Test

[Test] The Skylia Prophecy – PlayStation 4

3 mn de lecture
image jeu the skylia prophecy
image playstation 4 the skylia prophecy
  • The Skylia Prophecy
  • Disponible sur : PlayStation 4, Xbox One, Nintendo Switch, PC
  • Développé par : 7 Raven Studios
  • Edité par : 7 Raven Studios
  • Sortie le : 23 avril 2021
  • Genre : Aventure, Action
  • pegi7

The Skylia Prophecy manque de clarté dans son concept

Paru en novembre 2020, The Skylia Prophecy est l’un des nombreux exemples de jeux qui, allant dans le sens du vent, n’attire peut-être pas assez l’attention. Présenté comme un mélange de Metroidvania et de Souls-like, association qu’on a déjà vue et revue (Salt and Sanctuary ou Death’s Gambit, par exemple), le jeu développé par 7 Raven Studios n’est pas dans l’optique de révolutionner quoi que ce soit. Est-ce pour autant qu’il faut faire l’impasse dessus ? Malheureusement…

Cela saute aux yeux dès les premières secondes de jeu : The Skylia Prophecy est l’œuvre de développeurs qui ont apprécié la grande époque de Castlevania. C’est évident. L’histoire, si elle n’est que prétexte pour pousser le joueur à avancer, va dans ce sens. On y incarne la jeune et pas très sexy Mirenia, combattante qui a eu le malheur de réveiller une malédiction voilà trois ans. Afin de réparer la catastrophe qu’elle a provoqué, la voilà qui prend d’assaut la forteresse de Tirkin afin de dénicher le sort permettant sa rédemption. Bon, c’est pas fifou, les personnages manquent de saveur et l’antagoniste n’est pas vraiment mémorable. Mais ça a le mérite d’aller droit au but, de ne pas trop se faire intrusif. Aussi, sachez que les sous-titres sont proposés en français.

Après une entrée en matière plutôt intéressante, abrupte et sans aucun tutoriel, la prise en mains révèle quand même des lacunes. Les bases de The Skylia Prophecy sont pourtant solides : on est sur un plan 2D, coup normal, bouclier qui provoque aussi des dégâts, saut, utilisation de sorts. Bien entendu, d’autres mouvements viendront s’ajouter à la panoplie, comme le double saut typique des Metroidvania. On traverse un petit village, on parle aux habitants qui, parfois, proposent des quêtes annexes contre de la monnaie à dépenser au magasin. Puis les premiers ennemis sont plutôt typiques de ce qu’on peut attendre de ce genre. En tuer des tonnes vous vaut de faire évoluer votre énergie, la force et la mana, ce qui motive le combat. Tout cela fonctionne, mais des décisions surprenantes, discutables, viennent ternir le tableau.

Des idées contre-productives

image gameplay the skylia prophecy

The Skylia Prophecy ne peut cacher une saveur Castlevania.

Tout d’abord, il n’y a pas de carte. Boom, facepalm. Ensuite, Mirenia ne peut pas frapper accroupie. Ce qui force à utiliser le bouclier pour atteindre certains ennemis. On pourrait penser que cela ajoute au challenge, sauf que la disposition des ennemis n’est jamais pensée pour exploiter cette faille de l’avatar. Du coup, on a surtout l’impression que The Skylia Prophecy tente de se trouver des particularités en oubliant l’efficacité des mécaniques. Cela se vérifie aussi dans ce qui est pourtant primordial dans un Metroidvania : le backtracking, ou le système permettant d’atteindre des zones à ré-explorer à l’aune de nouvelles capacités. Ici, il va falloir revenir à la force des jambes de l’héroïne, sans fun, ce qui touche aussi les quêtes annexes puisqu’il faut revenir au village. Et encore, quand vous le pouvez car, parfois, vous ne pourrez même plus y retourner ! Le jeu prévient avant, mais c’est tout de même contre-productif.

Mais le plus gros regret concerne la mana. Imaginez, un Metroidvania qui vous fait payer votre double saut par une dose de mana qui, elle, ne se regagne qu’en tuant des ennemis qui, de plus, ne respawn pas sans que la partie ne soit relancée (ou après une mort). C’est une idée de design un peu étrange ? Eh bien elle figure dans The Skylia Prophecy. Du coup, on vous conseille de buter chacun des monstres rencontrés afin d’améliorer la mana car, à un moment, le jeu vous demandera d’enchainer les doubles bonds à tel point que vous coincerez si vous n’êtes pas préparés. On comprend l’envie de proposer du challenge, mais là il s’agit surtout d’une mécanique en profond désaccord avec les codes du Metroidvania. Quant au côté côté Souls-like, il est en fait inexistant. On est dans un Die & retry plus qu’autre chose, les combats ne nécessitant pas du tout la dose tactique habituelle. Ce qui n’est pas un souci, mais on sent bien que le soft pâtit d’un manque de clarté.

Une direction artistique séduisante

image test the skylia prophecy

La 2D est plutôt mignonne.

The Skylia Prophecy peut tout de même compter sur une belle prestation artistique. Le pixel art respire l’amour pour les jeux d’antan, et l’on pardonne même les éléments de décors qui cachent certains ennemis. On rage, mais on pardonne. Les lieux ne sont jamais très originaux, on passe de forêts en châteaux, mais tout est bien soigné, avec une ambiance parfois légèrement lugubre. On pense notamment aux combats de boss, au-dessus du lot en terme de plaisir de jouer et au design réussit. On a bien quelques bugs, des hitbox parfois imprécises, mais globalement ça se tient. Aussi, la musique ne dérange jamais, et même se révèle bien pêchues notamment dans la forteresse de Tirkin.

Conclusion

The Skylia Prophecy part avec de bonnes intentions, mais ne parvient pas à les concrétiser. En fait, le jeu loupe le coche des deux genres qu’il invoque, à cause de décisions plus courageuses que pertinentes. L’absence de carte mais aussi de coup accroupi, le backtracking raté, la dépense en mana à chaque utilisation de capacités pourtant primordiales, l’absence de tactique dans les combats, tout cela forme un gloubi-boulga informe. Dommage, car on sent tout de même une envie de bien faire, une prise en main abrupte mais agréable, une direction artistique plaisante. Pas une daube donc, mais on aimerait voir 7 Raven Studios revenir avec les idées plus claires.

9 /20
Articles liés
Test

Prinny Presents NIS Classics Volume 3 - Test - Nintendo Switch

4 mn de lecture
Prinny Presents NIS Classics V3, indispensable pour les collectionneurs Quelle époque bénie ! Bon, OK, je peste contre le niveau en chute libre du jeu vidéo occidental, ce dernier ne parvenant pas à se renouveler, s’engonçant dans des genres sur-usités que je ne peux plus voir en peinture. Enfin bref, heureusement que les acteurs Japonais de cette industrie ont repris du poil de la bête, comme Nippon Ichi Software. Sa partie édition, NIS America, ne cesse de nous abreuver de titres intéressants (Ys IX : Monstrum Nox, Yurukill : The…
Test

Soul Hackers 2 - Test - PlayStation 5

4 mn de lecture
Soul Hackers 2, pour patienter avant les prochains SMT L’univers de la licence-phare d’Atlus, Shin Megami Tensei est complexe, il est fait de plein de cheminements différents, de telle sorte que le béotien peut s’y perdre amplement. Parmi les « branches », vous connaissez obligatoirement les Persona, devenus très populaires depuis l’incroyable et mérité succès du cinquième opus. Il est moins certains que vous ayez entendu parler de Devil Summoner : Soul Hackers. Et pour cause, le titre est longtemps resté cantonné au Japon, jusqu’à sa sortie sur Nintendo 3DS,…
Test

Jojo's Bizarre Adventure : All-Star Battle R - Test - PS5

3 mn de lecture
Jojo’s Bizarre Adventure : All-Star Battle R, un délice pour les fans Quand on a un peu de culture manga, impossible de ne pas avoir au moins entendu parlé de Jojo’s Bizarre Adventure. L’œuvre de Hirohko Araki est celle de toute une vie : si nous autres Occidentaux l’avons découvert en début de millénaire, grosso modo, la série existe depuis bien plus longtemps, 1986 pour être précis. Une longévité forçant le respect, mais surtout dû à la qualité du concept, du dessin, ce ton parfois déjanté, et même un peu…

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

×
Livres

[Critique] Héroïnes de jeux vidéo - Ynnis Editions