Test

Exoprimal – Test – PlayStation 5

4 mn de lecture
image test exoprimal
image playstation 5 exoprimal
  • Exoprimal
  • Disponible sur : PlayStation 5, PlayStation 4, Xbox Series, Xbox One, PC
  • Développé par : Capcom
  • Edité par : Capcom
  • Sortie le : 14 juillet 2023
  • Genre : Action
  • pegi16

Exoprimal : il va falloir muscler le jeu…

De mémoire, l’histoire d’amour entre Capcom et les dinos remonte à 1993, sur borne d’arcade avec le beat’em all Cadillacs and Dinosaurs. Mais, entre nous, c’est surtout la trilogie Dino Crisis qui m’a fondamentalement marquée. Et pour cause : elle offrait une ambiance certes terrifiante (surtout pour les deux premiers opus), mais aussi un gameplay à mon avis plus permissif que ce qu’étaient les premiers Resident Evil. Un vrai bon souvenir, et une arlésienne : le retour de la licence reste espérée par les fans. L’annonce d’Exoprimal, en 2022, fut ainsi une sorte d’espoir, surtout que le producteur de Hiroyuki Kobayashi, est un peu impliqué dans le titre ici testé. Seulement voilà, c’est la voir délirante et multijoueur qui est empruntée, et malheureusement ça manque un peu de variété…

Après avoir personnalisé l’avatar dans un éditeur limité mais suffisant, voilà le joueur propulsé dans un univers entre science-fiction, Jurassic Park et Earth Defense Force. L’histoire, toute anecdotique qu’elle soit, est au niveau de ce mix : clairement rigolarde, entre le délire à l’état brut et la très fun action décérébrée, non sans un soupçon de complot industriel. Exoprimal nous mène jusqu’à la décennie 2040, alors que les dinos envahissent le monde par grappes de plus en plus fournies. Heureusement, l’humanité réagit rapidement grâce aux moyens technologiques d’Aibius Corp. Grâce à son programme Léviathan, une intelligence artificielle bien plus efficace que ChatGPT, elle peut signaler chaque invasion à l’avance, et envoyer une équipe pour renvoyer les bestioles tout droit vers le Crétacé. Jusqu’ici tout va bien, seulement l’IA devient pour le moins instable et, suite au crash de la team Hammerheads en pleine île Bikitoa. C’est dans ce lieu qu’elle décide d’organiser des épreuves opposants non seulement des humains entre eux, mais aussi à d’autres dinos. Le récit va approfondir tout ça au fil de cutscenes plutôt bien exécutées, même si l’on ne se passionnera pas non plus pour ce scénario et ses rebondissements prévisibles. Précisons que les sous-titres sont assurés en français.

Vous l’aurez compris, l’histoire est surtout un prétexte pour le gameplay. Pour faire simple, Exoprimal est un TPS en multijoueurs en ligne, compétitif en JcJ mais aussi JcE. Dans le mode principal Survie Jurassique, deux équipes de cinq joueurs s’affrontent dans un match à événements (élimination, escorte, sabotage, défense zonale, etc), et la première team à venir à bout du cheminement a gagné. Bien entendu, vous aurez droit à une adversité pour le moins enragée, à grands coups de vagues ennemis impressionnantes à l’écran. Des dizaines et des dizaines de raptors, ptérodactyles, l’intervention spectaculaire de Baryonix ou d’espèces modifiées (sous l’appellation « Néosaures ») : il va falloir s’organiser entre les joueurs pour venir à bout de ces nuées au plus vite et sans y laisser trop de plumes. Le cœur du concept est là : l’équilibre de l’équipe, par le biais d’une utilisation intelligente des exosquelettes. Ces armures bien stylées sont au nombre de dix, et l’on peut en changer à la volée tant qu’on les a débloqué bien entendu. Celle-ci sera parfaite pour l’assaut lourd, l’autre permet un soutien salvateur en énergie, d’autres mettent le paquet sur le corps-à-corps, les explosifs, etc. Si les débutants trouveront rapidement leurs marques, gagner en skill permet de prendre des risques dans le choix d’exosquelette et, au final, d’agir au mieux pour l’équipe. Et remporter le match reste le seul objectif valable dans cette expérience, sachez-le.

Le joyeux délire ambiant mis à mal par un contenu limité

Depuis quelques jours, Capcom a ajouté un mode, intitulé Gant Sauvage. Ce contenu n’est disponible qu’après avoir terminé Survie Jurassique,soit le mode scénarisé. Là, Exoprimal prend un aspect résolument JcE (joueur contre environnement), avec des défis assez difficiles renouvelés chaque semaine. On y trouve aussi une dimension communautaire un poil compétitif par le biais de classements chronométrés. Mais on ne va pas se leurrer : pour le moment le contenu est un peu juste. La prise en mains étant rapidement digérée, la courbe de progression assez rapide et le skill présent mais limité, on peut ressentir une sorte de lassitude après seulement quelques heures de jeu. C’est dommage, tout comme l’ergonomie des menus pas toujours claire. Le scénario se dévoile par le biais de menus étrangement agencés, et même carrément bordélique quand il faut passer du récit, de ses précisions, aux différents modules. Enfin, les récompenses glanées tout au long de l’expérience sont presque uniquement cosmétiques, et j’aurais aimé plus d’impact sur la jouabilité. En l’état, j’ai l’impression d’avoir fait le tour assez rapidement, et de ne plus trop évoluer après à peine une dizaine d’heures….

Alors même que certaines idées sont vraiment très, très bonnes, et il ne faut pas les nier. Je pense à ces instants jouissifs nous offrant d’incarner un dinosaure dans le but de décimer du mieux possible l’équipe adverse. Au rayon des satisfactions, chaque exosquelette a sa jauge d’évolution, avec ses niveaux, et des récompenses à gagner. En fait, de l’argent ingame, servant notamment à acheter des modules agissant sur les armures. Ce n’est pas hyper développé, mais ça fonctionne. Techniquement, Exoprimal se tient très bien grâce à une bonne utilisation du décidément surprenant RE Engine. Le soft reste fluide malgré les hordes de dinos affichés à l’écran, les textures se font détaillées, les effets de lumière impactants. J’ai bien apprécié le design des néosaures, des animaux boostés un peu dégueux (comme le gazeux ou le spectaculaire néo T-Rex). Par contre, l’ambiance sonore ne m’a pas spécialement marquée.

Conclusion

Exoprimal part d’une bonne idée, du moins un délire communicatif, mais ne parvient pas à nous tenir en haleine à cause d’un contenu encore trop limité à ce jour. Les vagues de dinos sont over the top, c’est bonnard à l’écran et ça peut évoquer une sorte de Earth Defense Force qui a des moyens, mais on tourne en rond au bout de quelques heures. C’est dommage, car les exosquelettes que l’on peut utiliser à la volée, les moments très funs nous mettant aux commandes d’un animal préhistorique, tout cela est réjouissant. Mais voilà, il faudra une véritable feuille de route pour y revenir…

13 /20
Articles liés
Test

Dragon's Dogma 2 - Test - PlayStation 5

5 mn de lecture
Dragon’s Dogma 2, l’immersion à son sommet Mais quel premier trimestre 2024 de zinzin pour le jeu vidéo, et plus particulièrement l’industrie japonaise ! Après la trinité Sega (Like A Dragon 8, Persona 3 Reload et Unicorn Overlord, cette folie), ou encore Final Fantasy VII Rebirth, c’est donc au tour de Capcom de montrer les biscotos avec un jeu au moins aussi attendu : Dragon’s Dogma 2. Et pourtant, cette suite ne profitait pas vraiment d’un gros terreau de fans attentifs, le premier opus ayant eu du mal à percer…
Test

The Legend Of Legacy HD - Test - PlayStation 5

4 mn de lecture
The Legend of Legacy HD, le J-RPG à savourer en nomade Je ne vous le cache pas, en début d’année 2024 vidéoludique ne m’a laissé que peu de temps pour ce que je préfère : la découverte de vieux jeux, voire de petites pépites qui seraient passées sous le radar. Il faut dire qu’entre Like a Dragon 8, Persona 3 Reload, Final Fantasy VII Rebirth, Rise of the Ronin, Dragon’s Dogma 2 ou le véritable bijou qu’est Unicorn Overlord, il faut se rendre compte qu’on vit une période d’or. Et…
Test

South Park : Snow Day - Test - PlayStation 5

4 mn de lecture
South Park : Snow Day, un petit plaisir coupable Comme souvent, j’aime débuter mes tests en évoquant mes souvenirs de joueur quarantenaire. Prenons la machine à remonter le temps, direction 1999, alors que la Nintendo 64 est désormais très bien installée après le lancement stratosphérique de The Legend of Zelda : Ocarina of Time. Je me souviens parfaitement, en cette époque bénie, lire et relire mes magazines, et certains nous tenaient au courant de l’avancée d’un projet très surveillé : la première adaptation de South Park, une série alors sur…

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

×
Test

Street Fighter 6 - Test - PlayStation 5