. Eh bien rassurez-vous, ce n’est pas du tout le cas. Dans les bons points, on retient que Monochrome Paris a su trouver le bon rythme afin de nous embarquer dans le gameplay. Ainsi, la difficulté va crescendo, pour ne jamais non plus nous étouffer : l’expérience nous laisse assez de checkpoint pour ne jamais trop ressentir de la frustration. Par contre, cela ne signifie pas que l’aventure s’apparente à un long fleuve tranquille : vous allez rager sur les sortes de cubes gélatineux à déplacer, par exemple. Ou encore sur les différents boss qui ponctuent chacun des cinq univers.

Tandem : A Tale of Shadows pourra se terminer en plus ou moins cinq heures, selon votre niveau. Pour en faire totalement le tour, donc trouver toutes les illustrations, vous pourrez en ajouter quelques unes. Pour ce genre d’expérience, c’est une durée de vie de bien bonne facture, même si la rejouabilité est absente. Pour ce qui est de l’aspect visuel, on est charmé par la direction artistique, vraiment classieuse. Les couleurs chaudes, couplées aux petits détails de ce manoir bien fourni, sont un ravissement. Le chara-design est très typé dessin animé en 3D, c’est aussi une bonne chose. La pure technique, elle, connaît quelques légers ratés. On note de petites imprécisions au sein d’un moteur physique pourtant vraiment très travaillé. Aussi, certaines textures bavent un peu. Rien de bien méchant donc. Quant à la musique, on regrette simplement l’absence d’un thème principal marquant. Et les bruitages manquent de peps. Du reste, l’ambiance sonore accompagne bien cette aventure bien agréable.

Conclusion

Tandem : A Tale of Shadows sort d’un peu nulle part, et parvient à nous charmer au sein même d’une fenêtre de sorties pourtant très chargée. Avec son ambiance lugubre, qui rappelle le Tim Burton de la grande époque, ce jeu déploie une atmosphère marquante. Le gameplay, totalement pensé pour le solo, fait preuve d’une intelligence remarquable. Et ceci jusque dans la courbe d’apprentissage, vraiment agréable. La durée de vie est aussi de bon niveau pour ce genre de soft, même si la rejouabilité n’est pas assurée. On regrette juste une pure technique un peu en retrait, mais rien qui puisse avoir de véritables conséquences sur notre ressenti.

15 /20
Articles liés
Test

Prinny Presents NIS Classics Volume 3 - Test - Nintendo Switch

4 mn de lecture
Prinny Presents NIS Classics V3, indispensable pour les collectionneurs Quelle époque bénie ! Bon, OK, je peste contre le niveau en chute libre du jeu vidéo occidental, ce dernier ne parvenant pas à se renouveler, s’engonçant dans des genres sur-usités que je ne peux plus voir en peinture. Enfin bref, heureusement que les acteurs Japonais de cette industrie ont repris du poil de la bête, comme Nippon Ichi Software. Sa partie édition, NIS America, ne cesse de nous abreuver de titres intéressants (Ys IX : Monstrum Nox, Yurukill : The…
Test

Soul Hackers 2 - Test - PlayStation 5

4 mn de lecture
Soul Hackers 2, pour patienter avant les prochains SMT L’univers de la licence-phare d’Atlus, Shin Megami Tensei est complexe, il est fait de plein de cheminements différents, de telle sorte que le béotien peut s’y perdre amplement. Parmi les « branches », vous connaissez obligatoirement les Persona, devenus très populaires depuis l’incroyable et mérité succès du cinquième opus. Il est moins certains que vous ayez entendu parler de Devil Summoner : Soul Hackers. Et pour cause, le titre est longtemps resté cantonné au Japon, jusqu’à sa sortie sur Nintendo 3DS,…
Test

Jojo's Bizarre Adventure : All-Star Battle R - Test - PS5

3 mn de lecture
Jojo’s Bizarre Adventure : All-Star Battle R, un délice pour les fans Quand on a un peu de culture manga, impossible de ne pas avoir au moins entendu parlé de Jojo’s Bizarre Adventure. L’œuvre de Hirohko Araki est celle de toute une vie : si nous autres Occidentaux l’avons découvert en début de millénaire, grosso modo, la série existe depuis bien plus longtemps, 1986 pour être précis. Une longévité forçant le respect, mais surtout dû à la qualité du concept, du dessin, ce ton parfois déjanté, et même un peu…

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

×
Test

KeyWe - Test - PlayStation 5 - Sold-Out Software