Test

[Test] Outriders – PlayStation 5 – Square Enix

2 mn de lecture
image jeu outriders
image playstation 5 outriders
  • Outriders
  • Disponible sur : PlayStation 5, PlayStation 4, Xbox Series, Xbox One, Stadia, PC
  • Développé par : People Can Fly
  • Edité par : Square Enix
  • Sortie le : 1 avril 2021
  • Genre : RPG, TPS
  • pegi18

Outriders : avis à contre-courant

Les premières minutes dans Outriders, jeu édité par Square Enix, ont tendance à nous conforter dans la vision qu’on se faisait du jeu. À savoir un énième cover shooter un peu nanardesque avec des spaces-marines-like qui se sentent obligés de jurer tous les trois mots parce que « la virilité ». Mais les apparences sont particulièrement trompeuses.

image gameplay outriders

Oui, Outriders est un RPG-shooter…

Une fois passé l’intro d’Outriders, on choisit sa classe entre Technomage, Pyromage, Illusioniste et Telluriste et on comprends alors qu’on n’est pas du tout dans un cover shooter. En fait, la couverture, c’est bon pour nos ennemis, et nous, on incarne un demi-dieu surpuissant dont l’agressivité est largement encouragée (on regagne de la vie en attaquant). Et cette surpuissance va crescendo, au fur et à mesure que les nouvelles compétences se débloquent. Les téléportations de l’Illusioniste à des centaines de mètres pour backstabber ou les renvois des balles ennemies façon Matrix du Telluriste sont particulièrement grisants par exemple.

On se rend aussi compte qu’avec Outriders, on a affaire à un RPG-shooter. Le loot (aussi varié et généreux que dans un Borderlands) et la gestion de personnage (bien plus complexe qu’elle n’en a l’air au premier abord) étant au cœur du gameplay. Très vite, il n’est plus que question d’équilibrages de chiffres.

Sortez vos calculatrices

image test outriders

Voilà un personnage bien préparé.

Même la première impression de linéarité est finalement démentie, Outriders offrant de plus en plus de quêtes annexes et de possibilités d’exploration au fil des heures. En parallèle, la direction artistique n’a également de cesse de se bonifier. On commence dans des décors grisâtres et peu inspirés pour finir dans de somptueux paysages.

Alors, certes il y a bien quelques défauts et lourdeurs. La création de personnage manque d’options, l’histoire est bonne mais mal racontée, la connexion obligatoire est un non-sens pour qui veut soloter (surtout vu l’instabilité des serveurs au lancement), les menus sont perfectibles et il y a encore un paquet de bugs qui demandent à être patchés. Mais rien que pour ses sensations jouissives, son rythme soutenu, sa richesse et sa proposition coop (quasi indispensable pour le end game post-générique de fin), Outriders ne mérite absolument pas la volée de bois vert qu’il se prend un peu trop souvent.

Conclusion

Il faut passer les premières heures pour s’en rendre compte (du coup, on imagine que la démo doit en donner une impression faussée), mais le Destiny-like de Square Enix parvient à se distinguer de ses inspirations pour trouver sa propre identité, ne serait-ce que grâce à sa vue TPS qui fait sens avec son gameplay (le même jeu en vue FPS serait un gerbitron). Outriders n’est pas le jeu de l’année mais un bon défouloir.

17 /20
Articles liés
Test

The Great Ace Attorney Chronicles - Test - PlayStation 4

4 mn de lecture
The Great Ace Attorney Chronicles : les spin off prennent le pouvoir Si, depuis quelques temps, Capcom semble vouloir alterner entre ses deux grosses licences (Monster Hunter, Resident Evil, garde à vous !), il serait dommage de gâcher le potentiel de ses autres séries. Voilà quelques temps, c’est Phoenix Wright : Ace Attorney Trilogy qui nous rappelait avec bonheur la diversité de la ludothèque de l’éditeur. Et les fans de cet univers peuvent être aux anges, car The Great Ace Attorney Chronicles nous livre deux opus totalement inédits, et de…
Test

The Silver Case 2425 - Test - Nintendo Switch

4 mn de lecture
The Silver Case 2425, du Suda51 de belle envergure Non, Suda51 ce n’est pas que No More Heroes ! Ce véritable artiste, très atypique dans un milieu vidéoludique malheureusement entrain de se soumette aux diktats puritains et « normalisants », grand amoureux de catch et de bizarreries en tous genres, s’est aussi illustré dans le Visual novel. Et, ô bonheur, voilà que The Silver Case 2425, rassemblant les deux titres du diptyque, sort sur Switch grâce aux bons soins de NIS America. Et de Koch Media, qui le distribue en…
Test

Akiba's Trip : Hellbound & Debriefed - Test - PlayStation 4

5 mn de lecture
Le premier opus d’Akiba’s Trip enfin dispo chez nous ! Le cinéma a ses nanars, le jeu vidéo tient ses équivalents avec les kusoge. Derrière ce mot-valise nippon se cache une foule de softs certes bancals, mais parfois terriblement accrocheurs. Notamment car ils permettent de trouver une légèreté qui, actuellement, a tendance à nous étouffer. On citera notamment les délirantes filles-samurai-en-bikini d’OneeChanbara, ou encore le chien-sulfateuse du futur Metal Max Xeno : Reborn. Et dans cette liste, Akiba’s Trip : Hellbound & Debriefed tient une place de choix.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

×
Test

[Test] Returnal - PlayStation 5 - Sony Interactive Entertainment