Test

Astérix & Obélix : Baffez-les tous ! 2 – Test – PlayStation 5

4 mn de lecture
image test asterix obelix baffez les tous 2
image playstation 5 asterix obelix baffez les tous 2
  • Astérix & Obélix : Baffez-les tous ! 2
  • Disponible sur : PlayStation 5, PlayStation 4, Xbox Series, Xbox One, Nintendo Switch, PC
  • Développé par : Mr Nutz Studio
  • Edité par : Microids
  • Sortie le : 13 novembre 2023
  • Genre : Beat'em all
  • image pegi3

Astérix & Obélix : Baffez-les tous ! 2 a de quoi contenter les fans

Au moment d’aborder Astérix & Obélix : Baffez-les tous ! 2, je ne peux m’empêcher d’être submergé par une intense et agréable nostalgie. Au-delà des intentions très claires, chez Microids, de rendre hommage au genre du beat’em all, c’est surtout la licence et le genre dans laquelle elle s’inscrit ici qui me rappelle bien des choses. Plus précisément, quel enfant des années 1990 n’a pas bavé des heures durant sur la borne d’arcade Astérix, développée par un Konami alors au sommet de sa gloire ? Certes très difficile, le jeu fourmillait de détails et d’animations évoquant idéalement la si grande bande dessinée de Goscinny et Uderzo, tout en nous permettant de filer des grosses mandales aux Romains, avec autant de panache que les Gaulois eux-même. Et cet Astérix & Obélix : Baffez-les tous ! 2, suite d’un soft paru en 2021 et déjà salué sur ce site, se situe clairement dans la droite lignée.

Après cette introduction marquant clairement et sciemment mes bonnes impressions initiales, basées sur la forme du soft, il reste tout de même pas mal d’éléments à confirmer afin d’obtenir un bon jeu. Astérix & Obélix : Baffez-les tous ! 2 se devait, par exemple, de proposer un bon récit. Non seulement pour l’intérêt du cheminement, mais aussi afin de bien accompagner la réussite qu’est le dernier album en date (lisez L’Iris Blanc !). Si le jeu ici testé n’en est pas une adaptation, son scénario se révèle d’une belle qualité, certes léger mais tout à fait dans l’esprit de la licence. On fait donc la connaissance de Goudurix, fils d’Océanonix, lui-même frère d’Abraracourcix, fameux chef du village de nos valeureux Gaulois. Goudurix, donc, va faire appel à Astérix et Obélix afin de libérer son père, lequel est accusé par César d’avoir volé l’Aquila de Lutetia. Cet emblème d’or, très précieux, a bien été dérobé, mais pas par celui qui est désormais retenu prisonnier, et qui va devoir retrouver le vrai coupable ? Vous l’avez deviné. La narration est certes très statique, à base de dialogues en artworks (doublés par les acteurs officiels, qui livrent une belle prestation), mais je ne peux que souligner l’évolution positive depuis un premier opus qui fit plus l’effet d’un best of.

J’ai évoqué, en introduction, ma nostalgie de ces années 1990. Elle ne s’arrête pas à l’évocation du titre de Konami. Car Astérix & Obélix : Baffez-les tous ! 2 est développé chez un certain Mr Nutz Studio. Et là encore, c’est une sorte d’énorme et agréable flashback pour moi. Mr Nutz, quel hit de la Super Nintendo, quelle claque technique… et quelle difficulté monstrueuse. Trente ans plus tard, j’attendais principalement des développeurs une meilleure maitrise de la courbe de difficulté. Alors avant de savoir si ce vœux est exaucé, replaçons un peu le gameplay. On est donc sur du beat’em all pur jus, avec ce qu’il faut de touches à presser frénétiquement et de vagues ennemies mettant à l’épreuve le panel de coups. Celui-ci est au cœur des nouveautés apportées par cette suite : on a des coups chargés hyper puissants (mais assez exigeants si l’on veut bien les placer), et même des attaques spéciales, Ultimate, à déclencher dans les moments les plus délicats. On a aussi le mode Furie, soit un gain de puissance sur une durée limitée. Oui, le soft reste bel et bien un BTA pur jus, avec ce que ça comporte d’action à la limite du décérébré. Mais clairement, j’ai ressenti plus de possibilités, plus de diversité aussi dans les situations. Notamment grâce à des combats de boss bien plus marquants, une excellente chose.

Mr Nutz Studio démontre son immense talent technique

Astérix & Obélix : Baffez-les tous ! 2 parvient aussi à imprégner plus d’énergie au voyage tout sauf paisible de nos irréductibles Gaulois. Si le level design reste finalement assez plat, sans trop de surprise, on parcourt les magnifiques environnements avec plus de panaches. Les avatars sont plus mobiles, répondent plus nerveusement que dans le premier opus. Aussi, on retrouve l’agréable et stratégique différentiation entre Astérix et Obélix. Le joueur peut passer de l’un à l’autre, et ressentira clairement les spécificités de chacun. Le premier est beaucoup plus vif, et plus difficile à toucher. Tandis que le second, tombé dans la marmite de potion magique quand il était petit, se déplace moins rapidement, s’avère plus en proie aux coups mais comble ça par une puissance impressionnante et une grande résistance. Le reste est plus classique, comme ces sangliers ou autres éléments à récupérer pour gagner de l’énergie. Et, globalement, j’ai ressenti moins de difficulté en jouant en mode Normal. L’aventure est plus fluide, l’on traverse l’expérience sans gros challenge, ce qui pourrait tout de même faire sourciller les puristes du genre. Pour continuer avec mes petits bémols, il est indéniable que certains passages sont trop chargés en ennemis, ce qui nuit parfois à la lisibilité d’une action se tournant alors plus vers le joyeux pugilat aveugle qu’autre chose. Un peu comme une baston générale dans le village des Gaulois.

Mais le vrai regret que je peux formuler concerne la durée de vie. En effet, Astérix & Obélix : Baffez-les tous ! 2 se termine en trois à quatre heures grand maximum. C’est moitié moins que pour le premier opus, et ce chiffre se vérifie aussi pour le nombre de niveaux, lequel opère aussi cette tendance. C’est vraiment dommage car on prend du plaisir tout du long, donc on ressent bien le fameux « on en voudrait plus ». Surtout que la rejouabilité se fait assez limitée, même si y revenir avec un pote pour un trip en coopération est fortement conseillé. Pour terminer, impossible de ne pas appuyer fortement sur la grande réussite du jeu : sa technique absolument fantastique. Mr Nutz Studio prouve à quel point la 2D a de l’avenir, tant le rendu est parfaitement fidèle aux travaux d’Uderzo et Goscinny que ce soit dans les textures ou les animations. Et l’écran a beau parfois être surchargé, je n’ai perçu aucun ralentissement, pas l’ombre d’une quelconque baisse de fluidité. Pareillement, on a pas mal d’éléments du décor à fracasser et, en parlant des différents endroits que l’aventure nous fait visiter, certains sont carrément somptueux. Je vous laisse l’entière surprise, mais entre le traditionnel village et ses environs et la terre des Vikings, le soft vous réserve de belles mandales à vous décrocher la mâchoire. Un véritable régal, notamment pour les fans de la BD. Et qui ne l’est pas ?

Conclusion

Astérix & Obélix : Baffez-les tous ! 2 est un bon beat’em all, entre respect de l’univers et qualités d’un gameplay rendu plus nerveux qu’auparavant. C’est hyper beau, cette 2D rend parfaitement hommage aux irréductibles Gaulois, et agréable à jouer, notamment grâce à de nouvelles mécaniques bien senties. Mon seul véritable regret, outre un level design un peu trop classique et une lisibilité de l’action rendue difficile dans certains passages, concerne la durée de vue. Quand c’est bon, c’est toujours trop court, et ça se vérifie encore une fois. Espérons qu’un hypothétique et souhaité troisième opus réglera ce petit accroc, mais il ne doit pas faire oublier la qualité de l’ensemble.

15 /20
Articles liés
Test

Trails of Cold Steel III & IV - Test - PlayStation 5

4 mn de lecture
Trails of Cold Steel III & IV, aussi exigeant que chronophage Alors que ce début d’année 2024 est sans aucun doute le plus chargé en grands JRPG depuis bien des années (Persona 3 Reload, Like A Dragon : Infinite Wealth, Final Fantasy VII Rebirth, et bientôt l’ultra-attendu Unicorn Overlord), voilà que Nihon Falcom et son éditeur NIS America nous propose une petite compilation pas piquée des hannetons. Lancé, depuis quelques temps, dans l’objectif de proposer leurs licences communes sur toutes les plateformes, le duo nous livre aujourd’hui Trails of Cold…
Test

Like A Dragon : Infinite Wealth - Test - PlayStation 5

6 mn de lecture
Like A Dragon : Infinite Wealth, le JRPG tient son nouveau maître Sorti voilà quatre ans, Yakuza : Like A Dragon est sans doute l’un des plus grands tournants de l’Histoire, pourtant si riche, de Sega. Si Sonic reste évidemment la grande mascotte de l’éditeur, la licence des développeurs du Ryu Ga Gotoku Studio est, particulièrement depuis Yakuza 6, sur la voie royale de la popularisation. C’est, pour ma part, l’une des plus belles satisfactions sur ces dernières années. Souvenons-nous comme nous étions seuls, en 2006, quand Kazuma Kiryu a…
Test

Helldivers 2 - Test - PlayStation 5

4 mn de lecture
Helldivers 2 : le vrai grand début du jeu-service Alors que ce début d’année 2024 est clairement placé sous le signe du J-RPG de grande qualité (Persona 3 Reload, Like A Dragon : Infinite Wealth, Granblue Fantasy : Relink, bientôt l’énorme Final Fantasy VII Rebirth…), un genre a tout de même droit à un coup de projecteur pour le moins surprenant. Le jeu-service, ou GaaS pour les initiés, est celui-ci, et c’est une véritable surprise que de me voir en dire du bien. Car votre dévoué serviteur ne cache pas…

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

×
Test

Marsupilami : Le Secret du Sarcophage - Test - PlayStation 4