Test

Disney Magical World 2 : Enchanted Edition – Test – Nintendo Switch

4 mn de lecture
image jeu disney magical world 2
image nintendo switchdisney magical world 2
  • Disney Magical World 2 : Enchanted Edition
  • Disponible sur : Nintendo Switch
  • Développé par : Bandai Namco
  • Edité par : Bandai Namco
  • Sortie le : 3 décembre 2021
  • Genre : Simulation, Aventure
  • image pegi3

Disney Magical World 2 : Enchanted Edition, un bonheur pour les fans

Paru en 2014, et exclusivement sur l’excellente portable 3DS, le premier Disney Magical World faisait partie de ces petites surprises que l’on aime découvrir à l’occasion. On y retrouvait un univers bien dans l’esprit de la firme, un peu à l’ancienne donc en évitant ce qu’est entrain de devenir Mickey et ses amis : une alternance tristounette entre super-héros et Star Wars. Un trip pour petits et grands fans, si apprécié par eux qu’un deuxième opus fut rapidement mise en développement. Deux ans plus tard, et toujours sur la même console, est donc sorti Disney Magical World 2, une suite encore lus généreuse et mieux équilibrée. Voilà que le titre revient sur Nintendo Switch, dans une Enchanted Edition qui porte admirablement son sous-titre.

Avant d’aborder les spécificités de Disney Magical World 2 : Enchanted Edition, il est nécessaire de revenir sur le jeu d’origine. Si l’on fait face à un titre clairement orienté vers la souris aux grandes oreilles, on se doit de tout de même mettre en avant l’effort dans l’enrobage scénaristique. Le jeu se lance sur une cinématique toute mignonne, nous présentant rapidement des enjeux certes légers mais présents. Le joueur se retrouve projeté dans un monde aux premiers abords enchanté, plein de couleurs et baigné d’une ambiance féérique. Cependant, le danger guette : alors que, sous invitation, on s’installe à Castleton, le Village Enchanté, voilà que l’on découvre une menace fantomatique qui met à mal les habitants du coin. C’est alors que Yen Sid, le sorcier tout droit venu de Fantasia, nous confie une baguette magique qui nous aidera à visiter d’autres mondes remplis de minis-jeux et d’objets à collecter. Et le tout intégralement sous-titré en français, ce qui ouvre la porte aussi au très jeune public.

Disney Magical World 2 : Enchanted Edition pourrait rapidement se résumer à une sorte d’Animal Crossing survitaminé. Pour notre part (et l’on assume), en mieux. Entre nous, la licence de Nintendo, que l’on a toujours trouvé peu généreuse sur la longueur et finalement assez lassante, pourrait loucher sur ce que fait Bandai Namco, ici aussi bien au développement qu’à l’édition. Après un bon tutoriel scénarisé, très plaisant à jouer, le soft nous place dans une maison à décorer par nous même, contre des éléments à collecter et de la monnaie ingame. Oui, la recette est de l’ordre du déjà-vu, mais attendez un peu car ça va bouger. En effet, on va devoir jongler entre une aventure dans différents mondes issus des licences Disney, mais aussi gérer un café afin d’y attirer des clients et leur porte-monnaie.On a donc un mélange des genres bien gratifiant, qui permet non seulement de se lancer dans des quêtes aussi simples d’accès que rémunératrices, mais aussi de se plonger dans une collection de pleins d’éléments que les petits et grands voudront accumuler dans un très désirable 100%.

Un jeu hyper généreux dans son contenu

image test disney magical world 2

Un monde féérique à explorer !

On peut dénicher une centaine d’autocollants servant à s’ouvrir la voie de nouveaux mondes, mais aussi habiller au mieux notre avatar (un Mii) afin de se voir offrir des points « Joli! ». Aussi, on a l’occasion de combattre en plongeant dans les douves, afin de pourfendre les fantômes grâce à la baguette (pas super précise), ce qui apporte encore plus de diversité à l’ensemble. Tout en sachant que le cœur du jeu se situe dans l’exploration de cet univers taillé pour plaire à un très large public. On insiste sur ce point, Disney Magical World 2 : Enchanted Edition est pensé pour nous faire jubiler en croisant Tic et Tac ou Daisy, plus que pour nous procurer du challenge. Voir Alice débarquer dans le café que l’on aura pris soin de bien développer, notamment en y incorporant des recettes grâce à une quête aux ingrédients assez prenante, a quelque chose de très efficace. Par contre, on ne peut nier que la simplicité de l’ensemble, et ce du début à la fin de l’aventure, pourra tout de même créer une sorte de routine. Ainsi, nous conseillons des sessions courtes à moyennes, afin de ne pas briser le rêve.

Disney Magical World 2 : Enchanted Edition propose du contenu bonus avec six nouveaux mondes à explorer, notamment avec Blanche-Neige et La Reine des Neiges. Cette dernière étant mieux représenté que dans le monde un peu raté du pourtant très, très bon Kingdom Hearts 3. Bref. Entre les gemmes à récupérer dans les douves, les milliers d’objets de personnalisation, les quêtes à foison, la gestion du café, attendez-vous à une grosse durée de vie : une bonne centaine d’heures pour qui veut tout voir et tout posséder. Oui, c’est énorme, et ça fait de ce jeu autre chose qu’un simple Animal-Crossing-like dans l’univers de Mickey. Un sentiment qui s’étoffe encore à la vue du nombre de personnages issus des univers Disney : plus d’une centaine, c’est gigantesque et l’on s’amuse beaucoup à les reconnaitre.

À offrir ou s’offrir sans hésiter

image gameplay disney magical world

On croise plus de cent personnages issus des univers Disney.

Le seul bémol que l’on émet au sujet de Disney Magical World 2 : Enchanted Edition concerne sa technique. On aurait apprécié de voir les texture s’affiner, et les quelques bugs d’affichage issus de la 3DS disparaitre. Certes, le résultat reste assez propre, mais on ne peut nier que les texture font vieillottes malgré de bons modèles 3D très fidèles à l’esprit des différents dessins animés. Le résultat est d’ailleurs beaucoup plus plaisant en nomade qu’en docké, sur la télé on voit de suite les imperfections. La direction artistique enchanteresse se charge tout de même de nous séduire et de faire passer la pilule, mais on se prend à espérer une suite qui serait totalement pensée pour la Nintendo Switch. Côté ambiance sonore, les musiques sont hypers plaisantes et participent pleinement à l’atmosphère délicieuse de ce titre que l’on recommande chaudement.

Conclusion

Disney Magical World 2 : Enchanted Edition est le jeu parfait à offrir, tout autant à un enfant qu’à un fan de la souris américaine. Hyper généreux dans son contenu, très bien rythmé, bourré de différentes mécaniques comme du combat ou de la gestion, le soft n’ennuie jamais. Certes, sa facilité pourra parfois lasser les amateurs de challenge, mais ceux-ci devront comprendre que le titre ne vise pas le défi. On plonge dans un univers féérique bien soutenu par une direction artistique soignée, une musique mémorable, et énormément de clins d’œil à plein de personnages bien connus. Une vraie réussite, que l’on espère voir s’agrémenter d’une suite cette fois-ci entièrement pensée pour les consoles actuelles.

16 /20
Articles liés
Test

Mount and Blade 2 : Bannerlord - Test - PlayStation 5

4 mn de lecture
Mount and Blade 2 : Bannerlord, un concept exigeant et chronophage Dans la famille des arlésiennes, Mount and Blade 2 : Bannerlord occupe une place bien en vue, juste à côté de celle des patriarches Duke Nukem Forever et autres Final Fantasy XV. Le jeu, issu du studio turc TaleWorlds (qui développe et édite, tandis que Plaion le distribue), fait suite à un premier jeu-surprise paru en 2008, et fut annoncé… en 2012. Dix ans plus tard, et non sans passer deux ans par la dangereuse case de l’Early access…
Test

Fobia : St. Dinfna Hotel - Test - PlayStation 5

3 mn de lecture
Fobia : St. Dinfna Hotel, pour les amateurs d’ambiances puissantes Qu’on se le dise, le survival horror semble enfin être revenu d’entre les morts ! Après avoir été la victime du succès des walking simulator à la Bloober Team (franchement oui, les Blair Witch, The Medium, Layer of Fear c’est de la ballade avec des sursauts il faut être honnête), voilà que le genre revient à ses fondamentaux avec de récentes sorties comme Dead Space ou The Callisto Protocol. Sorti d’un peu nulle part, et plus précisément d’un petit studio…
Test

Raiden IV x MIKADO Remix - Test - PlayStation 4

5 mn de lecture
Raiden IV x MIKADO Remix, un Shmup à ne pas louper Si le Shmup est aujourd’hui un genre aussi désuet que forcément attirant (chaque sortie nous attire inexorablement), on oublie tout de même jusqu’à l’existence de certaines grandes licences. R-Type revient de temps en temps, et une série culte comme Raiden a bien perdu de son aura, surtout à cause d’un cinquième opus un peu décevant. Mais il faut se souvenir à quel point, lors de sa parution en 1990, l’épisode fondateur fut une véritable onde de choc dans l’univers…

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *