Test

[Test] Narita Boy – PlayStation 4 – Team17

3 mn de lecture
image jeu narita boy
image playstation 4 narita boy
  • Narita Boy
  • Disponible sur : PlayStation 4, Xbox One, Nintendo Switch, Microsoft Windows
  • Développé par : Studio Koba
  • Edité par : Team17
  • Sortie le : 30 mars 2021
  • Genre : Action, Aventure
  • pegi16

Narita Boy soigne plus les apparences que le gameplay

Si le phénomène Kickstarter s’est tout de même un peu calmé, ou du moins s’est enfin structuré pour accoucher de projets plus sérieux qu’auparavant, on continue d’y découvrir des titres intéressants. C’est sur cette plateforme, en 2017, qu’on a croisé pour la première fois Narita Boy, premier jeu du Studio Koba. Ayant attiré l’attention de l’éditeur Team17, le soft a connu un long développement, avant de le retrouver au Steam Game Festival 2021. Et c’est à cette occasion que certains joueurs y ont placé une attente un poil démesurée…

Narita Boy met bien plus en avant son scénario qu’aucun autre jeu des années 1980. Et cette histoire est l’un des éléments un peu perturbateur pour l’expérience. Pourtant, le récit n’a rien de spécialement original, on est en plein Ready Player One, Tron etc. Avec ce qu’il faut de héros plongé dans le jeu d’un développeur marqué par les drames de sa propre vie, que l’on ne manquera pas de découvrir au travers de séquences walking simulator. L’avatar se retrouve donc en plein Royaume Numérique, à suivre un cheminement balisé par une intelligence artificielle omnisciente, afin de sauver ce monde que le Créateur semble devoir détruire.

Le début du récit ne laisse aucun doute, on est en plein trip nostalgique néo-rétro. Le héros, avant de se faire aspirer dans le jeu, vit dans la banlieue de Old-York. C’est un  ado gamer, dont la mère ne cesse de railler la passion. Tout cela sonne indéniable : Studio Koba a vu les mêmes films que nous, que vous, les D.A.R.Y.L. et consorts. Très bien, mais le traitement, et la digestion, nous laissent un peu sur notre faim. La traduction française est certes imparfaite, mais le trip qui rend volontairement incompréhensible certaines répliques, est contreproductif dans un jeu. Surtout un jeu d’aventure en 2D, à la limite du Metroidvania… et sans carte (The Skylia Prophecy, a aussi tenté, sans succès). On aura bien des indications à base de gros doigt vers un objectif, mais on se perd assez rapidement dans les multiples salles, heureusement toutes nommées.

Des débuts rudes dans l’installation des mécaniques

image gameplay narita boy

Narita Boy propose des combats efficaces.

La première heure de Narita Boy est ainsi un véritable test. On comprend un peu le game design, on voit des points communs avec Another World notamment dans les sensations un peu lentes. On parle à des PNJ, on reçoit leurs missions (trouver une clé dans telle salle, par exemple), puis tout change dès qu’on obtient la Techno-épée. Là, un système de combat aussi classique qu’efficace se met en place. Au corps-à-corps donc, mais aussi à distance grâce à un fusil aux munitions au concept cooldown qui, chargées, peut envoyer un laser dévastateur. On trouvera tout au long du cheminement des améliorations, de nouveaux mouvements comme un dash très utile.

Tout cela fonctionne bien, mais la bonne idée de Narita Boy se trouve ailleurs : dans la mécanique des Dudes Légengaires. Ceux-ci nous accordent une super-attaque, liée à une jauge. Mais, surtout, chacun de ces Dudes est associé à une couleur. Bien vite, on se rend compte que c’est aussi le cas des ennemis, vous comprendrez donc que vos coups seront plus puissants en fonction de la compatibilité de tout cela. Une attaque rouge terrasse bien plus vite un adversaire rouge, c’est simple, percutant. On pourra définir cela comme un système de postures. Tout cela sert un feeling des combats plutôt sympathique, bien aidé par des patterns globalement intelligentes.

Un trip visuel rétro sympathique mais parfois envahissant

image test narita boy

Les séquences de souvenir sont parfois émouvantes.

Seulement voilà, le gameplay c’est aussi la précision des commandes, et l’intelligence de la configuration des touches. Et là, Narita Boy manque le coche. Très étrangement, les sauts sont assez précis avant que l’on récupère l’épée. Une fois l’objet acquis, les bonds prennent en raideur, et la moindre plate-forme à atteindre devient une épreuve pour les nerfs. On pensait s’y faire au fil du temps, mais non, même dans la dernière ligne droite on a souvent ragé sur ce genre de passage. Aussi, les deux configurations de la manette ne permettent pas d’avoir les accès à la croix multidirectionnelle pour les mouvements. Hélas, elle est dédiée aux supers-attaques des Dudes Légendaires. Dommage.

Reste la direction artistique, la grosse attraction de Narita Boy. Mais là aussi, il y a débat. Certes, on apprécie la personnalité de l’ensemble, à la convergence de Tron, de l’univers de feu Daft Punk et autres références évidentes aux années 1980. Mais les gros néons, certains effets stroboscopiques, tout cela vient aussi gêner la bonne lisibilité de l’action. Les animations, quant à elles, sont carrément merveilleuses, c’est détaillé et crédible. Le tout sans la moindre faiblesse du framerate. Enfin, la musique est excellente. On est évidemment dans du bon gros synth-wave énergique, avec parfois quelques petites références fortement agréable, comme ce morceau se rapportant à l’OST de Chrono Trigger. Du bonheur au casque, à savourer pendant la dizaine d’heure de durée de vie.

Conclusion

Narita Boy plaira surtout aux joueurs qui ont avant tout retenu des années 1980 son esthétisme. Véritable hommage à la culture pop, le jeu a tout de même tendance à se reposer sur son apparence. On a bien une bonne idée de gameplay, avec cette mécanique des Dudes qui se rapproche d’un système de posture, de bonnes sensations avec l’épée. Mais c’est trop peu pour créer une véritable alchimie. Surtout que, dans le même temps, les sauts manquent cruellement de précision, et l’aspect Metroidvania, certes léger, est tiré vers le bas par l’incompréhensible absence de map. Reste que l’expérience sait se faire généreuse en contenu, et séduira une partie des nostalgiques.

13 /20
Articles liés
Test

Crystar - Test - Nintendo Switch

5 mn de lecture
Crystar, un bel univers mais une forme trop répétitive Passé un peu inaperçu lors de sa première parution sur PlayStation 4 en 2019, Crystar fut pourtant une bonne petite découverte. Le jeu de FuRyu, à l’époque édité par Spike Chunsoft, était un Action-RPG très axé hack ‘n’ slash, avec quelques codes venus du Donjon-RPG. Écrit comme ça, c’est certain que le résultat ne pouvait qu’intéresser une niche de joueurs passionnés, d’autant plus que la traduction n’était assurée qu’en anglais. Près de trois ans plus tard, le soft se retrouve dans…
Test

Chrono Cross : The Radical Dreamers Edition - Test - PlayStation 4

9 mn de lecture
Chrono Cross : The Radical Dreamers Edition, toujours aussi culte On a une bonne nouvelle à vous annoncer : ça y est, les grands studios japonais, et même les constructeurs comme Sony et Nintendo, ont pris conscience de l’énorme potentiel de leurs ludothèques rétros. Certes, on pourra toujours se rappeler que les Sega, SNK et autres Konami ont toujours su nous refourguer des compilations en tous genres, mais ce n’est pas vraiment dans le même esprit que la sortie que nous abordons aujourd’hui. Chrono Cross : The Radical Dreamers Edition,…
Test

13 Sentinels : Aegis Rim - Test - Nintendo Switch

7 mn de lecture
13 Sentinels : Aegis Rim, l’un des plus grands jeux de l’Histoire Votre humble et dévoué serviteur ne le cache pas : chez JV+, les chouchous sont principalement japonais. Si le jeu vidéo occidental a de plus en plus de mal à me garder éveillé, pour cause de game design hyper lassant (je n’en peut plus de ces open world sans âme), l’industrie vidéoludique nippone garde cette magie qui, en d’autres temps, ont forgé ma passion. Nintendo est évidemment dans le lot, d’autres gros morceaux comme Square Enix ou FromSoftware…

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

×
Test

[Test] R-Type Final 2 - PlayStation 4 - NIS America