Test

West Hunt – Test – Nintendo Switch

4 mn de lecture
image test west hunt
image nintendo switch west hunt
  • West Hunt
  • Disponible sur : Nintendo Switch, PC
  • Développé par : New Gen
  • Edité par : Wandering Wizard
  • Sortie le : 8 février 2024
  • Genre : Imposteur
  • pegi12

West Hunt a de bonnes bases mais manque de finition

Sauf à avoir passé les dernières années au plus profond d’une grotte, impossible d’être passé à côté du phénomène Among Us. Tout d’abord bidesque, le jeu d’InnerSloth a ensuite explosé aux yeux du monde grâce, principalement, à l’engouement chez les streamers. Le principe, clairement axé sur le multijoueur, assurait en effet un certain spectacle au visionnage, à base d’enquête sur le modèle de l’excellent jeu de plateau Mafia. Fun certes mais aussi, et selon moi, promis à un one shot. Car le game design trouve tout de même pas mal de limites. Preuve en est, le refus (pour le moment) du studio de développer une suite. Aussi, on compte assez peu d’itération de ce genre, intitulé imposteur, ayant connu un véritable succès. Un fait qu’essaye de faire mentir le studio New Gen (édité par Wandering Wizard), avec son West Hunt ici abordé.

West Hunt emprunte donc le chemin du Among Us-like, mais avec tout de même assez de twists pour se démarquer. Le premier, celui qui saute aux yeux, c’est l’ambiance. On est ici dans un univers de western, et c’est une excellente idée sur le papier. Vous l’aurez compris, pas vraiment de scénario mais un contexte autour duquel le gameplay s’installe. Voilà donc l’occasion de se projeter, au choix, dans une des deux équipes proposées : Shérifs ou Hors-la-loi. Les premiers vont devoir trouver les seconds, tandis que les bandits auront plusieurs tâches à accomplir sans se faire prendre, donc en cherchant à passer inaperçu. On voit bien ce qui justifie le genre de l’imposteur. Un concept nickel… et certainement le gros point fort de cette expérience. Car, malheureusement, le reste est un peu en-deça des attentes, même si j’ai tout de même relevé des qualités.

Tout d’abord, j’ai apprécié la prise en mains de ce West Hunt, rapide et efficace. On passe par un tutoriel via le mode Briefing, lequel expose toutes les mécanique en un quart d’heure chrono. Avec un focus sur les Hors-la-loi car, il faut bien l’écrire, il s’agit du camp le plus actif en terme de mécaniques. Les différentes missions à accomplir, comme le hold up de banque, la séduction de filles au saloon ou encore le vol de valises à la gare du coin, vous impose non seulement du rythme mais aussi une certaine dose de tactique. Car tout le sel de l’expérience sera de passer inaperçu, de ne pas éveiller les soupçons de la team Shérif. Tout cela en faisant attention à bien rester dans la limite de temps autorisé, ce qui ajoute évidemment pas mal de stress, donc de prise de risque. On a aussi droit à des compétences pour ces personnages, pouvant apporter assez de bonus afin de rendre la chasse des shérifs moins aisée. Et attention, car plus vous accomplirez vos missions, plus vous gagnez en notoriété, et plus vous serez recherchés.

Le bon, la brute, et l’imposteur

West Hunt vous propose aussi d’incarner les Shérifs, mais il faut bien admettre que j’ai un peu moins aimé l’expérience. Ici, l’objectif est beaucoup plus simple et un peu moins passionnante à cause d’un petit manque de danger. Cela reste tout de même intéressant à jouer, surtout si vous avez une certaine tendance au roleplay. Là, vous devenez une sorte de mélange entre Pat Garrett et Columbo, avec comme mission de bien observer les différents badauds afin de débusquer les bandits. Cela aidé par les habitants eux-mêmes qui vous enverront des lettres à différentes postes disséminées sur la carte. On aurait donc pu imaginer une importance égale des deux mécaniques. Cependant, et bien vite, on remarque que c’est bien la dénonciation qui se révèle la plus utile. L’observation restant très difficile tant les PNJ sont trop nombreux pour être pris en compte. Du coup, le schéma a tendance à trop se répéter : on attend les rapports, et l’on agit en conséquence. Quand le joueur s’est fait son idée sur qui est coupable, il est désormais temps de procéder à la mise hors d’état de nuire. Une manière définitive de mettre fins aux exactions d’un hors-la-loi, et qui doit être bien sous-pesé car, si vous vous trompez, alors c’est le game over.

Tout cela fonctionne plutôt bien, cependant West Hunt trouve quelques limites. La première, c’est le gameplay à la manette, quand la console est dockée. Là, on sent bien que l’expérience est pensée avant tout pour le PC. Par contre, j’ai bien plus apprécié les sensations en nomade, tout en tactile et bien pensé dans la configuration globale. Donc, préférez ce mode. Ensuite, le contenu est clairement trop juste. On a une Partie Rapide, une Partie Personnalisé, la Forge et le Magasin. Les deux derniers étant dédiés à la personnalisation, contre du vrai argent (Magasin), ou en utilisant des éléments récupérés en jeu (Forge).  Les deux modes de gameplay propose donc du jeu à plusieurs (1v1, 2v2, 3v3) ou en solo avec le renfort de bots. On en fait donc très rapidement le tour, tout comme Among Us dans l’année de sa sortie. Ensuite, et c’est plus problématique, j’ai pu moi-même observer la chute drastique de joueurs sur les serveurs. Il va donc falloir compter sur vos amis, ce qui n’est pas évident. Enfin, la technique a beau avoir de la personnalité grâce à ce choix d’une 3D à l’ancienne, elle reste trop simpliste sur la longueur. Et j’ai remarqué quelques étranges baisses de fluidité. Tout cela est donc à prendre en compte.

Conclusion

West Hunt pourrait bien plaire aux amateurs de jeux d’Imposteur, lesquels ont sans doute déjà bien fait le tour d’Among Us. Le mélange entre l’ambiance western et les mécaniques typiques du genre a de quoi séduire. J’ai particulièrement apprécié ce que propose l’expérience du côté des Hors-la-loi, assez stressante dans le bon sens. Les Shérifs sont certes moins prenants à incarner, mais ça reste qualitatif. Par contre, le soft manque de contenu, ne parvient pas non plus à trouver un bon équilibre de gameplay en docké (privilégiez la jouabilité en nomade !), et la technique peut parfois décevoir. Surtout, les serveurs m’ont paru de plus en plus vides, il faudra donc comptez sur des amis. Auquel cas, le titre a tout de même de quoi amuser.

13 /20
Articles liés
Test

Potion Permit : Complete Edition - Test - PlayStation 5

4 mn de lecture
Potion Permit : et la pharmacie devint aussi fun que cosy Si certains trouvent le genre trop classique car très balisé, ce qui est une grande erreur à mon sens, le J-RPG a cela de merveilleux qu’il se plie parfaitement au développement de ses propres codes. Par exemple, Torneco no Daibouken, un spin-off de Dragon Quest, propose de nous faire incarner le très reconnaissable marchand, l’une des figures centrales de ce genre. Je pense aussi à la série des Atelier, dont le but est d’incarner une créatrice de potions. Ah,…
Test

Monster Hunter Stories - Test - PlayStation 4

4 mn de lecture
Monster Hunter Stories, un spin-off toujours aussi agréable Après un début d’année 2024 assez chargé en belles sorties (principalement du côté de l’Asie), voilà que le rythme retombe assez abruptement. Et voilà venu le temps de laisser leur chance à des titres moins mis en avant, des remakes et autres remasters. Celui qui nous intéresse ici, Monster Hunter Stories, est particulièrement intéressant. Paru en 2017, un des plus beaux millésimes pour les joueurs (Breath of the Wild, NieR Automata, Super Mario Odyssey, etc), ce spin-off sorti sur Nintendo 3DS n’est…
Test

System Shock - Test - PlayStation 5

4 mn de lecture
System Shock, le retour d’un hit prodigieux Mais quel choc, sans mauvais jeu de mot ! Je n’aurai jamais imaginé écrire cela : ma découverte du très culte System Shock remonte désormais à trente années. Trois décennies, et quelques cheveux blancs désormais bien installés (ainsi qu’une hernie discale, hélas !), voilà donc que le remake débarque. Avant de l’aborder, il faut tout de même replacer le contexte et rappeler l’empreinte laissée par le titre de 1994. Quand celui sort, c’est une véritable révolution. Le soft est issu de Looking Glass…

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

×
Test

Double Dragon Gaiden - Test - PlayStation 5