Test

Glyph – Test – Bolverk Games – Nintendo Switch

3 mn de lecture
image jeu glyph
image nintendo switch glyph
  • Glyph
  • Disponible sur : Nintendo Switch, PC
  • Développé par : Bolverk Games
  • Edité par : Bolverk Games
  • Sortie le : 11 janvier 2021
  • Genre : Plates-formes, Casse-tête
  • image pegi3

Glyph, le jeu d’habileté de votre été

N’en déplaise aux joueurs les plus viriles, le jeu vidéo a toujours été une histoire de petites boules. Pong a bien sûr ouvert le bal, puis par la suite on a vu Mario en lancer toutes enflammées, et même Samus Aran en prendre la forme. Récemment, c’est Super Monkey Ball qui a ravivé la passion pour cette forme permettant tous les délires physiques les plus funs. Et Glyph tente de rejoindre le mouvement, avec une réussite appréciable.

Sorti en catimini sur Switch, au tout début de l’année 2021, Glyph est l’exemple typique de ces petits softs qui ont pourtant tout pour faire passer un agréable moment. On est en plein jeu de plate-formes-casse-tête, qui demande au joueur de maitriser une baballe évidemment soumise à un moteur physique jouant avec ses nerfs. Mais plaisante la bougresse : pensée pour être domptée, et même exploitée par la scène speedrun. Avec le stick gauche, on la dirige, le droit sert à la caméra. Le but va être de dénicher une clé dans le niveau en cours, afin d’ouvrir la sortie vers le suivant. Simple comme bonjour ? Vous imaginez bien que les développeurs et éditeurs de Bolverk Games, de l’indé comme il nous plaît, compliquent rapidement l’affaire…

Bien entendu, il est question de se mouvoir avec précision. Pas de limite de temps pour les niveaux principaux (plus de quatre-vingt !), donc prenez votre temps pour bien vous dépatouiller dans des stages au level design souvent très intelligent. Glyph vous fait rouler, mais aussi sauter, ceci uniquement si vous étiez auparavant sur le plancher des vaches. Cela complété par le fait de rebondir, de planer, et d’autres choses que l’on vous laisse découvrir. Les premières minutes sont l’occasion d’un tutoriel pour bien comprendre tout ça, et même les subtilités qu’on n’avait pas vu venir. Par exemple, la commande pour forcer le rebond, si elle est de suite suivie par un saut, permet un bon bien plus puissant. Ce qui, combiné au double-saut puis au survol, et pourquoi pas en passant par un cercle de recharge autorisant une nouvelle manœuvre, vous propulsera vers des plates-formes très éloignées sans le moindre mal.

Des niveaux funs à parcourir

image test glyph

En cours de niveau, on peut vérifier la complétude de celui visité. Voir si on a bien récupéré toutes les pièces, ou encore glané les gemmes et les artefacts. La monnaie sert à ouvrir des passages, ou encore à activer de nouveaux stages. On sera aussi en capacité de débloquer des bonus cosmétiques, qui modifie la forme du Glyph. Et ce n’est pas tout, car le contenu figure parmi les surprenantes satisfactions du titre. On peut aussi débloquer des défis de Contre-la-montre, ou encore se lancer dans le total 100%. Car, au sein des environnements ouverts, qui vous accordent vraiment une belle liberté de décision pour atteindre ces fichues pièces, les plus courageux se lanceront dans la quête des éléments cachés. Ils sont tous atteignables après des cheminements parfaits pour mettre à l’épreuve le skill, et sont récompensés par des skins. Du coup, la durée de vie dépasse amplement la douzaine d’heures.

Ajoutons aussi un effort des développeurs afin de proposer un contexte scénaristique. Ce n’est vraiment pas pour cela qu’on reste accroché à la Switch, surtout que les sous-titres ne sont disponibles qu’en anglais. Mais ça a le mérite d’exister. Non, on revient avec grand plaisir vers Glyph car Bolverk Games a soigné le challenge, notamment avec cette bonne décision de marquer l’échec par un retour en début de niveau. Si vous tombez dans le sable, c’est de suite sanctionné, sachez-le. Mais, pour ne pas décourager les maladroits (et on l’est tous, ne vous inquiétez pas), le soft garde comme acquis les objets ramassés. Ouf, c’est donc bien moins punitif qu’un Super Meat Boy Forever.

Et pour ne rien gâcher, Glyph est aussi remarquable dans sa direction artistique. Les couleurs délavées, mais aussi les éléments de l’histoire, construisent une ambiance étonnamment mélancolique. La musique, parfois mémorable, n’est pas étrangère à ce constat, apportant même une énergie sur les passages demandant du courage. Par contre, les textures ne sont pas fameuses en docké, et à peine meilleure en mode nomade. C’est dommage, mais rien qui puisse vous faire passer à côté de ce très bon titre.

Conclusion

Glyph est typiquement le genre de bon petit trip que l’on aime découvrir et conseiller. Si vous appréciez la plate-forme, le concept de boule à maitriser d’après une physique bien travaillée, vous allez tomber sous le charme. D’autant plus que le challenge est là, et le contenu assez costaud. Reste que la pure technique est un peu en-deça de ce qu’on pouvait en attendre, même si la direction artistique, étonnamment mélancolique, fait passer la pilule. Du bon jeu d’agilité comme on aimerait en voir plus souvent. Et si vous voulez l’essayer avant de craquer, sachez qu’une démo est disponible sur le eShop.

16 /20
Articles liés
Test

Mount and Blade 2 : Bannerlord - Test - PlayStation 5

4 mn de lecture
Mount and Blade 2 : Bannerlord, un concept exigeant et chronophage Dans la famille des arlésiennes, Mount and Blade 2 : Bannerlord occupe une place bien en vue, juste à côté de celle des patriarches Duke Nukem Forever et autres Final Fantasy XV. Le jeu, issu du studio turc TaleWorlds (qui développe et édite, tandis que Plaion le distribue), fait suite à un premier jeu-surprise paru en 2008, et fut annoncé… en 2012. Dix ans plus tard, et non sans passer deux ans par la dangereuse case de l’Early access…
Test

Fobia : St. Dinfna Hotel - Test - PlayStation 5

3 mn de lecture
Fobia : St. Dinfna Hotel, pour les amateurs d’ambiances puissantes Qu’on se le dise, le survival horror semble enfin être revenu d’entre les morts ! Après avoir été la victime du succès des walking simulator à la Bloober Team (franchement oui, les Blair Witch, The Medium, Layer of Fear c’est de la ballade avec des sursauts il faut être honnête), voilà que le genre revient à ses fondamentaux avec de récentes sorties comme Dead Space ou The Callisto Protocol. Sorti d’un peu nulle part, et plus précisément d’un petit studio…
Test

Raiden IV x MIKADO Remix - Test - PlayStation 4

5 mn de lecture
Raiden IV x MIKADO Remix, un Shmup à ne pas louper Si le Shmup est aujourd’hui un genre aussi désuet que forcément attirant (chaque sortie nous attire inexorablement), on oublie tout de même jusqu’à l’existence de certaines grandes licences. R-Type revient de temps en temps, et une série culte comme Raiden a bien perdu de son aura, surtout à cause d’un cinquième opus un peu décevant. Mais il faut se souvenir à quel point, lors de sa parution en 1990, l’épisode fondateur fut une véritable onde de choc dans l’univers…

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

×
Test

Ratchet And Clank : Rift Apart - Test - PlayStation 5