Test

Cris Tales – Test – PlayStation 5 – Modus Games

3 mn de lecture
image jeu cris tales
image playstation 5 cris tales
  • Cris Tales
  • Disponible sur : PlayStation 5, PlayStation 4, Xbox Series, Xbox One, Nintendo Switch, Stadia, PC
  • Développé par : SYCK, Dreams Uncorporated
  • Edité par : Modus Games
  • Sortie le : 20 juillet 2021
  • Genre : J-RPG
  • pegi12

Cris Tales tente, parfois avec réussite, de se rapprocher du J-RPG

Dans les genres vidéoludiques typiquement nippons, le J-RPG est évidemment aux premières loges des plus fameux. Après des années à garder le secret de sa fabrication bien verrouillé, notamment en n’exportant pas certaines des meilleures itérations, le jeu de rôle japonais est désormais aimé dans le monde entier. Et même copié, avec ce que les puristes appellent les imitations « brochette boeuf fromage », on pense à Child of Light. Et l’on compte désormais un nouveau représentant avec Cris Tales, une expérience en partie satisfaisante.

Fruit du travail des studios colombien SYCK et Dreams Uncorporated (et édité par Modus Games), Cris Tales tente de coller aux codes du J-RPG. Mais aussi de distiller une ambiance plus féérique, plus occidentale en fait. L’histoire nous propulse dans la peau de Crisbell, une orpheline prise sous l’aile de la prêtresse de la ville de Narim. Un jour, elle rencontre une grenouille, Matias (clin d’œil à Chrono Trigger ?), et se découvre un pouvoir aussi utile que mystérieux : voir aussi bien dans le passé, le présent, et le futur. Encouragée à développer cette faculté, la jeune fille part dans une quête initiatique, et devra bientôt faire face à une ignoble menace : l’Impératrice du Temps.

Vous l’aurez compris à la lecture de ce pitch : les studios ont décidé d’utiliser les codes de narration du J-RPG, dans le plus grand des classicisme. L’aventure passe par tous les repères attendus, notamment avec l’arrivée de coéquipiers : Cristopher et Willhelm, deux mages. Clairement, les développeurs ont compris, avec une certaine justesse, que, dans ce genre, le besoin de leveller doit s’accompagner d’un récit initiatique. Alors certes, le cheminement peut paraître classique, voire très convenu pour qui aime les jeux de Square Enix et consorts. Cela manque surtout de rebondissements, d’une dose d’inattendu. Mais, globalement, ce voyage en Cristallis reste dans la moyenne basse de ce qu’on peut attendre d’un jeu de rôle japonais. Et sachez que les sous-titres sont disponibles en français, chose très précieuse même si l’on compte quelques coquilles.

La maitrise du temps donne un peu de relief au game design

image gameplay cris tales

Les combats sont une belle réussite.

Nous voilà donc parti dans une quête mouvementée, laquelle nous fera combattre les mères supérieures dont la mission est de protéger les cathédrales. Cela non seulement pour annihiler l’Impératrice du Temps, mais aussi afin de mieux comprendre le pouvoir de Crisbell. Admettons-le, c’est bien celui-ci qui sort Cris Tales d’une certaine platitude. Tout le système d’évolution est de l’ordre du déjà-vu, avec ce qu’il faut d’arme unique à perfectionner ou renforcer vos personnages grâce à des armures dégotés dans les trésors ou les boutiques. Et l’exploration manque un peu de relief, avec beaucoup d’allers et retours. Par contre, la mécanique de la maitrise du temps mérite à elle seule qu’on s’intéresse à ce soft.

Crisbell, accompagné de ses collègues, peut agir sur le passé, donc aussi sur le futur et le présent. Que ce soit en cours de quête, ou dans les combats. Cela se présente comme suit : l’arrière de l’avatar est le passé, son avant est le futur. Et Cris Tales utilise cette idée comme un effet papillon. C’est tout particulièrement utile dans les villes, où l’on pourra par exemple pousser un couple à officialiser leur union. Les quêtes annexes, disponibles de manière temporaires (attention, donc, à bien toutes les tenter avant de trop avancer dans le soft), gagnent donc en intérêt. Les combats sont aussi assez réussis. Les ennemis nous entourent, et l’on peut alors les faire vieillir ou rajeunir, donc agir sur leurs statistiques. Ajoutons des compétences, un focus sur les combos, et l’on obtient des batailles très agréables.

Techniquement imparfait, mais grosse direction artistique

image test cris tales

Cela ralentit parfois, mais c’est très joli.

Cris Tales propose une aventure un peu courte pour un J-RPG, mais finalement suffisante pour qu’on ne tombe pas dans une certaine routine. Il vous faudra à peu près vingt-cinq heures afin d’en faire le tour, et un peu plus pour les complétistes. Visuellement, le résultat nous divise. La pure technique n’est pas à la hauteur des attentes. On a des baisses de fluidité pendant les combats, et quelques bugs d’affichage. Les temps de chargement sont heureusement minimes, mais on sent que ce ne sera pas le cas sur d’autres supports. Par contre, la direction artistique est l’autre grande qualité de ce titre. Le résultat se fait hyper beau, dans un style dessin animé à l’ancienne totalement ravissant. D’ailleurs, c’est bourré de petits détails, de jeux de lumière impressionnants.

Conclusion

Cris Tales rejoint les rangs des essais occidentaux plutôt sympathiques dans le genre du J-RPG. C’est certain, il manque du relief dans le game design, et l’impression finale est bien de l’ordre « brochette boeuf fromage », mais on peut tout de même se réjouir de quelques éléments. Et la technique peut décevoir, avec des baisses de framerate. Mais la mécanique de la maitrise du temps est intéressante, son utilisation dans les combats les rend funs du début à la fin. Et la direction artistique enchante à tout instant. L’expérience reste donc largement imparfaite, mais elle mérite les honneurs.

13 /20
Articles liés
Test

Dolmen - Test - PlayStation 5

6 mn de lecture
Dolmen, une vieille pierre oui, mais avec de bonnes idées Quand la très précieuse boîte de distribution Koch Media a annoncé son nouveau label d’édition Prime Matter, j’ai notamment tilté sur l’annonce du mystérieux Dolmen. Ce jeu développé par le studio brésilien Massive Work posait des bases conceptuelles solides : du Souls-like baigné d’ambiance très typée Dead Space, l’un de mes survival horror préférés. Seulement voilà, le genre né avec Demon’s Souls a récemment connu une véritable révolution : le titanesque Elden Ring, dont je me remets tout doucement. Et…
Test

Endzone : A World Apart Survivor Edition - Test - PlayStation 5

4 mn de lecture
Endzone : A World Apart, gestion et post-apo font bon ménage Gnaaaa gna gna gna gna, everlasting love ! Bon, voilà, on exorcise de suite cette envie de vanne autour des Worlds Apart, le roi des boys band faut-il le rappeler. Surtout que le jeu dont je m’apprête à vous parler, Endzone : A World Apart – Survivor Edition, n’est pas aussi joyeux qu’un Nathan dansant avec la chemise ouverte sur fond d’Eurodance bas de gamme. Ici, c’est plutôt de la grosse gestion dans un monde post-apocalyptique qui vous attend,…
Test

Prinny Presents NIS Classics Volume 2 - Test - Nintendo Switch

6 mn de lecture
Prinny Presents NIS Classics Volume 2 embarque deux petites pépites Un an après la sortie d’un premier volume, NIS America continue son précieux travail de préservation du jeu vidéo avec la parution de Prinny Presents NIS Classics Volume 2. Si vous appréciez les jeux japonais, vous connaissez obligatoirement Nippon Ichi Software, l’un des studios nippons les plus importants, que ce soit pour leurs softs développés en interne (je pense de suite à la licence Disgaea), ou pour leur énorme activité d’édition. Oui, c’est grâce à leur branche qu’on a pu…

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

×
Test

Willy Morgan and the Curse of Bone Town - Test