Test

[Test] Battle Axe – PlayStation 4 – Numskull Games

4 mn de lecture
image jeu battle axe
image playstation 4 battle axe
  • Battle Axe
  • Disponible sur : PlayStation 4, Nintendo Switch, Xbox One, Microsoft Windows, Mac OS
  • Développé par : Henk Nieborg
  • Edité par : Numskull Games
  • Sortie le : 30 avril 2021
  • Genre : Action, Hack & Slash
  • pegi7

Battle Axe pourra ravir les amateurs de gros challenges rétros

Battle Axe, véritable hommage au jeu vidéo des années 1990, est l’un de ces titres qui n’auraient pu exister sans la confiance des joueurs. Né d’une des nombreuses campagnes Kickstarter menée à son terme, le soft a même su créer plus qu’un succès : un engouement. Son objectif presque doublé, c’est fort d’un contenu plus ambitieux qu’annoncé que le jeu distribué en boîte par Just For Games, et édité chez Numskull Games, débarque sur nos consoles.

Vous vous souvenez, non sans mélancolie, des heures heureuses (et parfois rageantes) passées sur Golden Axe ? La simple évocation de Gauntlet vous rappelle le temps béni d’une industrie vidéoludique qui inventait des genres tous les quatre matins ? Alors Battle Axe doit retenir votre attention. D’ailleurs, il faut ici ajouter que l’auteur du soft, Henk Nieborg, n’est pas un inconnu si vous suivez l’actualité du jeu néo-rétro, un gage de sûreté pour qui recherche de l’authenticité. À son actif, on retrouve des participations à la licence Shantae, ou à des titres comme Lock’s Quest et Xeno Crisis. Ce dernier ayant poussé l’hommage jusqu’à sortir sur Mega Drive…

Henk Nieborg a donc l’habitude de créer des personnages, des environnements, aptes à nous rappeler « le bon vieux temps ». Cela se vérifie aussi dans la manière de gérer le scénario (signalons ici que tous les sous-titres sont proposés en français). Par le biais d’une mise en situation rapide, sans aucun écho avant la toute fin, on est plongé en plein Mercie, un royaume en proie à un grand malheur. En effet, Etheldred, une sorcière maléfique, cherche à réduire les habitants en esclavage. Du coup, vous êtes envoyés en dernier espoir, dans sa tour prétendue imprenable. Et voilà qui constitue une motivation très, très typique de ce qu’on connaissait sur les consoles 16 bits.

Trois personnages aux gameplays différents

image gameplay battle axe

Les trois personnages de Battle Axe sont très différents.

Avant de vous engager au combat, il faudra choisir entre trois personnages : une brute (Rooney), un magicien (Iolo) et une elfe (Fae). Tous ont des caractéristiques totalement différentes. Le premier est armé d’une sorte de canon portatif, assez puissant et permettant d’attaquer en restant au loin. Au contact, il balance sa barbe puissamment. Par contre, il se révèle d’une lenteur en logique avec son gabarit, et il est difficile d’éviter certaines offensives ennemis. La second est aussi adapté à la distance, par contre il mise aussi beaucoup sur l’évitement, sa capacité secondaire lui permettant de se téléporter sur de petites distances. Ces deux-là demandent du skill pour être efficaces.

La guerrière elfe est, de notre point de vue, la meilleure pour débuter Battle Axe. Elle est rapide, très percutante au corps-à-corps, et sa capacité secondaire permet une sorte de dash agressif. Par contre son lancer de couteau est faible et lent. Idéale pour les joueurs nerveux donc, surtout que les ennemis le sont de plus en plus. Là encore, le jeu s’inscrit parfaitement dans un esprit rétro en s’ouvrant sur un premier niveau assez facile, en trompe-l’œil, permettant de s’habituer à quelques mécaniques. On comprend, par exemple, l’importance des pièces à récupérer, que l’on échangera entre les niveaux contre des bonus très utiles, comme un gain de jauge d’énergie ou de puissance.

Une bataille oui, contre vos propres limites

Attention cependant, Battle Axe n’est ni un Action-RPG, ni un Roguelite. Si vous faites partie de ces joueurs qui se plaignent de la difficulté d’un Returnal, alors accrochez-vous ! Il s’agit d’un pur jeu d’arcade à tendance Hack & Slash. Donc une caméra en vue de haut, beaucoup d’adversaires, des combats de boss épiques, et des défaites cinglantes. La seule manière d’en venir à bout sera de faire progresser votre maitrise, ce qui ne manquera pas d’être réalisé puisque les niveaux ne bougent pas. On ne signale aucun élément aléatoire. La mémoire et les réflexes font tout, et cet ennemi qui vous casse les pieds, en accélérant tout à coup, n’aura bientôt plus de secret pour vous.

Battle Axe, c’est du gros challenge qui ne prend aucune pincette. D’ailleurs, le jeu est réglé sur le mode Difficile, mais vous pourrez opter pour Facile si, vraiment, vous galérez trop. Bien sûr, en cours de run on pourra récupérer des objets utiles, dans des coffres ou cachés dans les environnements, comme la toujours bienvenue cuisse de poulet pour se redonner de l’énergie. Mieux, la potion redonne carrément toute la santé, un véritable luxe sur lequel on ne cesse de compter. On pourra aussi balancer un sort impliquant tout l’écran, mais tout cela reste assez rare. Henk Nieborg cherche à mettre en avant votre réussite, et non les aides, ce qui est une bonne chose.

Quelques axes à améliorer pour un prochain jeu

image test battle test

La direction artistique est plutôt sympathique.

Une bonne chose, non seulement pour le sentiment d’accomplissement, ici souligné par du pur scoring, mais aussi pour la durée de vie du jeu. Battle Axe n’est pas hyper long à terminer si vous êtes du genre doué. Terminer l’aventure, peu généreuse en niveaux, ouvre la voie vers un New game plus encore plus difficile. Certes, c’est une bonne attention, mais finalement rien ne change vraiment dans l’expérience en elle-même. Pas de nouveaux skins d’adversaires, pas d’éléments cachés. Plus intéressant le mode Infini est essentiel pour les purs fans d’arcade et de scoring. On enchaine les niveaux, les vagues d’ennemis, on trouve parfois des marchands pour s’aider un peu. Enfin, le multi local est de la partie, toujours une excellente chose.

Techniquement, Battle Axe peut tout d’abord malmener. Si l’on remarque de suite la grande qualité des sprites, et le soin indéniable apporté aux environnements, à la précision du pixel, on est aussi un peu étonné par un scrolling assez rude. C’est largement supportable, entendons-nous bien, mais il y a une sorte de soudaineté qui surprend dans un premier temps. Cela rentre vite dans l’ordre, on s’y habitue. Par contre, la caméra nous semble un peu trop proche de l’avatar, masquant parfois des attaques ennemies. Aux musiques, on retrouve un grand nom : Manami Matsumae. La compositrice de Mega Man livre ici des thèmes parfaitement dans le ton d’une fantasy colorée et punchy.

Conclusion

Battle Axe aura toute sa place dans la ludothèque d’un amateur de jeux d’arcade à l’esprit rétro. Une prise en mains immédiate, de l’action non stop, du scoring forcené, une difficulté très marquée, tout cela fonctionne très bien. On aura tout de même un petit regret concernant le contenu, un peu chiche si vous vous accrochez bien, et le scrolling va vous surprendre dans les premiers temps. Rien qui puisse décourager les gros joueurs en recherche d’hardcore donc, et l’on se prend à espérer que l’auteur du jeu revienne avec un titre encore plus poussé côté contenu.

14 /20
Articles liés
Test

The Great Ace Attorney Chronicles - Test - PlayStation 4

4 mn de lecture
The Great Ace Attorney Chronicles : les spin off prennent le pouvoir Si, depuis quelques temps, Capcom semble vouloir alterner entre ses deux grosses licences (Monster Hunter, Resident Evil, garde à vous !), il serait dommage de gâcher le potentiel de ses autres séries. Voilà quelques temps, c’est Phoenix Wright : Ace Attorney Trilogy qui nous rappelait avec bonheur la diversité de la ludothèque de l’éditeur. Et les fans de cet univers peuvent être aux anges, car The Great Ace Attorney Chronicles nous livre deux opus totalement inédits, et de…
Test

The Silver Case 2425 - Test - Nintendo Switch

4 mn de lecture
The Silver Case 2425, du Suda51 de belle envergure Non, Suda51 ce n’est pas que No More Heroes ! Ce véritable artiste, très atypique dans un milieu vidéoludique malheureusement entrain de se soumette aux diktats puritains et « normalisants », grand amoureux de catch et de bizarreries en tous genres, s’est aussi illustré dans le Visual novel. Et, ô bonheur, voilà que The Silver Case 2425, rassemblant les deux titres du diptyque, sort sur Switch grâce aux bons soins de NIS America. Et de Koch Media, qui le distribue en…
Test

Akiba's Trip : Hellbound & Debriefed - Test - PlayStation 4

5 mn de lecture
Le premier opus d’Akiba’s Trip enfin dispo chez nous ! Le cinéma a ses nanars, le jeu vidéo tient ses équivalents avec les kusoge. Derrière ce mot-valise nippon se cache une foule de softs certes bancals, mais parfois terriblement accrocheurs. Notamment car ils permettent de trouver une légèreté qui, actuellement, a tendance à nous étouffer. On citera notamment les délirantes filles-samurai-en-bikini d’OneeChanbara, ou encore le chien-sulfateuse du futur Metal Max Xeno : Reborn. Et dans cette liste, Akiba’s Trip : Hellbound & Debriefed tient une place de choix.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

×
News

Capcom Arcade Stadium sur de nouvelles plateformes