Test

Rising Hell – Test – Toge Productions – Nintendo Switch

3 mn de lecture
image jeu rising hell
image playstation 4 rising hell
  • Rising Hell
  • Disponible sur : PlayStation 4, Xbox One, Nintendo Switch, PC
  • Développé par : Tahoe Games
  • Edité par : Chorus Worldwide Games
  • Sortie le : 4 mai 2021
  • Genre : Rogue-lite
  • pegi12

Rising Hell ne fait rien de neuf, mais réussit tout

Si l’on peut souligner la grande créativité du milieu indépendant, il est aussi à noter que ce dernier a aussi une tendance à surexploiter certains genres. Et, parmi eux, le Rogue-lite est sûrement l’un des plus visés. Cependant, il est aussi indéniable que certains continuent de sortir du lot, d’éviter le trop-plein, comme par un exemple Going Under. Rising Hell peut-il espérer rejoindre ces bons jeux ? Oui, et voilà pourquoi.

Bon, ce n’est en tout cas pas grâce à son scénario que Rising Hell peut être considéré comme un bon Rogue-lite. Pas qu’il soit mal écrit, ni sous-traité. Un récit trop élaboré n’est pas souhaitable dans ce genre qui se base avant tout sur le run, la boucle de gameplay, mais une bonne ambiance peut aussi pousser la motivation. Ici, il est question de tout faire pour aller botter les fesses de Lucifer lui-même, lequel est évidemment entrain de fourbir un plan machiavélique. Pour ce faire, il va falloir prendre d’assaut le Zaqqoum, un arbre-tour gigantesque à escalader autant de fois qu’il le faudra, et ce dans une ambiance bien énervée. Signalons que les sous-titres sont proposés en français, c’est toujours ça de pris pour le confort, surtout que vous rencontrerez un certain nombre de PNJ.

Le scénario, tout oubliable qu’il soit, a par contre l’intelligence d’introduire la grosse particularité de Rising Hell : sa verticalité. Ce n’est évidemment pas une originalité pour le genre, on pense notamment à Downwell ou à Vertical Drop Heroes, qui s’inscrivaient aussi dans ce genre de level design. Et le jeu qui nous intéresse ici ne tente pas spécialement de révolutionner l’expérience : il faut s’attendre à beaucoup échouer, et recommencer souvent. L’action de déroule sur un plan 2D, ici avec une caméra assez éloignée qui vise à assurer une certaine visibilité pour le joueur. C’est une bonne chose, car rien n’est plus énervant, dans un Rogue-lite, qu’échouer à cause d’un ennemi caché par un champ de vision inadéquat.

La prise en mains déchire autant que la direction artistique

image test rising hell

Rising Hell mérite l’éternelle qualification de classique mais efficace.

Rising Hell nous fait débuter donc du bas de la tour, et doit en rejoindre le haut. Pour les premières parties, ce sera avec Arok, mais sachez que deux autres avatars seront débloqués au fil de vos avancées et, bien entendu, avec leurs propres spécificités. Par exemple, Zelos sera apprécié des joueurs préférant rester à distance des ennemis, tandis que Sydna est un peu un mix des deux précédents cités. Mais, entre nous, Arok est un très bon avatar qui pourra largement suffire pour venir à bout d’un jeu loin d’être facile. Il faut donc survivre aux différents étages, constituants tous quatre grands ensembles, touts tenus par un boss de fin (des minis-boss sont aussi au programme) dont l’annihilation accorde un bonus.

Double saut, bond mural, dash, multiples bonus à acquérir temporairement contre des orbes rouges à récupérer de différentes façons (en battant des ennemis, en brisant des éléments du décor). Il est aussi possible de débloquer des reliques, qui apportent certains bonus mais toujours contrebalancé par un malus. Rien de tout ça sent le neuf mais Rising Hell reste très bien calibré dans sa prise en mains, c’est même exemplaire. On n’éprouve certes pas de surprise, aucune mécanique ne nous la provoque, mais on se sent de suite en capacité de bien jouer. Bien entendu, le skill est aussi très important, ce sont les multiples runs qui vont vous apprendre à mieux lire les patterns des ennemis, ainsi que leur hitbox assez permissive.

Rising Hell est un jeu tout à fait sympathique et, visuellement, l’expérience est démoniaque. Le pixel art sanguinolent, c’est souvent une réussite, et ce soft le prouve encore. La direction artistique est une petite merveille, même si l’on regrette un peu un certain manque de renouvellement de l’environnement. Mais c’est bourré d’effets punchy (le tremblement de l’écran s’accorde parfaitement ici avec la tonalité), le character design défonce, l’animation est même étonnamment détaillée. Ajoutons que nous n’avons croisé aucun ralentissement. Enfin, la musique déchire, entre du métal audible et du chiptune fort à-propos.

Conclusion

Ce n’est certes pas avec Rising Hell que le Rogue-lite va se renouveler, par contre le jeu est exemplairement équilibré. Si vous recherchez un nouveau jeu s’inscrivant dans ce genre très usité, solide et assurant toutes les qualités que l’on y recherche, alors vous tenez un bon prétendant. Surtout qu’en plus la direction artistique apporte une personnalité de tous les diables.

16 /20
Articles liés
Test

The Great Ace Attorney Chronicles - Test - PlayStation 4

4 mn de lecture
The Great Ace Attorney Chronicles : les spin off prennent le pouvoir Si, depuis quelques temps, Capcom semble vouloir alterner entre ses deux grosses licences (Monster Hunter, Resident Evil, garde à vous !), il serait dommage de gâcher le potentiel de ses autres séries. Voilà quelques temps, c’est Phoenix Wright : Ace Attorney Trilogy qui nous rappelait avec bonheur la diversité de la ludothèque de l’éditeur. Et les fans de cet univers peuvent être aux anges, car The Great Ace Attorney Chronicles nous livre deux opus totalement inédits, et de…
Test

The Silver Case 2425 - Test - Nintendo Switch

4 mn de lecture
The Silver Case 2425, du Suda51 de belle envergure Non, Suda51 ce n’est pas que No More Heroes ! Ce véritable artiste, très atypique dans un milieu vidéoludique malheureusement entrain de se soumette aux diktats puritains et « normalisants », grand amoureux de catch et de bizarreries en tous genres, s’est aussi illustré dans le Visual novel. Et, ô bonheur, voilà que The Silver Case 2425, rassemblant les deux titres du diptyque, sort sur Switch grâce aux bons soins de NIS America. Et de Koch Media, qui le distribue en…
Test

Akiba's Trip : Hellbound & Debriefed - Test - PlayStation 4

5 mn de lecture
Le premier opus d’Akiba’s Trip enfin dispo chez nous ! Le cinéma a ses nanars, le jeu vidéo tient ses équivalents avec les kusoge. Derrière ce mot-valise nippon se cache une foule de softs certes bancals, mais parfois terriblement accrocheurs. Notamment car ils permettent de trouver une légèreté qui, actuellement, a tendance à nous étouffer. On citera notamment les délirantes filles-samurai-en-bikini d’OneeChanbara, ou encore le chien-sulfateuse du futur Metal Max Xeno : Reborn. Et dans cette liste, Akiba’s Trip : Hellbound & Debriefed tient une place de choix.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

×
Test

[Test] Shadow of Loot Box - PlayStation 4