Test

Kukoos : Losts Pets – Test – PlayStation 4

3 mn de lecture
image jeu kukoos losts pets
image nintendo switch kukoos losts pets
  • Kukoos - Losts Pets
  • Disponible sur : PlayStation 4, Xbox One, Nintendo Switch, PC
  • Développé par : PetitFabrik
  • Edité par : Modus Games
  • Sortie le : 6 décembre 2023
  • Genre : Plates-formes 3D
  • image pegi3

Kukoos : Losts Pets, un platformer 3D qui manque d’idées

Longtemps très populaire, le (bon) jeu de plates-formes 3D est désormais assez rare. Ses codes sont parfois réutilisés ailleurs, notamment dans l’open world, mais il est indéniable que le genre manque énormément dans le paysage vidéoludique. J’en veux pour témoin le succès d’estime d’Astro’s Playroom, certes un très bon jeu mais provoquant une vague de sympathie allant au-delà de ses qualités. Ou celui du pourtant imparfait Psychonauts 2. Mario continue de porter le platformer 3D, mais on reste en recherche d’une licence forte. Celle-ci débute-t-elle avec Kukoos : Losts Pets ? Malheureusement, et malgré des qualités, c’est loin d’être le cas.

Si Kukoos : Losts Pets n’était pas spécialement dans mon radar, j’ai tout de même été étonné d’apprendre le nom du studio derrière ce titre. On retrouve donc PetitFabrik (édité par Modus Games), jusqu’ici auteur brésilien d’un dessin animé (Lupita). Donc on était loin du jeu vidéo, mais les passerelles sont nombreuses avouons-le. Par exemple côté narration, et c’est là ma première déception puisque le jeu se fait à la fois légère dans ce domaine, et surtout peu intéressant. On fait la connaissance des Kukoos, des êtres mignons rappelant très fortement les avatars de Fall Guys, et vivant sur une île. L’action prend place pendant le Pet Day, un jour de fête mettant en exergue leur amour pour leurs animaux de compagnie, lesquels leur apporte aussi des services très utiles. Seulement, l’utilisation d’un outil de communication va créer un conflit, et nous voilà en route pour le régler. C’est franchement oubliable donc, mais les enfants pourront tout de même en profiter puisque les sous-titres sont proposés en français.

Kukoos : Losts Pets est un jeu de plates-formes linéaires, la structure se découpant en niveaux sans accès à un hub mais à une carte à la Super Mario Bros 3. Mais la comparaison avec l’un des chefs-d’œuvre de Nintendo s’arrête là. Non seulement car les levels sont en 3D, mais aussi parce que le fun est bien moins présent. Schématiquement, chaque environnement parcouru le sera afin de collecter des objets (des pièces) qui servent à ouvrir l’accès au prochain niveau. L’originalité de gameplay, ou du moins ce qui doit l’être, c’est l’utilisation d’animaux de compagnie proposant un pouvoir aux effets évidemment utiles pour bien explorer le level design. C’est parfois très réussit, comme avec cette sorte de flash à activer afin de mettre en marche certains mécanismes, ou plonger les ennemis dans une léthargie. C’est pas hyper original, mais au moins ça fonctionne. Ce qui n’est pas toujours le cas, comme celui qui forme une marche afin de créer une sorte de double-saut.

Trop peu charismatique dans tous les domaines

image test kokoos losts pets

Le level design manque de saveur.

Kukoos : Losts Pets ne brille donc pas par son originalité, ni la précision de ses mécaniques. Mais celles-ci proposent un minimum de fun dans ses mécaniques pour garder les joueurs éveillés tout du long. Par contre, j’adresse un carton très jaune à la caméra. On ne peut pas la maitriser, et son angle se révèle parfois si problématique que certains passages demandant de la précision en pâtissent. Ce défaut provoque des game over, et l’un des autres soucis est le placement erratique des points de sauvegarde, vraiment trop éloignés des (rares) murs de difficulté. Je pense notamment aux niveaux à défilement automatique, qui peuvent parfois devenir très frustrants. Par contre, les boss n’opposent que trop peu de challenge, donc l’équilibrage global du soft est à la rue.

Kukoos : Losts Pets nous livre un contenu assez limité, le 100% peut être atteint en tout au plus six à sept heures. Ce n’est pas un mal, tant l’expérience se veut peu couronné de succès en terme de plaisir. Il faut tout de même saluer la présence d’un mode coopération (jusqu’à quatre joueurs, en local), même si le problème de caméra se fait encore plus marqué. Techniquement, le titre se tient plutôt bien, avec une bonne fluidité à 60fps stable. L’univers se veut enfantin, naïf, donc pas besoin de textures trop précises et ça rend service à cette production qu’on imagine humble. C’est une bonne chose. Par contre, la direction artistique manque de charisme. Ce qui, de mon point de vue, réduit la possibilité d’une suite qui, de toute manière, ne sera désiré que par très peu de personnes.

Conclusion

Kukoos : Losts Pets aurait pu remplir le rôle du petit platformer 3D sympathique et efficace, seulement il lui manque un surplus d’âme dans tous les domaines. L’univers ne s’imprime pas dans les mémoires, et le gameplay ne propose pas une idée qui sortirait du déjà-vu (et en mieux ailleurs). C’est jamais vraiment désagréable, mais tout est oubliable. J’ajoute un vrai problème de caméra, et des points de sauvegarde placés un peu n’importe quoi. Du coup, difficile de conseiller ce jeu autrement qu’en soldes, et uniquement pour les fans du genre les plus en manque.

10 /20
Articles liés
Test

Mount and Blade 2 : Bannerlord - Test - PlayStation 5

4 mn de lecture
Mount and Blade 2 : Bannerlord, un concept exigeant et chronophage Dans la famille des arlésiennes, Mount and Blade 2 : Bannerlord occupe une place bien en vue, juste à côté de celle des patriarches Duke Nukem Forever et autres Final Fantasy XV. Le jeu, issu du studio turc TaleWorlds (qui développe et édite, tandis que Plaion le distribue), fait suite à un premier jeu-surprise paru en 2008, et fut annoncé… en 2012. Dix ans plus tard, et non sans passer deux ans par la dangereuse case de l’Early access…
Test

Fobia : St. Dinfna Hotel - Test - PlayStation 5

3 mn de lecture
Fobia : St. Dinfna Hotel, pour les amateurs d’ambiances puissantes Qu’on se le dise, le survival horror semble enfin être revenu d’entre les morts ! Après avoir été la victime du succès des walking simulator à la Bloober Team (franchement oui, les Blair Witch, The Medium, Layer of Fear c’est de la ballade avec des sursauts il faut être honnête), voilà que le genre revient à ses fondamentaux avec de récentes sorties comme Dead Space ou The Callisto Protocol. Sorti d’un peu nulle part, et plus précisément d’un petit studio…
Test

Raiden IV x MIKADO Remix - Test - PlayStation 4

5 mn de lecture
Raiden IV x MIKADO Remix, un Shmup à ne pas louper Si le Shmup est aujourd’hui un genre aussi désuet que forcément attirant (chaque sortie nous attire inexorablement), on oublie tout de même jusqu’à l’existence de certaines grandes licences. R-Type revient de temps en temps, et une série culte comme Raiden a bien perdu de son aura, surtout à cause d’un cinquième opus un peu décevant. Mais il faut se souvenir à quel point, lors de sa parution en 1990, l’épisode fondateur fut une véritable onde de choc dans l’univers…

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

×
Test

Marsupilami : Le Secret du Sarcophage - Test - PlayStation 4