Test

In Sound Mind – Test – PlayStation 5

5 mn de lecture
image jeu in sound mind
image playstation 5 in sound mind
  • In Sound Mind
  • Disponible sur : PlayStation 5, Xbox Series, Nintendo Switch, PC
  • Développé par : We Create Stuff
  • Edité par : Modus Games
  • Sortie le : 28 septembre 2021
  • Genre : Aventure, Survival horror
  • pegi12

In Sound Mind, le son qui met la pression

Il est toujours difficile, pour un jeune studio, de passer du statut d’espoir à celui de confirmé. Et c’est ce que tente We Create Stuff, développeur basé en Israël ayant fait parler de lui avec un super mod pour Half-Life 2, intitulé Nightmare House 2. On y décelait, en effet, un talent pour instaurer une ambiance horrifique très travaillée, et même parfois terrorisante. C’est donc avec une certaine impatience qu’on a découvert In Sound Mind, tout en redoutant une forme Walking simulator contre-productive. Bonne nouvelle, le résultat évite beaucoup de pièges.

In Sound Mind a déjà la bonne idée de commencer vite, et bien. Le joueur est très rapidement projeté dans la peau de l’avatar, Desmond Wales, psychologue dans la ville de Milton Haven. L’installation de l’intrigue est très efficace : on découvre la bourgade de nuit, ravagée par les eaux (à moitié engloutie par elle, ce n’est pas le petit orage). Et une voix bien anxiogène, menaçante, impose un contexte bien inquiétant. Notre personnage se réveille dans le sous-sol de son immeuble, bien décidé à comprendre ce qui se trame. Au fur et à mesure, il va comprendre que quatre de ses patients ont disparu. Il va donc falloir faire le lien entre l’état post-apocalyptique de la ville, les disparitions, mais aussi les pensées pas toujours claires de l’avatar et une entreprise pharmaceutique clairement impliquée. De quoi se triturer les méninges.

Ces quatre patients sont le cœur de l’intrigue d’In Sound Mind. Il permettent au soft de prendre une forme chapitrée, fluidifiant ainsi la narration tout en imposant une linéarité incontestable. Mais les développeurs de We Create Stuff ont su éviter le piège du Walking simulator, ce genre désormais tombé en désuétude à force d’itérations décevantes. Ainsi, le joueur ne subit pas trop le chemin pré-défini, il passe notamment par un hub, l’immeuble de Desmond, afin de rejoindre chacun des chapitres. Comme pour The Vanishing of Ethan Carter, on a donc du ludique dans le narratif, ce qui arrache le titre des griffes de l’ennui. Surtout que les premiers instants nous présentent des mécaniques certes hyper classiques (s’accroupir, sauter, trouver une lampe-torche, etc) mais prometteuses en terme de ludisme.

Une horreur efficace, plus psychologique que graphique

image test in sound mind

L’ambiance d’In Sound Mind est particulièrement soignée.

In Sound Mind se situe dans la frayeur psychologique, plus à la Silent Hill 2 (toutes proportions gardées) qu’à la Resident Evil Village. On y perçoit aussi beaucoup de Bloober Team, mais sans les tares qui, selon nous, commencent à ternir leurs jeux. On évolue en écoutant des enregistrements audios, on reste parfois longtemps dans une sorte d’expectative malaisante, avec à la clé des instants de frayeurs bien préparés. Et même du jump scare, vous êtes prévenus. Car, contrairement aux Walking simulator de bas étage, le titre ici abordé nous expose toute une galerie d’ennemis qui vous en veulent, et pas qu’un peu. Mis à part la sorte de Némésis qui nous hante entre les chapitres, chaque chapitre est habité d’un monstre bien glauque représentant les pensées noires des patients. Et d’autres menus vilains viennent aussi vous ralentir. Pour se protéger, on pourra récupérer différentes armes, ce qui nous sort du trip cache-cache à la Layers of Fear.

Chaque chapitre est bien différencié par un environnement qui lui est propre. Là encore, c’est un bon point pour In Sound Mind, surtout qu’ils sont plutôt bien pensés dans leur level design. On a droit à une supermarché de l’angoisse, un phare dont le faisceau de lumière rouge est mortel, et d’autres choses qu’on vous laisse découvrir. Ces péripéties se font bien rythmées, avec ce qu’il faut de documents à lire, et même de… chats bavards. L’ambiance du jeu vise une sorte de traduction de la folie horrifique, on n’est pas spécifiquement dans de l’épouvante pure à la Project Zero. Le métier de l’avatar nous met d’ailleurs sur sur la piste : l’expérience est parfois assez cérébrale, ce qui pourra peut-être gêner aux entournures les purs amateurs de frissons. Les autres ne pourront que se réjouir d’enfin sortir de sentiers un peu trop battus ces derniers temps.

Le jeu évite les piège du Walking simulator

image gameplay in sound mind

Un passage fait appel à la notion de reflet…

In Sound Mind parvient donc à nous séduire totalement dans son ambiance et sa forme. Par contre, on peut émettre des pistes de progrès pour un futur jeu du studio. Tout d’abord, alléger l’ATH ne suffit pas : il aurait été plus efficace de totalement le vider. On a tout de même à l’écran le niveau de santé, ou encore l’énergie de la lampe-torche (que l’on recharge en trouvant des piles) et le nombre de munitions. Dommage, on préférerait pouvoir en être conscient autrement, de manière plus organique. Même constat pour l’apparition des points d’intérêt, trop « vidéoludiques » donc atténuant un peu l’immersion. Ensuite, il manque clairement une carte, un objet que l’on pourrait compulser afin de se situer. Au début de l’aventure, les lieux sont gérables, et l’on apprécie de voir les noms des salles s’afficher à l’écran. Mais, bien vite, les environnements se complexifient, et là ça devient une autre paire de manche. Aussi, on sent bien que l’inventaire a été pensé pour le PC, il manque d’ergonomie, de visibilité sur console. Enfin, les armes manquent quand même un peu de peps, de sensations dans le recul.

In Sound Mind propose un trip d’une épaisseur agréablement étonnante. Pour en venir à bout, comptez une dizaine d’heures. Pour les jusqu’au-boutistes recherchant le moindre collectible, ce sera plutôt une quinzaine. Et sachez que la difficulté est paramétrable grâce à trois modes (facile, normal, difficile). Pas une grosse rejouabilité, mais on y reviendra avec plaisir afin de s’opposer un bon challenge, surtout que les points de sauvegarde assurent un cheminement sans trop de frustration. Techniquement, le constat est en dents de scie, même si ça s’est grandement amélioré avec le patch day one. On a toujours des petits bugs de collision, certaines textures bavent un peu, des effets de lumière sympathiques mais ne se répercutant aucunement dans les ombres. Aussi, la fluidité peut parfois flancher, surtout dans un troisième chapitre plus touché que les autres. Quant aux temps de chargement, ils sont encore un peu long pour le SSD de la PlayStation 5. D’ailleurs, signalons que les capacités haptiques de la DualSense ne sont pas mises à contribution. Heureusement, la direction artistique sauve la mise de ce côté, avec un vrai travail sur les contrastes et un chara-design réussit. Notons aussi un mixage sonore de très bon niveau (jouez au casque, ça multiplie la flippe !) et une OST qui approfondit le malaise ambiant.

Conclusion

In Sound Mind confirme en partie le talent du studio We Create Stuff, et c’est une bonne nouvelle. L’expérience évite avec soin tous les pièges du Walking simulator horrifique, surtout grâce à une structure intelligemment pensée. L’histoire, parfois cryptique, mais surtout bien équilibrée entre coups de frayeurs et apports psychologiques, permet aussi de sortir d’un schéma classique et de se sentir un peu mis en danger. L’immersion, de ce côté, est bonne, mais peut-être nivelée vers le bas à cause d’un ATH encore un peu trop présent, ou d’imperfections techniques trop visibles. Ce n’est donc pas encore parfait, mais très encourageant pour ce jeune studio, dont on attend déjà le prochain jeu avec une grande curiosité.

14 /20
Articles liés
Test

Dungeon Encounters - Test - PlayStation 4

8 mn de lecture
Dungeon Encounters n’est pas pour les petits joueurs Comme nous le démontrions dans notre top réservé à ces jeux de Square Enix qu’on aimerait voir revenir sous une forme ou une autre, l’éditeur japonais est bien plus intéressant que ce que certains veulent faire croire aujourd’hui. Et c’est d’autant plus vrai quand, justement, il s’éloigne de la routine (certes très, très agréable) Final Fantasy, Dragon Quest et Kingdom Hearts. On aime le SE qui nous refilait Vagrant Story, Drakengard ou encore Parasite Eve, des titres que personne n’avait vu venir…
Test

Knockout Home Fitness - Test - Nintendo Switch

4 mn de lecture
Knockout Home Fitness a l’œil du tigre On ne le dira jamais assez : restez actifs, faites du sport, et mangez équilibré en évitant les produits transformés. Voilà, votre dévoué serviteur, qui a perdu plus de vingt kilos en deux mois, a fait sa petite leçon. En vrai, il est indéniable que ce genre de conseil est facile à prodiguer, mais jamais simple à réceptionner : on a tous un rythme de vie différent. Du coup, un jeu comme Knockout Home Fitness, édité par Marvelous et distribué physiquement grâce à…
Test

Metroid Dread - Test - Nintendo Switch

3 mn de lecture
Metroid Dread, l’un des GOTY de 2021 Metroid Dread est la suite directe de l’épisode Fusion. Alors qu’elle croyait avoir éradiqué pour de bon les Metroids et le Parasite X (un organisme hostile capable de prendre l’apparence de son hôte en reproduisant son ADN et le tuant à petit feu lors du processus), Samus reçoit un message lui indiquant qu’il resterait une trace du Parasite X sur la planète ZDR. Un contingent de robots de combat réputés invincibles, les E.M.M.I. , y est envoyé mais tout contact est rapidement perdu…

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

×
Test

Ys IX : Monstrum Nox - Test - Nintendo Switch