Test

[Test] Returnal – PlayStation 5 – Sony Interactive Entertainment

2 mn de lecture
image jeu returnal
image playstation 5 returnal
  • Returnal
  • Disponible sur : PlayStation 5
  • Développé par : Housemarque
  • Edité par : Sony Interactive Entertainment
  • Sortie le : 30 avril 2021
  • Genre : Roguelite
  • pegi16

Returnal, un bon actioner mais un roguelite discutable ?

La comparaison inévitable se voit déjà un peu partout dans les avis sur Internet : Returnal serait « le Dark Souls des TPS ». Mais c’est un raccourci on ne peut plus inexact.

Alors, certes, il y a dans Returnal une narration volontiers mystérieuse à l’instar de celles des Souls, mais cette assimilation hasardeuse vise surtout la difficulté des licences (même s’il serait plus correct de parler d’exigence tant pour l’une que pour l’autre). En réalité c’est passer à côté de la problématique. Avant d’être un TPS, Returnal est un Roguelite. Un genre plutôt représenté habituellement dans des productions indés en 2D, et punitif par nature.

Dark Souls est un Action-RPG qui ne « triche pas ». Il est toujours possible de battre le jeu avec un minimum de persévérance, ne serait-ce qu’en montant de niveau ou en se stuffant (ou en derniers recours en se faisant aider par un autre joueur). En tant que roguelite, Returnal demande vraiment une autre forme d’opiniâtreté et surprend finalement par son statut AAA. Un tel niveau de production pour un jeu de niche est courageux mais forcément casse gueule. On a donc là le paradoxe d’un titre qui a besoin d’être rentable et de toucher le grand public, alors qu’il appartient à un genre destiné avant tout aux hardcore gamers.

Ragelite

image gameplay returnal

Returnal n’est pas un jeu facile.

Si on veut donc critiquer Returnal pour ce qu’il est, il faut se pencher sur les mécaniques inhérentes audit genre. Et de ce côté là, on n’est clairement pas dans le Roguelite qui va réconcilier le grand public avec le concept. Alors oui, le jeu regorge de qualités remarquables, dont une direction artistique somptueuse, une réalisation solide, une exploitation immersive de la Dual Sense, un univers fascinant et un gameplay ultra dynamique (d’ailleurs, quand on a compris qu’il fallait la jouer agressif et mobile, l’expérience prend déjà plus de sens). Mais le véritable problème est dans la NRG insuffisamment balancée. La qualité de chaque run dépend trop de cette loterie, et bien trop souvent, on n’avance juste pas à cause de cet aspect.

Looter son flingue de base et que des items avec malus ou des coffres maudits dans le même run (si, si, ça arrive) a de quoi décourager et faire légitimement rager. Il est aussi étrange de voir le farm que demande certains items, un farm forcément peu motivant vu que l’objet durement acquis sera perdu au run suivant. Le peu qu’on conserve n’a de toute façon que peu d’impact, et une fois les premières améliorations acquises, il faut s’en remettre à la courbe de progression. Sauf que cette dernière manque également de latitude et le gameplay de Returnal, aussi fun soit-il, ne propose globalement pas assez de possibilités tactiques inhérentes pour pousser cette progression ou donner envie de la pousser.

image test returnal

La direction artistique est somptueuse.

Conclusion

Returnal en met plein la vue et assure les sensations mais se montre trop souvent injuste, même pour un Roguelite. Au final, il ne faut pas tant passer par dessus la difficulté que sur les déséquilibres du jeu pour profiter pleinement de sa (séduisante) proposition.

13 /20
Articles liés
Test

The Chant - Test - PlayStation 5

4 mn de lecture
The Chant, le survival horror qui sort des sentiers battus Pas mal mis au placard depuis quelques années, le survival horror revient doucement, mais sûrement, d’entre les presque-morts. Resident Evil Village a certes fait le choix de l’action (avec un certain brio), d’autres recherchent un peu plus les sensations d’antan. Malgré ses imperfections, The Callisto Protocol est de ceux là, tout comme Signalis ou Tormented Souls. Derrière ses apparences de jeu un peu « intello », The Chant vient gonfler ces rangs, avec plus de réussite qu’espéré.
Test

MX vs ATV Legends - Test - Playstation 5

3 mn de lecture
MX vs ATV Legends, une relance aussi ambitieuse que maladroite À l’ombre des mastodontes Forza Motorsport et Gran Turismo, on trouve parfois de sacrées surprises. Surtout du côté de la production américaine, dont la culture de la démesure accouche parfois de concepts invraisemblables. Non mais sérieusement, des jeux de NASCAR, de Monster Trucks, c’est quand même quelque chose. Et si nous autres européens sommes peu touchés par ces compétitions,il s’agit de véritables succès vidéoludico-populaires outre-atlantique. Parmi les licences les plus en vue là-bas, MX vs ATV tient une bonne place,…
Test

Yum Yum Cookstar - Test - PlayStation 4

3 mn de lecture
Yum Yum Cookstar : les mêmes et on recommence Alors que Cooking Mama semblait avoir pris sa retraite définitive suite à des soucis de production assez sidérants, la licence revit… mais sans la mascotte bien connue. Celle-ci, l’un des phares du jeu tous publics (ou « casual », comme on le disait à l’époque de la Wii) depuis 2006, laisse sa place à un soft clairement motivé par le besoin de parler à une nouvelle génération de joueurs. Et ce titre, c’est Yum Yum Cookstar. Est-ce vraiment une bonne chose…

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

×
Test

[Test] NieR Replicant 1.22 - PlayStation 4