Test

[Test] Outriders – PlayStation 5 – Square Enix

2 mn de lecture
image jeu outriders
image playstation 5 outriders
  • Outriders
  • Disponible sur : PlayStation 5, PlayStation 4, Xbox Series, Xbox One, Stadia, PC
  • Développé par : People Can Fly
  • Edité par : Square Enix
  • Sortie le : 1 avril 2021
  • Genre : RPG, TPS
  • pegi18

Outriders : avis à contre-courant

Les premières minutes dans Outriders, jeu édité par Square Enix, ont tendance à nous conforter dans la vision qu’on se faisait du jeu. À savoir un énième cover shooter un peu nanardesque avec des spaces-marines-like qui se sentent obligés de jurer tous les trois mots parce que « la virilité ». Mais les apparences sont particulièrement trompeuses.

image gameplay outriders

Oui, Outriders est un RPG-shooter…

Une fois passé l’intro d’Outriders, on choisit sa classe entre Technomage, Pyromage, Illusioniste et Telluriste et on comprends alors qu’on n’est pas du tout dans un cover shooter. En fait, la couverture, c’est bon pour nos ennemis, et nous, on incarne un demi-dieu surpuissant dont l’agressivité est largement encouragée (on regagne de la vie en attaquant). Et cette surpuissance va crescendo, au fur et à mesure que les nouvelles compétences se débloquent. Les téléportations de l’Illusioniste à des centaines de mètres pour backstabber ou les renvois des balles ennemies façon Matrix du Telluriste sont particulièrement grisants par exemple.

On se rend aussi compte qu’avec Outriders, on a affaire à un RPG-shooter. Le loot (aussi varié et généreux que dans un Borderlands) et la gestion de personnage (bien plus complexe qu’elle n’en a l’air au premier abord) étant au cœur du gameplay. Très vite, il n’est plus que question d’équilibrages de chiffres.

Sortez vos calculatrices

image test outriders

Voilà un personnage bien préparé.

Même la première impression de linéarité est finalement démentie, Outriders offrant de plus en plus de quêtes annexes et de possibilités d’exploration au fil des heures. En parallèle, la direction artistique n’a également de cesse de se bonifier. On commence dans des décors grisâtres et peu inspirés pour finir dans de somptueux paysages.

Alors, certes il y a bien quelques défauts et lourdeurs. La création de personnage manque d’options, l’histoire est bonne mais mal racontée, la connexion obligatoire est un non-sens pour qui veut soloter (surtout vu l’instabilité des serveurs au lancement), les menus sont perfectibles et il y a encore un paquet de bugs qui demandent à être patchés. Mais rien que pour ses sensations jouissives, son rythme soutenu, sa richesse et sa proposition coop (quasi indispensable pour le end game post-générique de fin), Outriders ne mérite absolument pas la volée de bois vert qu’il se prend un peu trop souvent.

Conclusion

Il faut passer les premières heures pour s’en rendre compte (du coup, on imagine que la démo doit en donner une impression faussée), mais le Destiny-like de Square Enix parvient à se distinguer de ses inspirations pour trouver sa propre identité, ne serait-ce que grâce à sa vue TPS qui fait sens avec son gameplay (le même jeu en vue FPS serait un gerbitron). Outriders n’est pas le jeu de l’année mais un bon défouloir.

17 /20
Articles liés
Test

The Chant - Test - PlayStation 5

4 mn de lecture
The Chant, le survival horror qui sort des sentiers battus Pas mal mis au placard depuis quelques années, le survival horror revient doucement, mais sûrement, d’entre les presque-morts. Resident Evil Village a certes fait le choix de l’action (avec un certain brio), d’autres recherchent un peu plus les sensations d’antan. Malgré ses imperfections, The Callisto Protocol est de ceux là, tout comme Signalis ou Tormented Souls. Derrière ses apparences de jeu un peu « intello », The Chant vient gonfler ces rangs, avec plus de réussite qu’espéré.
Test

MX vs ATV Legends - Test - Playstation 5

3 mn de lecture
MX vs ATV Legends, une relance aussi ambitieuse que maladroite À l’ombre des mastodontes Forza Motorsport et Gran Turismo, on trouve parfois de sacrées surprises. Surtout du côté de la production américaine, dont la culture de la démesure accouche parfois de concepts invraisemblables. Non mais sérieusement, des jeux de NASCAR, de Monster Trucks, c’est quand même quelque chose. Et si nous autres européens sommes peu touchés par ces compétitions,il s’agit de véritables succès vidéoludico-populaires outre-atlantique. Parmi les licences les plus en vue là-bas, MX vs ATV tient une bonne place,…
Test

Yum Yum Cookstar - Test - PlayStation 4

3 mn de lecture
Yum Yum Cookstar : les mêmes et on recommence Alors que Cooking Mama semblait avoir pris sa retraite définitive suite à des soucis de production assez sidérants, la licence revit… mais sans la mascotte bien connue. Celle-ci, l’un des phares du jeu tous publics (ou « casual », comme on le disait à l’époque de la Wii) depuis 2006, laisse sa place à un soft clairement motivé par le besoin de parler à une nouvelle génération de joueurs. Et ce titre, c’est Yum Yum Cookstar. Est-ce vraiment une bonne chose…

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

×
Test

[Test] NieR Replicant 1.22 - PlayStation 4