Test

Cotton 100% – Test – PlayStation 4

4 mn de lecture
image cotton 100
image playstation 4 cotton 100
  • Cotton 100%
  • Disponible sur : PlayStation 4, Nintendo Switch
  • Développé par : ININ Games
  • Edité par : Ratalaika Games
  • Sortie le : 29 novembre 2021
  • Genre : Shoot'em up
  • pegi7

Cotton 100%, vingt-sept ans et toujours dans son jus

Il y a certains moments dans l’année qui provoquent une poussée de nostalgie. Noël fait partie de ceux-ci, non seulement à cause de la chute terrible de sa magie dans l’espace public (votre dévoué serviteur ne porte pas cette époque dans son cœur, inutile de le cacher) favorisant des souvenirs bien plus agréables, mais aussi de par le climat. Il fait froid, on reste à la maison, on farfouille dans les tiroirs, et l’on retrouve des vestiges insoupçonnés. Avec un peu de chance, on tombe sur une pile de magazine des années 1990, et là c’est parti pour un tour. On ouvre un Player One de 1994, et là un test de Cotton 100% s’y étale. La folie, c’est que le jeu vient aussi de ressortir sur les consoles actuelles. Truc de fou, même si ce portage s’adresse avant tout aux jusqu’au-boutistes du shoot’em up.

Aller, ne passons pas par quatre chemins. C’est très simple, cette ressortie de Cotton 100% satisfera en priorité les grands nostalgiques, ou les collectionneurs les plus patentés. ININ Games, qui s’occupe de cette parution, n’a clairement pas profité de l’occasion pour nous proposer un trip de style musée. Grosso modo, c’est la rom du jeu initial, avec tout de même quelques ajouts pour ne pas non plus faire trop sec. Ainsi, Cotton 100%, dont c’est la première incursion hors du Japon, nous propose un mode Standard, qui en fait est une version édulcorée dans son challenge. On a donc droit ici à un rembobinage (rewind, pour les anglophones), à des cheat codes (uniquement après avoir bouclé le jeu une première fois) et des sauvegardes à la volée. Le mode Challenge est en fait le soft d’origine. Oui, c’est étrange, mais c’est comme ça. En même temps, il est vrai que le titre d’origine est à classer dans les shmup horizontaux plutôt difficiles dans sa dernière ligne droite, sans que ce soit non plus un Ikaruga.

Viennent ensuite les crédits et… c’est tout. Pas d’artworks, pas d’endroit où écouter la musique, rien. C’est sec, vous êtes prévenus. Cotton 100% sur consoles actuelles propose tout de même des options typiques de ce genre de remasters. On peut même écrire que certains réglages nous étonnent agréablement de par leur précision. Par exemple, il est possible de régler la vitesse du rembobinage, un véritable luxe qui fera plaisir aux plus toqués des joueurs. Pareillement, on a droit à différents formats de display (4:3, 1:1, ou en horrible Fullscreen qui étire l’image n’importe comment). Mais ce sont les shaders qui nous ont le plus étonné. Il est donc question de pouvoir recréer les scanlines d’antan, ces petites lignes indissociables des écrans cathodiques. Jusqu’ici, rien d’original, par contre on peut les régler dans les moindres détails : l’intensité, leur rendu courbé ainsi que celui du bord de l’écran. Tout est fait pour que le nostalgique puisse retrouver ses conditions d’origine, donc nul doute que ce soft s’adresse avant tout à lui. Et comme le soft n’est sorti qu’au Japon… ben on est un peu marron à ce niveau.

L’univers reste mignon à souhait, et le gameplay très efficace

image gameplay cotton 100

Les shmup des années 1990 ont toujours ce charme si spécifique.

Cotton 100% est la seconde itération de la licence, sortie sur Super Famicom cinq ans après un premier opus récemment objet d’un remake intitulé Cotton Reboot. Il s’agit d’un shmup à scrolling horizontal, et à l’univers kawai à souhait. Vous pensiez profiter de cette sortie pour enfin comprendre les quelques textes en japonais ? Vous vous disiez que, si les menus sont proposés en anglais, ça devait bien être le cas pour ces très courtes cutscenes ? Eh bien ce ne sera pas le cas, car le scénario reste toujours écrit en kanjis ! Nan, vraiment là ça fait fainéant, on ne comprend pas ce choix d’ININ Games et de son éditeur Ratalaika Games. Toujours est-il que l’on rejoint la petite sorcière Cotton, laquelle est très énervée par l’enlèvement de Frill par la vile Wool. Frill étant une fée cuisinière de premier ordre, et Cotton une gourmande comme pas permis, vous comprenez la situation. Dès lors, c’est parti pour aller libérer votre protégée, car l’appétit commence à se creuser. On est loin des thèmes lourdingues à la Astria Ascending, ça fait du bien : ça respire la légèreté et la bonne humeur.

ININ Games n’a pas touché à un cheveu du gameplay de Cotton 100%, ni de son contenu. On reste donc dans du shmup très agréable à prendre en mains et nécessitant de bons réflexes. Et, pour les hardcore gamers désirant atteindre de très hauts scores, il faudra aussi ajouter la dimension du par-coeur, le soft étant assez bien pensé pour le scoring grâce à des patterns ennemis favorisant le skill. On a un tir normal, mais aussi une bombe à balancer au sol. Et un trio de super attaques à choisir en tout début parmi plusieurs configurations. Une très bonne idée d’ailleurs, mais un peu contrebalancée par un choix trop évident tant les éclairs sont (trop) efficaces face aux boss des cinq premiers levels. Sachez d’ailleurs que le cheminement vous oppose sept stages, et les deux derniers font monter la difficulté de plusieurs crans. Ajoutons des modules-fées qui viennent renforcer les tirs, un système de cristaux à récupérer et qui gagneront plus de valeur si on les dégomme juste ce qu’il faut (attention, ils peuvent se briser), des spécificités d’environnement comme des lasers à désactiver, des boss intéressants à combattre, et l’on obtient un shmup certes sans grandes originalités mais efficace.

On aurait aimé des bonus afin de gonfler le contenu

image test cotton 100

Des boss sont évidemment au rendez-vous.

Par contre, la durée de vie de Cotton 100% se révèle très limitée. Les sept niveaux peuvent se boucler en moins d’une heure, et seuls les fans de scoring y reviendront. C’est pour cette raison qu’on appuie sur le manque d’un musée, pourquoi pas avec des choses à débloquer au fil d’objectifs annexes, car cela aurait ajouté de la matière. Il n’en est rien, et c’est bien dommage. Techniquement, c’est le jeu Super Famicom mais sans les ralentissements d’époque. Cela reste donc très coloré, du pixel vraiment mignon et bien soutenu par un chara-design typique des années 1990. Ajoutons une bonne OST, énergique et bien dans la tonalité légère de la licence. Elle est composée par l’assez rare Kenichi Hirata, que les fans de Psikyo (des gens de bon goût, assurément) connaissent pour ses travaux sur Sol Divide. Par contre, les bruitages se font clairement en retrait, ce qui retire un peu de peps à l’ensemble.

Conclusion

Cotton 100% est une ressortie qui intéressera avant tout les jusqu’au-boutistes du shmup, voire les collectionneurs acharnés. Le jeu d’origine est bon, il s’agit d’un shoot’em up horizontal très frais, plaisant à prendre en mains, bien équilibré dans son gameplay, agréable à regarder et à écouter. La durée de vie est très courte certes, mais les amateurs de scoring s’y retrouveront. Par contre, on aurait clairement aimé qu’ININ Games propose des à-côté afin de donner à cette parution un peu plus de relief. Mis à part des fonctionnalités désormais obligatoire dans les portages de titres rétros (rewind, cheat codes, scanlines etc), rien à se mettre sous la dent en terme de bonus. Et c’est bien dommage. Mais si vous vous contentez du trip d’origine, alors rien ne pourra plus vous en séparer.

14 /20
Articles liés
Test

Dolmen - Test - PlayStation 5

6 mn de lecture
Dolmen, une vieille pierre oui, mais avec de bonnes idées Quand la très précieuse boîte de distribution Koch Media a annoncé son nouveau label d’édition Prime Matter, j’ai notamment tilté sur l’annonce du mystérieux Dolmen. Ce jeu développé par le studio brésilien Massive Work posait des bases conceptuelles solides : du Souls-like baigné d’ambiance très typée Dead Space, l’un de mes survival horror préférés. Seulement voilà, le genre né avec Demon’s Souls a récemment connu une véritable révolution : le titanesque Elden Ring, dont je me remets tout doucement. Et…
Test

Endzone : A World Apart Survivor Edition - Test - PlayStation 5

4 mn de lecture
Endzone : A World Apart, gestion et post-apo font bon ménage Gnaaaa gna gna gna gna, everlasting love ! Bon, voilà, on exorcise de suite cette envie de vanne autour des Worlds Apart, le roi des boys band faut-il le rappeler. Surtout que le jeu dont je m’apprête à vous parler, Endzone : A World Apart – Survivor Edition, n’est pas aussi joyeux qu’un Nathan dansant avec la chemise ouverte sur fond d’Eurodance bas de gamme. Ici, c’est plutôt de la grosse gestion dans un monde post-apocalyptique qui vous attend,…
Test

Prinny Presents NIS Classics Volume 2 - Test - Nintendo Switch

6 mn de lecture
Prinny Presents NIS Classics Volume 2 embarque deux petites pépites Un an après la sortie d’un premier volume, NIS America continue son précieux travail de préservation du jeu vidéo avec la parution de Prinny Presents NIS Classics Volume 2. Si vous appréciez les jeux japonais, vous connaissez obligatoirement Nippon Ichi Software, l’un des studios nippons les plus importants, que ce soit pour leurs softs développés en interne (je pense de suite à la licence Disgaea), ou pour leur énorme activité d’édition. Oui, c’est grâce à leur branche qu’on a pu…

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

×
Dossiers

Castlevania : 35 ans de chasse au vampire