Test

[Test] Shadow of Loot Box – PlayStation 4

3 mn de lecture
image jeu shadow of loot box
image playstation 4 shadow of loot box
  • Shadow of Loot Box
  • Disponible sur : PlayStation 4, Xbox One, Nintendo Switch, PC
  • Développé par : Stately Snail
  • Edité par : Ratalaika Games
  • Sortie le : 2 novembre 2018
  • Genre : FPS, Aventure
  • pegi7

Shadow of Loot Box : ne l’ouvrez pas !

Avec ce test de Shadow of Loot Box, c’est tout un pan de notre philosophie qui s’éclaire. Sur JV+, on aime évidemment le jeu vidéo (sinon, ce serait un gros souci). On apprécie aussi de pouvoir vous parler de titres moins connus, parfois sortis il y a quelques années,  et que vous retrouvez bien planqués, comme honteux, dans les différents stores. Bien souvent soldés, qui plus est.

Comme il fallait bien un patient pour s’allonger sur le premier sofa, on a sélectionné Shadow of Loot Box, ce qui n’est pas non plus un hasard le plus total. En effet, ce jeu développé chez Stately Snail, et édité par Ratalaika Games, est à l’image de ce qu’on décrivait plus haut. Une image de Une pas très aguichante, une description peu engageante, et une présence fréquente dans les soldes des différents store. L’on imagine que certains pourraient bien être séduits à l’idée de dépenser quelques menus euros pour le découvrir. Comme le dirait Gandalf : « Fuyez, pauvres fous ! ».

Shadow of Loot Box est de ces jeux qui fondent leur existence sur une satire de l’industrie vidéoludique. On n’a rien contre ce mouvement, bien au contraire, tant on peut aussi être assez critique envers elle. Et l’on garde un souvenir positif de DLC Quest, qui parie sur le même principe. Ici, le soft s’appuie sur ce brin d’humour pour vous faire traverser différents niveaux dédiés à l’une des pratiques les plus détestables de ce milieu. Ainsi, on a le level qui vous fera remplir des conditions ridicules pour empocher un malheureux Trophée, un autre qui vous demandera d’évoluer dans un jeu clairement pas terminé. Aller, un dernier exemple avec cet environnement qui vous plonge dans un open world d’un ennui profond. Dans l’esprit, c’est plutôt fendard. Seulement voilà, les développeurs de chez Stately Snail ont oublié le fun à la maison.

Techniquement indigne d’être payant

image test shadow of loot box

Shadow of Loot Box ne vaut pas le coup d’être acheté.

C’est bien beau de critiquer l’industrie du jeu vidéo sur ce qu’elle a d’effectivement critiquable, mais encore faut-il proposer de quoi prendre son pied. Le gameplay de Shadow of Loot Box est une véritable catastrophe, une purge insensée qui n’a d’égale que sa technique ubuesque. On traverse l’expérience en vue à la première personne, et l’on peut compter sur un tout petit arsenal pour se défendre. Se défendre de quoi ? De loot box non seulement agressives mais aussi bien trop résistantes. Outre que les sensations de tir sont de l’ordre du néant, on doit en permanence composer avec des dégâts que l’on ne peut éviter de par la fâcheuse tendance des adversaires à vous coller aux basques. On comprend ce choix, puisque cela force le joueur à aller récupérer des box (amicales, cette fois-ci), ou d’en acheter avec la monnaie virtuelle, afin d’espérer tomber sur un regain d’énergie. Mais c’est tellement brouillon, tellement maladroit, tellement lourdingue, que l’on se prend vite à conspuer le jeu.

Traverser les treize niveaux (bouclés en une heure ou deux, grand maximum) de Shadow of Loot Box est un véritable supplice que rien, même pas les meilleures intentions du monde, ne peut justifier. Critiquer oui, mais il faut avoir le derrière propre. Comment peut-on oser reprocher quoi que ce soit quand on propose ce qui restera comme l’un des pires combats de boss de l’histoire, avec ce yeti encore moins texturé qu’un jeu 3D de 1997 ? Sans déconner, Battle Arena Toshinden était bien plus carré techniquement. Attendez, et le soft se permet même des ralentissements de malade ! De malade !

La folie, et seule l’envie de décrocher un Trophée Platine hyper simple pourra pousser les plus vicieux à se pencher sur cette expérience d’une médiocrité rare. Ajoutons que Shadow of Loot Box fait preuve d’une paresse insultante côté game design, avec un système de compétences à acquérir tellement aisément qu’on n’en comprend pas l’intérêt. Sans oublier l’ambiance sonore tristement vide, et l’on obtient l’une des expériences les plus énervantes que l’on ait pu avoir sur la génération de consoles actuelle. Aller, on sauve la traduction française (très approximative et lardée de coquilles) des sous-titres, c’est déjà ça.

Conclusion

Se moquer des aspects les plus critiquables de l’industrie vidéoludique est plutôt une bonne idée, encore faut-il pour cela proposer un soft qui respecte les joueurs. Shadow of Loot Box n’assure pas ce minimum syndical, et nous balance un game design d’une pauvreté infinie, doublé d’un gameplay à la limite du supportable. Tout juste retiendra-t-on que le titre permet l’obtention aisée d’un Trophée de platine, un comble puisque l’un des niveaux se moque justement de cette tendance. Au-delà de ce menu plaisir pour collectionneurs fous, tout fait de cette expérience l’une des pires disponibles sur nos consoles actuelles. On pourrait presque en rire si cette daube n’était pas vendue 7.99 euros quand elle n’est pas soldée. Vouloir dénoncer des arnaques par le biais de l’une des plus grosse sur le marché, c’est fort de café.

1 /20
Articles liés
Test

Mount and Blade 2 : Bannerlord - Test - PlayStation 5

4 mn de lecture
Mount and Blade 2 : Bannerlord, un concept exigeant et chronophage Dans la famille des arlésiennes, Mount and Blade 2 : Bannerlord occupe une place bien en vue, juste à côté de celle des patriarches Duke Nukem Forever et autres Final Fantasy XV. Le jeu, issu du studio turc TaleWorlds (qui développe et édite, tandis que Plaion le distribue), fait suite à un premier jeu-surprise paru en 2008, et fut annoncé… en 2012. Dix ans plus tard, et non sans passer deux ans par la dangereuse case de l’Early access…
Test

Fobia : St. Dinfna Hotel - Test - PlayStation 5

3 mn de lecture
Fobia : St. Dinfna Hotel, pour les amateurs d’ambiances puissantes Qu’on se le dise, le survival horror semble enfin être revenu d’entre les morts ! Après avoir été la victime du succès des walking simulator à la Bloober Team (franchement oui, les Blair Witch, The Medium, Layer of Fear c’est de la ballade avec des sursauts il faut être honnête), voilà que le genre revient à ses fondamentaux avec de récentes sorties comme Dead Space ou The Callisto Protocol. Sorti d’un peu nulle part, et plus précisément d’un petit studio…
Test

Raiden IV x MIKADO Remix - Test - PlayStation 4

5 mn de lecture
Raiden IV x MIKADO Remix, un Shmup à ne pas louper Si le Shmup est aujourd’hui un genre aussi désuet que forcément attirant (chaque sortie nous attire inexorablement), on oublie tout de même jusqu’à l’existence de certaines grandes licences. R-Type revient de temps en temps, et une série culte comme Raiden a bien perdu de son aura, surtout à cause d’un cinquième opus un peu décevant. Mais il faut se souvenir à quel point, lors de sa parution en 1990, l’épisode fondateur fut une véritable onde de choc dans l’univers…

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

×
Test

[Test] HitchHiker : A Mystery Game - PlayStation 4