Test

Red Wings : Aces of the Sky – Test – PlayStation 4

4 mn de lecture
image jeu red wings
image playstation 4 red wings
  • Red Wings : Aces of the Sky
  • Disponible sur : PlayStation 4, Nintendo Switch, Xbox One, PC
  • Développé par : All In! Games
  • Edité par : Microids
  • Sortie le : 2 juillet 2021
  • Genre : Action
  • pegi12

Red Wings : Aces of the Sky a la virevolte très arcade

Ah, les « jeux d’avion » ! Ces engins, véritables fantasmes ailés chez les enfants et les plus grands, sont présents dans le domaine vidéoludique depuis ses débuts. Tout d’abord par le biais du Shoot’em up, avec des grands classiques comme la série des Strikers. Puis, avec l’avènement de la 3D, on a vu paraître des softs de plus en plus fous, comme les Ace Combat ou, dans un style futuristo-spatial, Rogue Squadron. Avec Red Wings : Aces of the Sky, c’est plutôt le passé qui est visé, avec l’ambiance qui va avec.

Red Wings : Aces of the Sky nous propose un voyage dans le temps, direction la terrible Première Guerre Mondiale. Vous voilà embarqué dans le conflit par le biais d’un scénario plutôt soigné, ce qui n’est pas toujours le cas dans ce genre de jeu. Oubliez la pure véracité historique, malgré la présence de grands noms bien connus (le Baron Rouge !), mais les conflits ne sont pas inintéressants. On ne s’en relève pas la nuit, n’exagérons rien, et la narration par des cutscenes stylisées en BD a du mal à nous accrocher. Mais ça fait un minimum le job. Pour le mode solo, on a le choix entre les deux camps : Triplice et Triple-Entente, avec deux histoires différentes. On n’en attendait pas autant !

Mais vous ne vous lancerez pas dans Red Wings : Aces of the Sky pour son récit, c’est certain. Ce qui se devait de faire la différence, c’est le gameplay. Tout d’abord, sachez que le cheminement du solo est découpé en missions, avec des objectifs certes différents mais sans grande originalité. Abattre tel nombre d’ennemis, épreuve de pilotage en passant par des anneaux, dégommer des dirigeables, le sentiment de répétition ne tarde pas à apparaître malgré la courbe de difficulté bien salée. Heureusement, il existe tout de même deux moyens de respirer : différentes phases liées à différents engins, on va en reparler, la possibilité de débloquer puis de customiser des avions et un mode multijoueur uniquement en local (écran splitté, donc) et en coopération.

Des commandes nerveuses, mais une caméra perfectible

image test red wings

Viser implique un rapprochement de la caméra.

Les sensations de vol sont certes loin d’atteindre les classiques du genre, mais on ne peut nier avoir été séduit par le caractère très arcade du feeling. Red Wings : Aces of the Sky assure la qualité de sa prise en mains non seulement par le biais d’un tutoriel efficace, mais aussi en permettant des manœuvres nerveuses. Les développeurs d’All In! Games (ici distribués par Microids) ont tout de même pris des risques. Certains sont de l’ordre de la bonne idée, comme le besoin de se recharger en carburant pendant les missions. Le système de compétence l’est aussi. Au début, elles sont au nombre de quatre (d’autres sont à débloquer, puis à perfectionner) et permettent notamment de se tirer d’affaire lors d’une salve adverse, ou de coordonner une offensive avec des alliés. Mais attention, on ne peut les utiliser n’importe comment car il faudra attendre un temps de cooldown entre deux déclenchements.

Par contre, on est moins fan du contrôle de la vitesse, appliquée sur le stick droit. Ce dernier, on le préfère lié à la vue, et c’est d’ailleurs l’un des regrets laissés par Red Wings : Aces of the Sky. Il y a comme un paradoxe entre la nervosité des commandes et cette caméra certes honorable mais parfois prise en défaut. Aussi, la courbe de difficulté est rude, et il va falloir sans cesse améliorer votre attirail par le biais d’un arbre de compétences. Pour ce faire, il est nécessaire de reporter des étoiles en fin de mission. Plus vous obtenez un bon score, notamment en cherchant à enchainer rapidement les avions abattus ou en se dépêchant de terminer le stage, plus vous chopez d’étoiles, jusqu’à trois. Il va donc falloir assez souvent revenir sur d’anciens niveaux, pour du grind à peine déguisé.

Contenu généreux, et belle direction artistique

image gameplay red wings

Il faut passer dans ces anneaux pour réussir l’épreuve.

Signalons aussi des phases dans des avions plus costauds, dans le but de bombarder des ponts en vue top-down. On salue l’envie de diversifier les situations, mais on ne peut aussi que souligner un certain manque de précision. Mais tout de même, au-delà de ces anicroches, Red Wings : Aces of the Sky parvient à s’attacher notre sympathie. Les missions sont nombreuses, la durée de vie solide, l’intelligence artificielle s’adapte bien au courant arcade dans lequel s’inscrit l’expérience. Techniquement, on fait clairement face à un jeu qui fut d’abord une exclusivité Switch, mais on reste dans du très correct. La direction artistique à base de cel-shading est une réussite, et globalement les environnements se font vivants surtout grâce aux nuages à traverser. Reste que les textures ne s’avèrent pas des plus précises, et l’on relève un peu de crénelage. Quant aux musiques, elles ne laissent pas vraiment de souvenirs mais donnent dans des notes héroïques pertinentes.

Sachez enfin que Microids distribue une version collector du jeu, intitulée Baron Edition. Vous y trouverez votre exemplaire physique du jeu dans un boitier exclusif. Aussi au programme, un artbook contenant de nombreux artworks et un poster aussi inédit qu’aérien.

Conclusion

Red Wings : Aces of the Sky reste une production d’humble envergure, mais pourra aisément intéresser les fans de jeux d’avion à forte tendance arcade. Avec sa double-histoire plutôt soignée, un peu nivelée vers le bas par la narration mais sans trop de gravité, le jeu met les formes. Le gameplay livre de bonnes idées, comme les compétences, et des plus discutables, tel la vitesse sur le stick droit. Certes, ce n’est donc pas parfait, mais le soft a tout de même accroché la sympathie de votre humble serviteur.

12 /20
Articles liés
Test

The Silver Case 2425 - Test - Nintendo Switch

4 mn de lecture
The Silver Case 2425, du Suda51 de belle envergure Non, Suda51 ce n’est pas que No More Heroes ! Ce véritable artiste, très atypique dans un milieu vidéoludique malheureusement entrain de se soumette aux diktats puritains et « normalisants », grand amoureux de catch et de bizarreries en tous genres, s’est aussi illustré dans le Visual novel. Et, ô bonheur, voilà que The Silver Case 2425, rassemblant les deux titres du diptyque, sort sur Switch grâce aux bons soins de NIS America. Et de Koch Media, qui le distribue en…
Test

Akiba's Trip : Hellbound & Debriefed - Test - PlayStation 4

5 mn de lecture
Le premier opus d’Akiba’s Trip enfin dispo chez nous ! Le cinéma a ses nanars, le jeu vidéo tient ses équivalents avec les kusoge. Derrière ce mot-valise nippon se cache une foule de softs certes bancals, mais parfois terriblement accrocheurs. Notamment car ils permettent de trouver une légèreté qui, actuellement, a tendance à nous étouffer. On citera notamment les délirantes filles-samurai-en-bikini d’OneeChanbara, ou encore le chien-sulfateuse du futur Metal Max Xeno : Reborn. Et dans cette liste, Akiba’s Trip : Hellbound & Debriefed tient une place de choix.
Test

Monster Hunter Stories 2 : Wings of Ruin - Test

6 mn de lecture
Monster Hunter Stories 2 fait mieux que son prédécesseur Cela fait désormais un moment que la licence Monster Hunter a dépassé le cadre de la hype pour devenir un véritable phénomène de société. Chaque annonce d’un nouvel épisode créé des torrents de réactions sur tous les réseaux sociaux. Puis ils se vendent comme des petits pain hirata. Du coup, Capcom est bien inspiré en creusant cet univers, et en créant des spin-off visant d’autres genre. Comme ce Monster Hunter Stories 2 : Wings of Ruin, J-RPG au tour par tour…

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

×
Test

The Persistence Enhanced - Test - PlayStation 5