Test

[Test] R-Type Final 2 – PlayStation 4 – NIS America

4 mn de lecture
image jeu r-type final 2
image playstation 4 r-type final 2
  • R-Type Final 2
  • Disponible sur : PlayStation 4, Xbox One, Nintendo Switch, Microsoft Windows (Steam)
  • Développé par : Granzella
  • Edité par : NIS America
  • Sortie le : 30 avril 2021
  • Genre : Shoot'em up
  • pegi7

R-Type Final 2 signe un retour sympathique

R-Type Final 2, voilà le genre de sortie qui provoque une saine nostalgie. Car au rayon des licences qui en imposent, R-Type se pose là ! Parmi les fleurons du Shoot’em up, genre roi des décennies 1980-1990, le premier titre de la licence (1987, tout de même !) a marqué une génération de joueurs. Ayant apporté des idées parfois reprises ailleurs (les boss à chaque fin de niveau, le module), le soft de feu Irem est devenu culte, et garde une grande aura auprès des fans de jeux rétros.

Avant d’aborder R-Type Final 2, prenons quelques années de recul. Direction l’an de grâce 2003, alors que la PlayStation 2 caracole en tête des ventes. Irem est encore parmi nous, et ce dernier s’occupe encore de la licence qu’il a lui-même mis au monde. Les retours concernant le premier R-Type Final sont très bons, et les notes élevées. Pourtant, vous avez bien lu le sous-titre, il régnait une ambiance d’au-revoir, et même d’adieux. Le studio, s’il avait encore quelques années devant lui (avec, au programme, deux R-Type Tactics peu convaincants), sentait bien qu’il arrivait au bout de ce qu’il pouvait proposer. L’épisode était ultra généreux en contenu, sa 3D transcendait celle de R-Type Delta. Bref, une belle conclusion.

Enfin, c’est ce qu’on pensait avant que, seize ans plus tard, Granzella ne lance l’idée d’une suite sobrement intitulée R-Type Final 2. L’annonce a fait jaser : son officialisation s’est produite un premier avril, ce qui a évidemment fait croire à une blague. Surtout qu’il faut rappeler la parenté de ce studio : elle en revient pour beaucoup à Irem, boîte passée maitresse en blagounettes. En tout cas, tout s’est avéré vrai, et ce sont bien des anciens de la licence qui ont repris le flambeau, notamment le game designer Kazuma Kujo. Un nom qu’on retrouvait aussi sur le maudit mais ô combien attachant Disaster Report 4.

On retrouve rapidement nos réflexes

image test r-type final 2

R-Type Final 2 vous réserve du combat de boss.

On pouvait donc espérer une certaine continuité. S’il existe encore des amateurs du lore, ils seront d’ailleurs assez intéressés par l’histoire. Car oui, R-Type Final 2 prend le temps de proposer un scénario minimaliste. La plupart d’entre nous se contentera d’opiner du chef devant la cinématique d’ouverture, replaçant un contexte de guerre spatiale contre des extraterrestres belligérants que seul le fameux vaisseau trans-dimensionnel peut vaincre. Cette menace, nommée Bydo, ne se retrouvera ensuite plus qu’à la place du multiple ennemi, à sulfater à l’envie, avec quelques petits développement ici ou là. Mais on doit tout de même dire qu’on est pris assez facilement dans l’ambiance. Et ce malgré des sous-titres français certes précieux mais qui n’évitent pas quelques coquilles.

Aller, on prend les commandes et l’on se lance à l’assaut de ces aliens récalcitrants. De suite, on retrouve nos marques : R-Type Final 2 est un Shoot’em up à scrolling horizontal, et les spécificités de la licence sont évidemment de la partie. On a donc une grosse emphase sur l’amélioration de l’arme par la récupération de bonus, l’inévitable boss de fin de stage, et cette gestion toute particulière d’un module qu’on envoie dans tous les sens comme une sorte d’éclaireur. Puis qu’on rattache au devant ou à l’arrière du vaisseau, distillant aussi un peu de tactique comme face au second boss. C’est bien simple, les premières minutes sont surtout l’occasion de retrouver une série qu’on a beaucoup pratiqué, et les réflexes remontent à la surface.

Un Shoot’em up de type difficile

Conscient de cette nostalgie active qui ne manque pas d’assaillir le joueur, Granzella cherche à bousculer ce dernier. Pour ce faire, le studio n’hésite pas à faire de R-Type Final 2 un véritable challenge. S’il existe différents modes de difficulté (Entraînement, Bambin, Normal, Bydo et R-Typer), permettant aux novices d’à peu près s’en sortir, tenter l’aventure ne serait-ce qu’en Normal est une véritable épreuve. Les patterns gardent tout de même un minimum de prévisibilité, mais certains ennemis, comme les robots humanoïdes, donnent le frisson à chaque rencontre. Surtout qu’ici, c’est la perte d’une vie au moindre contact, direct. Heureusement, chaque partie se conclue par un gain de points à dépenser pour développer de nouveaux vaisseaux aux caractéristiques avantageuses, mais le skill restera votre meilleur ami.

Après avoir repris ses marques, le fan de la licence ne peut que noter une nervosité du vaisseau étonnamment basse. C’est voulu, car R-Type Final 2 vous demande de gérer l’allure de l’engin avec les gâchettes, de base L2 et L1 mais on peut heureusement modifier le mapping des touches. On doit tout de même émettre un regret ici, car le jeu n’utilise pas ce changement de vitesse comme une réelle mécanique. Il s’agit plus d’un choix laissé au joueur, ce qui est toujours bien vu mais aurait pu trouver un écho plus profond avec le level design. Ce dernier, d’ailleurs, reste un ton en-dessous de celui du précédent opus, même si cela s’arrange un peu à partir d’un troisième stage enchainant mieux les pics de difficulté.

Bon contenu, mais technique largement perfectible

image gameplay r-type final 2

La difficulté du jeu est parfois très élevée.

On retrouve donc beaucoup de bonnes sensations dans le gameplay. R-Type Final 2 est aussi assez solide dans son contenu. C’est avec joie que l’on retrouve ces à-côtés que les collectionneurs apprécient, dans le menu Données et Galerie. Grand retour pour le Labo Bydo, dans lequel se retrouve les ennemis rencontrés, dont les infos se débloquent en les détruisant plusieurs fois. Le Musée R permet d’admirer une centaine de vaisseaux. On pourra aussi retrouver pas mal de statistiques, les scores sur chaque niveau, là aussi un peu plus d’une dizaine, plus de soixante illustrations à débloquer, et le Manuel R pour se rappeler des bases. De quoi prendre du plaisir à s’investir.

Le menu Special attire aussi notre attention. C’est ici que les joueurs-sponsors récupéreront les bonus liés à leur investissement. Eh oui, R-Type Final 2 est lui aussi passé par la case Kickstarter. Cela ne se manque pas, on reconnait de suite la technique d’un jeu au budget limité. La 3D des environnements est un peu inégale, mais ce n’est pas non plus moche. Cela manque peut-être un peu de liant dans la direction artistique, les ennemis dénotent un peu, mais globalement on retrouve bien l’esprit de la licence. La visibilité souffre un peu d’effets de lumière aussi spectaculaires qu’envahissants, notamment contre les boss. On est aussi surpris par le caractère abrupte de la transition lors d’un échec, et quelques hitboxs d’alien sont un peu larges. L’ambiance sonore, elle, reste satisfaisante même si certains bruitages se font trop prioritaires sur des musiques assez typiques de ce que sait faire la licence.

Conclusion

R-Type Final 2 assure l’essentiel : il s’emboite très bien dans la saga et atteint un niveau de qualité qu’on est en droit d’attendre. Si l’on émet tout de même quelques regrets principalement d’ordre technique, les fans de la licences retrouveront les réflexes qu’ils ont autrefois tant travaillés. Granzella prouve donc sa proximité avec feu Irem, ce qui ne manquera pas de plaire aux amateurs de Shoot’em up à l’ancienne.

14 /20
Articles liés
Test

The Great Ace Attorney Chronicles - Test - PlayStation 4

4 mn de lecture
The Great Ace Attorney Chronicles : les spin off prennent le pouvoir Si, depuis quelques temps, Capcom semble vouloir alterner entre ses deux grosses licences (Monster Hunter, Resident Evil, garde à vous !), il serait dommage de gâcher le potentiel de ses autres séries. Voilà quelques temps, c’est Phoenix Wright : Ace Attorney Trilogy qui nous rappelait avec bonheur la diversité de la ludothèque de l’éditeur. Et les fans de cet univers peuvent être aux anges, car The Great Ace Attorney Chronicles nous livre deux opus totalement inédits, et de…
Test

The Silver Case 2425 - Test - Nintendo Switch

4 mn de lecture
The Silver Case 2425, du Suda51 de belle envergure Non, Suda51 ce n’est pas que No More Heroes ! Ce véritable artiste, très atypique dans un milieu vidéoludique malheureusement entrain de se soumette aux diktats puritains et « normalisants », grand amoureux de catch et de bizarreries en tous genres, s’est aussi illustré dans le Visual novel. Et, ô bonheur, voilà que The Silver Case 2425, rassemblant les deux titres du diptyque, sort sur Switch grâce aux bons soins de NIS America. Et de Koch Media, qui le distribue en…
Test

Akiba's Trip : Hellbound & Debriefed - Test - PlayStation 4

5 mn de lecture
Le premier opus d’Akiba’s Trip enfin dispo chez nous ! Le cinéma a ses nanars, le jeu vidéo tient ses équivalents avec les kusoge. Derrière ce mot-valise nippon se cache une foule de softs certes bancals, mais parfois terriblement accrocheurs. Notamment car ils permettent de trouver une légèreté qui, actuellement, a tendance à nous étouffer. On citera notamment les délirantes filles-samurai-en-bikini d’OneeChanbara, ou encore le chien-sulfateuse du futur Metal Max Xeno : Reborn. Et dans cette liste, Akiba’s Trip : Hellbound & Debriefed tient une place de choix.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

×
Test

[Test] Battle Axe - PlayStation 4 - Numskull Games