Test

Youtubers Life 2 – Test – PlayStation 4

4 mn de lecture
image jeu youtubers life 2
image playstation 4 youtubers life 2
  • Youtubers Life 2
  • Disponible sur : PlayStation 4, Xbox One, Nintendo Switch, PC
  • Développé par : UPlay Online
  • Edité par : Raiser Games
  • Sortie le : 19 octobre 2021
  • Genre : Gestion
  • pegi7

Youtubers Life 2 a encore du pain technique sur la planche…

Pas hyper bon mais surfant sur la vague des influenceurs vidéastes, Youtubers Life a su trouver sa voie lors de sa sortie en 2017, puis en 2019 grâce à une version physique distribuée par Koch Media. Avec son gameplay entre la gestion et le Sims-like, le tout empreint d’une légèreté agréable, le résultat valait tout de même le coup d’œil. Quelques années plus tard, UPlay Online, édité par Raiser Games, remet le couvert avec une suite sobrement intitulée Youtubers Life 2. On espérait notamment assez de nouveautés pour ajouter du fond et nous voilà partiellement satisfaits, même s’il reste encore beaucoup de travail pour livrer un jeu plus solide notamment sur l’aspect technique.

Youtubers Life 2 est certes encore imparfait, il a le mérite de tout de même pousser le délire plus loin que son grand frère. Cela se confirme dès la mise en place du contexte scénaristique. On ne peut pas réellement parler d’histoire, mais plutôt de prétexte pour se lancer dans le trip. Entre nous, c’est exactement ce qu’on attend d’un jeu de gestion, pas besoin d’un récit trop intrusif car le cheminement est intimement lié aux décisions du joueur. Bref, nous voilà propulsé dans la peau d’un attention whore tout ce qu’il y a de plus banal pour notre époque (et bim, dans les dents), pensant que sa petite personne pourra créer une véritable communauté. Il nous revient donc de faciliter cet objectif, non sans avoir au préalable terminé le premier Youtubers Life (dans le jeu, cela va sans dire, il s’agit d’une mise en abîme). Ce haut fait (hum) attire l’attention du groupe NewTube, qui nous invite à rejoindre sa ville malicieusement appelée… New Tube City. Décidément, dans ce milieu tout tourne autour du nombril des différents acteurs.

Après cette introduction, Youtubers Life 2 nous propose de créer un avatar, bien entendu au choix entre masculin et féminin. Là, on est entre deux eaux : si le style du personnage, tout mignon et nous rappelant un peu ce que Rare avait pu inventer sur Xbox 360, est convaincant, on regrette tout de même des choix limités en terme de personnalisation des différentes parties du visage. Rien de bien grave au fond, mais pour un Sims-like cela fait tout de même un peu léger. Passons. Ni une, ni deux, nous voilà donc envolé pour New Tube City, où un agent s’occupe de nous trouver un appartement gratuit dans l’un des trois quartiers de la ville. Ouaip, le rêve il faut bien avouer. Et ce n’est pas tout, car on a aussi droit à un drone, lequel nous suivra partout afin de proposer de petites vidéos ou des photos de nos folles journées. C’est ici que le soft commence enfin à nous embarquer, avec pas mal de bonnes idées qui nous font écrire que le socle ludique n’est pas mauvais.

Une suite plus intéressante côté gameplay

image test youtubers life 2

Les sous-titres sont bel et bien dispos en français, mais approximatifs.

Youtubers Life 2 nous demande de construire l’équivalent d’une chaine Youtube à succès. Il faut donc devenir tout autant un créateur de contenu, mais aussi se faire un véritable influenceur. Pour ce faire, impossible de rester à la maison en ne faisant qu’enchainer les session de gaming, même si elles seront aussi importantes bien entendu. Au cours de journées bien courtes (elles se déroulent en une vingtaine de minutes, ce qui pousse intelligemment au choix cornélien), il va falloir aller visiter la ville, se faire de l’argent afin de se payer du meilleur matériel et s’ouvrir de nouvelles options sur le drone, mais aussi faire attention aux tendances (les fameux hashtags). Tout en n’oubliant donc pas de se lancer dans la création de Vlogs, par le biais d’un mini-jeu nous demandant d’opter pour des cartes à réactions, lesquelles devront être soigneusement choisies pour coller le plus possible aux tendances. Et si l’on est bon, on gagne de l’expérience, ouvrant là encore d’autres possibilités. Sur le papier, c’est super. En pratique, on regrette que la traduction française soit à ce point imprécise que, parfois, on se retrouve avec des descriptions de cartes totalement mensongère.

Cette imprécision, couplée à la limite de temps pour la journée et surtout aux points d’action limités, créé tout de même de la frustration. C’est vraiment dommage, car on sent tout de même de l’intérêt pour le gameplay. Par exemple, Youtubers Life 2 met le paquet sur les relations sociales. Par exemple, c’est en se baladant en ville, et en discutant avec des stars d’Internet que l’on découvre des centres d’intérêt. Ainsi, des Youtubers célèbres comme PewDiePie, Rubius, Paluten, ou encore InoxTag, nous refilent des missions annexes afin de gagner en crédibilité, mais aussi dans le but de nous renflouer le porte monnaie. Aussi, chaque jour on pourra poster une photo dans un équivalent d’Instagram, avec la possibilité de se lancer dans une pose tout à fait mignonne, tout en l’accompagnant d’un commentaire visant à développer la fanbase. Bon, on trouve la courbe d’abonnement trop facile, mais cela a aussi comme intérêt de nous récompenser quotidiennement, donc de nous pousser à revenir vers le jeu. C’est bien dans l’esprit, mais finalement tout cela devient trop facile dès qu’on avance bien.

De vrais soucis de finitions qui ternissent l’expérience

image gameplay youtubers life 2

Il faudra ne pas hésiter à explorer la ville pour découvrir les bonnes tendances.

Notons aussi du streaming sous forme de gameplay à la Guitar Hero, pas mal d’activités annexes (passer son permis pour utiliser une trottinette visant à accélérer les déplacements, par exemple), sans oublier une place de leader assez longue à truster, et l’on obtient une durée de vie d’une trentaine d’heures. C’est pas mal du tout, même s’il faudra espacer les sessions pour ne pas ressentir trop de lassitude. Par contre, la partie visuelle nous pose problème. Comme nous l’écrivions plus haut, la direction artistique toute choupinette n’est pas en cause, mais plutôt la partie purement technique et même l’ergonomie. Trop de crénelage, trop de temps de chargements intempestifs, trop de jauges à l’écran, un inventaire casse-pied, des sauvegardes uniquement en fin de journée. Bref, Youtubers Life 2 manque de finition, et on le ressent fortement. Les musiques, quant à elles, ne nous ont laissé aucun souvenir.

Conclusion

Youtubers Life 2 a de quoi séduire en partie un public large, appréciant tout d’abord le monde des créateurs de contenu puis ne voyant pas d’un mauvais œil le genre de la gestion. Le trip est plus poussé que dans le précédent opus, il s’agit donc d’une vraie suite, mais l’on regrette quelques loupés, comme une traduction française bordélique, poussant à l’échec à cause d’approximations énervantes. Aussi, la finition technique laisse à désirer. Malgré tout, on pourra être charmé par le sentiment de progression, mais aussi la possibilité de rencontrer des stars du secteur. C’est peu, mais on la cible s’en contentera forcément.

11 /20
Articles liés
Test

Prinny Presents NIS Classics Volume 3 - Test - Nintendo Switch

4 mn de lecture
Prinny Presents NIS Classics V3, indispensable pour les collectionneurs Quelle époque bénie ! Bon, OK, je peste contre le niveau en chute libre du jeu vidéo occidental, ce dernier ne parvenant pas à se renouveler, s’engonçant dans des genres sur-usités que je ne peux plus voir en peinture. Enfin bref, heureusement que les acteurs Japonais de cette industrie ont repris du poil de la bête, comme Nippon Ichi Software. Sa partie édition, NIS America, ne cesse de nous abreuver de titres intéressants (Ys IX : Monstrum Nox, Yurukill : The…
Test

Soul Hackers 2 - Test - PlayStation 5

4 mn de lecture
Soul Hackers 2, pour patienter avant les prochains SMT L’univers de la licence-phare d’Atlus, Shin Megami Tensei est complexe, il est fait de plein de cheminements différents, de telle sorte que le béotien peut s’y perdre amplement. Parmi les « branches », vous connaissez obligatoirement les Persona, devenus très populaires depuis l’incroyable et mérité succès du cinquième opus. Il est moins certains que vous ayez entendu parler de Devil Summoner : Soul Hackers. Et pour cause, le titre est longtemps resté cantonné au Japon, jusqu’à sa sortie sur Nintendo 3DS,…
Test

Jojo's Bizarre Adventure : All-Star Battle R - Test - PS5

3 mn de lecture
Jojo’s Bizarre Adventure : All-Star Battle R, un délice pour les fans Quand on a un peu de culture manga, impossible de ne pas avoir au moins entendu parlé de Jojo’s Bizarre Adventure. L’œuvre de Hirohko Araki est celle de toute une vie : si nous autres Occidentaux l’avons découvert en début de millénaire, grosso modo, la série existe depuis bien plus longtemps, 1986 pour être précis. Une longévité forçant le respect, mais surtout dû à la qualité du concept, du dessin, ce ton parfois déjanté, et même un peu…

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

×
Test

Monster Harvest - Test - PlayStation 4 - Merge Games