Test

[Test] HitchHiker : A Mystery Game – PlayStation 4

2 mn de lecture
image jeu hitchhiker
image switch hitchhiker
  • HitchHiker
  • Disponible sur : PlayStation 4, Xbox One, Nintendo Switch, PC, iOS, Android
  • Développé par : Mad About Pandas
  • Edité par : Versus Evil
  • Sortie le : 15 avril 2021
  • Genre : Walking simulator
  • pegi12

HitchHiker embarque l’histoire, mais pas le ludisme

Avec HitchHiker, le studio allemand Mad About Pandas tente sa chance dans un exercice devenu périlleux : le Walking simulator. Ce genre, s’il a connu certaines heures de gloire (Firewatch, What Remains of Edith Finch), est désormais perçu comme ayant atteint ses limites. Voyons si le jeu ici traité parvient à contrer cette idée.

Il faut que vous en soyez conscients : HitchHiker mise tout, absolument tout, sur deux éléments. Son récit, et sa situation. Pour le premier, le constat est assez bon, même si l’on émet quelques regrets. Le début de ce récit ô combien initiatique ne souffre d’aucune fausse note : en quelques secondes on a droit à une installation efficace. Par le bruitage, on comprend que le parcours se fera sur la route, et que notre avatar, dont on ne connait pas le nom, est un auto-stoppeur. Voici donc la situation. Un walking simulator à la sauce road trip ? Il fallait oser, et c’est sans doute la plus grande force de ce titre.

Cette originalité, encore que Road to Guangdong s’y est aussi récemment essayé, est idéale pour traiter de deux sujets. Tout d’abord l’amnésie de l’avatar, lequel va donc découvrir son identité au fil des discussions. Et, justement, la personnalité des cinq conducteurs qui se passent le relai. Tous sont assez différents dans le fond (un réfugié, un fermier, etc), mais leurs remarques vont faire avancer votre quête. Car HitchHiker dévoile bientôt les raisons du pourquoi de ce parcours : vous recherchez votre petite amie récemment disparue. Un prétexte pour en apprendre plus sur le personnage, mais n’allons pas plus loin afin de laisser le mystère agir. Notons ici que les sous-titres sont assurés en français, avec une grosse dose de coquilles.

Beau travail de mise en scène

image test hitchhiker

HitchHiker est un Walking simulator… en voiture.

HitchHiker pourra accrocher le joueur en recherche d’un (road) trip avant tout narratif. On peut tout de même regretter un traitement de la conclusion bien trop précipité. Cela manque de puissance, même si l’on comprend l’envie de décaler le point culminant du final sur le parcours. L’autre anicroche, c’est le trop peu d’interactions intéressantes. Oui, le walking simulator a atteint ses limites ludiques, et les casses-têtes se réussissent sans forcer. On pourra tout de même parfois agir sur les objets, et l’on a plutôt apprécié la phase dans le restaurant, au court de laquelle rester alerte quant aux événements étranges rapporte des points. C’est pas foufou, mais ça sort du sempiternel choix de réplique.

Plutôt accrocheur si le récit vous embarque, pas très ludique, HitchHiker propose une durée de vie en accord avec ses prétentions. Il vous faudra un peu moins de cinq heures pour en venir à bout, et sans grand intérêt pour la rejouabilité. Techniquement, le constat est bon, sans non plus nous faire sauter au plafond. On apprécie la direction artistique, très typée dessin animé voire bande dessinée, mais on a remarqué quelques petites baisses de framerate. Alors que les textures ne sont pas des plus riches, c’est donc difficilement compréhensible. Reste qu’on apprécie la mise en scène, de laquelle se dégage une petite ambiance lynchéenne. Enfin, signalons un gros travail sur les doublages, tous de grande qualité.

Conclusion

HitchHiker s’adresse avant tout aux joueurs qui connaissent les limites ludiques d’un walking simulator. Si vous êtes prêts à vous concentrer sur l’histoire, pendant un peu moins de cinq heures, alors le jeu pourra vous intéresser. Sa direction artistique réussie, ses doublages de grande qualité, tout cela joue aussi un rôle dans votre probable implication. Reste qu’on regrette des sous-titres certes français, un effort louable, mais bourrés de coquilles. Et le final est un peu sous-traité. Pas de quoi révolutionner le genre donc, ni faire changer d’avis les haters, mais le résultat pourra séduire ceux qui en sont conscients.

12 /20
Articles liés
Test

The Chant - Test - PlayStation 5

4 mn de lecture
The Chant, le survival horror qui sort des sentiers battus Pas mal mis au placard depuis quelques années, le survival horror revient doucement, mais sûrement, d’entre les presque-morts. Resident Evil Village a certes fait le choix de l’action (avec un certain brio), d’autres recherchent un peu plus les sensations d’antan. Malgré ses imperfections, The Callisto Protocol est de ceux là, tout comme Signalis ou Tormented Souls. Derrière ses apparences de jeu un peu « intello », The Chant vient gonfler ces rangs, avec plus de réussite qu’espéré.
Test

MX vs ATV Legends - Test - Playstation 5

3 mn de lecture
MX vs ATV Legends, une relance aussi ambitieuse que maladroite À l’ombre des mastodontes Forza Motorsport et Gran Turismo, on trouve parfois de sacrées surprises. Surtout du côté de la production américaine, dont la culture de la démesure accouche parfois de concepts invraisemblables. Non mais sérieusement, des jeux de NASCAR, de Monster Trucks, c’est quand même quelque chose. Et si nous autres européens sommes peu touchés par ces compétitions,il s’agit de véritables succès vidéoludico-populaires outre-atlantique. Parmi les licences les plus en vue là-bas, MX vs ATV tient une bonne place,…
Test

Yum Yum Cookstar - Test - PlayStation 4

3 mn de lecture
Yum Yum Cookstar : les mêmes et on recommence Alors que Cooking Mama semblait avoir pris sa retraite définitive suite à des soucis de production assez sidérants, la licence revit… mais sans la mascotte bien connue. Celle-ci, l’un des phares du jeu tous publics (ou « casual », comme on le disait à l’époque de la Wii) depuis 2006, laisse sa place à un soft clairement motivé par le besoin de parler à une nouvelle génération de joueurs. Et ce titre, c’est Yum Yum Cookstar. Est-ce vraiment une bonne chose…

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *