Test

God Of Rock – Test

3 mn de lecture
image test god of rock
image playstation 5 god of rock
  • God Of Rock
  • Disponible sur : PlayStation 5, PlayStation 4, Xbox Series, Xbox One, Nintendo Switch, PC
  • Développé par : Modus Games
  • Edité par : Maximum Games
  • Sortie le : 18 avril 2023
  • Genre : Combat, Rythme
  • pegi12

God Of Rock : de bonnes idées mais pas toujours confirmées

Les jeux de rythme n’ont peut-être plus trop la côte aujourd’hui (encore que le récent succès de Theatrythm Final Bar Line vient un peu contrarier ce constat), toujours est-il que certains développeurs tentent encore leur chance, et parfois avec talent. Je me souviens de l’excellente surprise que fut la sortie de Crypt of the NecroDefencer, par exemple. Toujours est-il qu’aujourd’hui, huit ans après la dernière itération de Guitar Hero, la musique et le jeu vidéo ont du mal à cohabiter dans le pur gameplay. Alors, quand Modus Games (et plus particulièrement son antenne brésilienne) et l’éditeur Maximum Games livrent God Of Rock, il est indéniable que la sortie attire l’attention. Malheureusement, serais-je tenté d’écrire dès maintenant…

Après la sortie de quelques jeux à fort récit, il est plutôt agréable de ne pas risquer le moindre spoiler concernant l’histoire du soft abordé. God Of Rock est un jeu de combat musical qui ne développe pas le moindre scénario, même si son mode arcade nous présente très succinctement les personnages. On a bien des minis-cutscenes, d’ailleurs plutôt mignonnes dans la direction artistiques, mais rien de plus. Je n’ai jamais été hyper fan de la teneur des modes Story des jeux de combat, mais c’est toujours un contenu en forme de plaisir coupable et surtout un mode apportant de la profondeur. Et cette absence se ressent ici, fortement, alors que le jeu de tatane s’apprête à accueillir de futurs grosses expériences comme Mortal Kombat 1 et Street Fighter 6 qui seront, eux, très axés sur leur lore.

Aller, entre nous, le plus important dans un jeu de combat classique est le gameplay. Et c’est aussi le cas pour God Of Rock, lui qui apporte en plus des mécaniques venues du jeu de rythme. Pour faire simple, le haut de l’écran est dédié à la bagarre, avec deux personnages qui se font face. Tandis que le bas inscrit à l’écran quatre bande, avec des notes qui défilent vers les touches de la manette. Il faut donc tenir le rythme de la chanson, tout en veillant à placer des techniques en haut avec des manipulations classiques comme des quarts de cercle et des charges. Compliqué à vous rendre compte du fun de la chose ? Oui, c’est vrai : le game design est déjà bancal à l’écrit, et il l’est encore plus manette en mains. L’idée n’est pas mauvaise, mais dans les faits on est trop accaparé par l’une des deux parties de l’écran, et clairement plus le bas que le haut. Pourtant, quand on parvient à bien maitriser un morceau après l’avoir fait et refait, le plaisir se fait un peu plus présent, et c’est alors que d’autres mécaniques viennent apporter du fun, comme les attaques ultra.

Trop compliqué de gérer l’action à l’écran

La prise en mains de God Of Rock est problématique, car la courbe de progression se révèle terriblement mise à mal. Pas le temps de s’habituer aux mécaniques : le jeu vous lance de suite sur les morceaux les plus compliqués, avec des enchainements de touche à un rythme surréaliste. Le tutoriel, trop court, n’aide d’ailleurs en rien, et c’est en jouant qu’on apprend, mais trop abruptement. Du coup, expérimenter sur la partie haute de l’écran vous vaudra certainement de perdre le fil de la partie basse. Donc on perd de la vie, et c’est bien trop injuste pour être acceptable. On n’est pas dans le bon punitif. Le gameplay a donc du mal à transformer l’essai, et ce ne sont pas les douze combattants qui modifieront ce fait tant, finalement, ils n’offrent que peu de sensations différentes si l’on excepte les coups spéciaux.

Douze personnages, vous avez bien lu : ce n’est pas le roster le plus foufou qu’on ait pu voir récemment. Cela, couplé au nombre très limité de modes (Entrainement, Arcade, multijoueur en ligne avec crossplay ou en local), aux seulement huit arènes… Non, la durée de vie n’est pas exceptionnelle. Un autre élément un peu étonnant, c’est la playlist : pourtant assez costaude avec des dizaines de morceaux, ce sont souvent les mêmes qui reviennent le plus souvent. Finalement, la meilleure feature de God Of Rock est la possibilité de modifier les musiques, afin d’en changer la nature du challenge. C’est mince, mais je prends entre deux prises de tête. Pour terminer, la technique assure l’essentiel avec une fluidité de tous les instants, de bonnes animations et de jolis effets de lumière. Pas de quoi pavoiser certes, mais c’est déjà ça.

Conclusion

God Of Rock propose une idée neuve du jeu de combat et de rythme, malheureusement en oubliant l’équilibrage de son gameplay. Séduisante sur le papier, cette idée devient assez laborieuse manette en mains, du moins tant que le joueur ne maitrise pas totalement les morceaux de musique. Du coup, l’expérience se fait frustrante, tandis que son contenu n’est pas non plus à la hauteur. Pourtant, j’ai tout de même pu parfois avoir de bonnes sensations en lançant de belles attaques, tandis que la technique et le domaine sonore se tiennent bien. Il faudrait revoir le concept avec plus d’équilibre, mais pas sûr que ce soit le cas dans le futur…

08 /20
Articles liés
Test

Library Of Ruina - Test - PlayStation 4

4 mn de lecture
Library Of Ruina, un univers passionnant mais difficile d’accès Ah, comme j’aime les mois de mai ! Même si celui en cours n’est pas des plus ensoleillé, on sort des matins trop frais. Et, côté jeux vidéo, c’est enfin la possibilité de s’aventurer au-delà des grosses productions des mois de mars et avril. Ainsi, après Final Fantasy VII Rebirth et Dragon’s Dogma 2, je peux donner leur chance à des expériences moins en vue, et parfois au moins aussi passionnantes. Paru un peu en catimini, le 25 avril 2024, Library…
Test

Class of Heroes 1 & 2 Complete Edition - Test - PlayStation 5

3 mn de lecture
Class of Heroes, du bon D-RPG de niche enfin dispo en Europe ! Je vous parle d’un temps que les moins de vingt ans ne peuvent pas connaitre ! Et ce temps, c’était la fin fin des années 2000, alors que la PSP (quelle belle console !) ne cessait de faire baver les amateurs de RPG japonais. Malheureusement, il faut aussi rappeler à quel point les éditeurs boudaient notre pauvre territoire européen et, ainsi, nous sommes passés à côté de pas mal de titres certes parfois mineurs mais importants pour…
Test

MotoGP 24 - Test - PlayStation 5

4 mn de lecture
MotoGP 24, la meilleure simulation de moto à ce jour ! En l’espace de quelques années, la sortie du MotoGP de l’année est devenu un incontournable du calendrier des passionnés de simulation de moto. Si le genre n’est pas non plus des plus généreux en terme de titres proposés, Milestone est une véritable valeur sûre en la matière, délivrant ses millésimes certes parfois sans trop d’évolutions mais toujours avec la petite feature en plus qui fait plaisir et, surtout, apporte tout de même une dose de nouveauté. Après un MotoGP…

1 Comment

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

×
Test

Dead Space - Test - PlayStation 5