Test

The Wardrobe : Even Better Edition – Test – Nintendo Switch

4 mn de lecture
image jeu the wardrobe
image nintendo switch the wardrobe
  • The Wardrobe : Even Better Edition
  • Disponible sur : Nintendo Switch, PC
  • Développé par : CINIC Games
  • Edité par : CINIC Games
  • Sortie le : 31 octobre 2019
  • Genre : Point & click
  • pegi12

The Wardrobe : Even Better Edition, bavard mais plaisant

Avec l’avènement du domaine indé, plusieurs genres ont connu une véritable résurgence. Le platformer 2D, le Roguelite, le Metroidvania, mais aussi le Point & click, sont revenus sur le devant de la scène. Seulement voilà, les différentes itérations se sont succédé, et pas toujours de très bonne qualité. Voyons si The Wardrobe : Even Better Edition, jeu d’aventure annoncé comme un hommage nostalgique aux classiques de LucasArts, vaut le détour.

Monkey Island, Full Throttle, Day of the Tentacle, ils ont tous marqué une génération de joueurs. Ceux-ci ont désormais grandi, et veulent retrouver un peu de leurs sensations avec des trips nostalgiques. Le phénomène est compréhensible, justifié, mais écrivons que l’offre indépendante est désormais trop penchée sur la chose. Parfois, cela sent fortement l’exploitation, et pas du meilleur fumet. The Wardrobe : Even Better Edition se devait d’éviter le syndrome du « c’est presque comme dans mon enfance ». Car ce « presque » est principalement axé sur la tonalité, et c’est ainsi qu’on se retrouve avec des truc à la Stranger Things ultra-politiquement correct. Berk.

Rassurez-vous de suite, The Wardrobe : Even Better Edition n’a pas ce soucis. Le jeu signé par CINIC Games, qui a bien choisi son nom, vous propulse sous les os du jeune Skinny, l’ami d’un certain Ronald. Ce dernier n’était pas au courant de l’allergie mortelle de son compère pour les prunes. Et, lors d’un pique-nique, le drame se déroula. Trépassé, notre avatar hante la maison de son effondré bourreau, et décide de garder un œil sur lui. Jusqu’au jour où Skinny décide d’enfin se déclarer, afin de pousser Ronald aux aveux, seule manière de trouver le repos éternel.

Trop de références tue la référence

image gameplay the wardrobe

Qui a encore invité Pedobear ?

Seulement voilà, le jour venu la famille de Ronald déménage, aidée notamment par un déménageur défoncé à la ganja. Coup dur pour Skinny, qui va devoir tout d’abord se planquer, avant de repartir à la recherche de son meilleur ami. Ce cheminement est évidemment ce qui fait la moelle épinière de The Wardrobe : Even Better Edition. Une sorte de road trip à pied, au cours duquel notre avatar va devoir venir à bout d’énigmes, mais aussi composer avec des personnages secondaires bien maboules. Tout ce la donne lieu à une tonne de références. Il y en a plein, partout, de Spider-Man à Pacman, en passant par Les Monde de Ralph, Angry Birds ou Alien. D’ailleurs, ça fait parfois un peu décousu, clin d’œil pour le clin d’œil, dommage.

On suit donc l’histoire avec un certain plaisir, même si l’humour ne fait pas toujours mouche. Mais on apprécie le second degré de Skinny, qui s’autorise parfois à fracasser le quatrième mur. Et vous serez heureux d’apprendre que vous comprendrez tout, car The Wardrobe : Even Better Edition est entièrement sous-titré en français, et avec un vrai panache. Il fallait vraiment cette traduction, car les lignes de textes restent nombreuses, même pour un Point & click. Si l’on se réjouit des parfois très farfelues répliques lors de différents dialogues, on est cependant noyé sous les points d’intérêt. Il y en a partout, et chacun peut potentiellement être accompagné de quatre possibilité d’action (regarder, prendre, activer et parler). Cela fait beaucoup, et même trop, du coup on a tendance à « aspirer », à se lancer dans ces éléments les uns après les autres mais sans trop de logique.

Fait pour plaire aux fans de Point & click

image test the wardrobe

La direction artistique cartoonesque fait bon effet.

Le gameplay de The Wardrobe : Even Better Edition est on ne peut plus classique. Il est d’ailleurs décrit dans un tutoriel déclamé par un narrateur retardataire. Ah les voix-off, ce n’est plus ce que c’était ma bonne dame. On se déplace en pointant. On maintient un bouton quand on passe sur un point d’intérêt (que l’on peut tous afficher avec la commande adéquate) afin d’en découvrir les actions. Bien entendu, il est aussi question de récupérer des objets afin de les utiliser plus tard, et même de la combiner. Bref, le titre se borne au socle des mécaniques du genre, et les fans de celui-ci ne pourront pas être dépaysés. Par contre attention, certaines énigmes sont bien tordues, il faudra parfois essayer tout et n’importe quoi. Un bémol tout de même : la démarche de Skinny est beaucoup trop lente, on aurait apprécié un double-click accélérant.

L’aventure proposé par The Wardrobe : Even Better Edition dure pile ce qu’il faut : à peu près huit heures si vous bloquez un peu, ce qui sera le cas de la majorité des joueurs. On est donc dans la moyenne haute du genre, c’est pas mal. Techniquement, le soft s’en sort plutôt pas mal, avec une direction artistique cartoon certes sans grande originalité mais efficace. On a tout de même remarqué une netteté plus marquée en mode portable qu’en docké. L’ambiance sonore, quant à elle, est de niveau tout à fait acceptable. Entre le doublage anglais joué avec entrain, et les musiques certes rébarbatives mais jazzys juste ce qu’il faut pour accompagner la rythmique spécifique d’un Point & click, nos esgourdes sont sauvegardées.

Conclusion

The Wardrobe Even Better Edition ne révolutionne absolument rien, mais réussit à assurer l’essentiel : être un bon Point & click pas trop lourdingue. On a tout de même du mal avec tous ces points d’intérêt, beaucoup trop nombreux, ce qui contribue à rendre le trip trop bavard. Aussi, on ne l’écrira jamais assez : trop de références tue la référence. Mais le reste fonctionne sans encombre, avec quelques énigmes tordues à la clé, et une direction artistique cartoonesque sympathique.

14 /20
Articles liés
Test

The Silver Case 2425 - Test - Nintendo Switch

4 mn de lecture
The Silver Case 2425, du Suda51 de belle envergure Non, Suda51 ce n’est pas que No More Heroes ! Ce véritable artiste, très atypique dans un milieu vidéoludique malheureusement entrain de se soumette aux diktats puritains et « normalisants », grand amoureux de catch et de bizarreries en tous genres, s’est aussi illustré dans le Visual novel. Et, ô bonheur, voilà que The Silver Case 2425, rassemblant les deux titres du diptyque, sort sur Switch grâce aux bons soins de NIS America. Et de Koch Media, qui le distribue en…
Test

Akiba's Trip : Hellbound & Debriefed - Test - PlayStation 4

5 mn de lecture
Le premier opus d’Akiba’s Trip enfin dispo chez nous ! Le cinéma a ses nanars, le jeu vidéo tient ses équivalents avec les kusoge. Derrière ce mot-valise nippon se cache une foule de softs certes bancals, mais parfois terriblement accrocheurs. Notamment car ils permettent de trouver une légèreté qui, actuellement, a tendance à nous étouffer. On citera notamment les délirantes filles-samurai-en-bikini d’OneeChanbara, ou encore le chien-sulfateuse du futur Metal Max Xeno : Reborn. Et dans cette liste, Akiba’s Trip : Hellbound & Debriefed tient une place de choix.
Test

Red Wings : Aces of the Sky - Test - PlayStation 4

4 mn de lecture
Red Wings : Aces of the Sky a la virevolte très arcade Ah, les « jeux d’avion » ! Ces engins, véritables fantasmes ailés chez les enfants et les plus grands, sont présents dans le domaine vidéoludique depuis ses débuts. Tout d’abord par le biais du Shoot’em up, avec des grands classiques comme la série des Strikers. Puis, avec l’avènement de la 3D, on a vu paraître des softs de plus en plus fous, comme les Ace Combat ou, dans un style futuristo-spatial, Rogue Squadron. Avec Red Wings : Aces…

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

×
Test

[Test] Fire Ungh's Quest - Nintendo Switch