Test

Dice Legacy – Test – Nintendo Switch – Ravenscourt

4 mn de lecture
image jeu dice legacy
image nintendo switch dice legacy
  • Dice Legacy
  • Disponible sur : Nintendo Switch, PC
  • Développé par : DESTINYbit
  • Edité par : Ravenscourt
  • Sortie le : 9 septembre 2021
  • Genre : Gestion, Survival
  • pegi7

Dice Legacy n’a pas usurpé sa réputation de jeu original

Depuis le grand boom de l’industrie vidéoludiques, des centaines de softs, voire des milliers, sortent tous les ans. Mais un seul fut élu jeu le plus original des Gamescom Awards 2021 : Dice Legacy. Désormais disponible, le titre développé chez DESTINYbit, ici édité par Ravenscourt (donc distribué par Koch Media, vous suivez ?), se doit de démontrer se qualités. Il en a, de surprenantes, même si tout n’est pas parfait.

Pas de suspens, nous allons vous apporter une réponse dès maintenant. Oui, Dice Legacy est un jeu original, cela ne fait aucun doute. En tout cas, son concept est une totale découverte pour nous, et on en a vu défiler ! Par contre, l’originalité n’est pas l’innovation, et le soft en lui-même n’est pas spécialement novateur, ce qui n’est pas un mal en soi. On se trouve là, grosso modo, face à un mélange de gestion macro (pas vraiment du 4X, mais les amateurs du genre y retrouveront petits points communs), de survival et… de jet de dés. Vous l’aurez compris, le hasard fait partie intégrante de l’expérience.

Vous débuterez une partie par la découverte de l’environnement à disposition : un anneau rappelant évidemment une certaine licence de Microsoft. Sur ce halo, vous allez devoir organiser la survie d’une peuplade échouée sur cet endroit, sans trop savoir pourquoi. Dice Legacy ne raconte pas une histoire très fouillée, on sent bien que l’expérience tient avant tout sur son concept. Donc, sur cet astre étrange il va falloir construire construire plusieurs bâtiments afin de faire face à l’hiver approchant (on y revient plus bas). Vous l’aurez deviné, c’est ici qu’intervient la main-d’œuvre, et elle est symbolisée par des dés. Il y en a six de couleurs différentes, pour autant de classes (paysans, soldats etc). Tous sont affectés à une tâche, et vous pourrez même les faire évoluer pour qu’ils remplissent un plus large spectre de prérogatives.

Prends ça Einstein : Dieu joue aux dés !

image gameplay dice legacy

Attention à bien préparer l’arrivée de l’hiver…

Et ces dés, vous imaginez bien qu’il va falloir les lancer. C’est vraiment ici que l’expérience présente une belle personnalité, avec ce qu’il faut de contraintes pour nous pousser à la réflexion. Chaque dé va pouvoir être jeté un certain nombre de fois, pour des tâches attachées à leurs classes. Par exemple, le soldat vous défendra de tribus autochtones belligérantes, le citoyen vous aidera à gagner de la connaissance indispensable à l’évolution globale de vos travailleurs zélés. Avec un arbre de compétences à la clé, donc un sentiment de progression bien présent. Dans les premières heures, Dice Legacy laisse un sentiment agréable, car la logique est purement vidéoludique : on comprend rapidement les mécaniques, comme l’importance d’accumuler des ressources vitales. Attention, car le halo est comme notre notre bonne vieille Terre : elle ne dispose pas d’un crédit infini de matières premières. Il est donc nécessaire de se projeter. Surtout quand l’hiver est proche.

Car Dice Legacy n’est pas qu’un jeu de gestion, il a aussi falloir survivre, et contenter tout le monde. La population peut perdre confiance en vous et le faire payer. De ce côté, on est tout de même loin de la profondeur d’un 4X à la Stellaris (même si l’on peut mettre en application des lois, pas mal ça), mais du coup un novice en la matière pourra y trouver une bonne porte d’entrée. Donc, si vous perdez trop de dés, ce sera la révolte, et ça peut aller loin cette histoire. Genre jusqu’à imiter Néron et brûler les environs. Cela peut se produire en hiver, l’une des deux saisons du jeu (avec l’été). Là, l’expérience devient plus difficile, voire même frustrante avec l’apport du hasard : malgré lui, il faut penser à ériger les bons bâtiments, en priorité la cheminée centrale. Sinon, c’est le gel et vous serez obligé d’hiberner pendant toute la saison, et ça a tendance à rendre les gens grincheux.

Un contenu qui manque de générosité

image test dice legacy

Le halo, seul environnement de Dice Legacy.

Les premières heures sont donc un ravissement, même si le halo n’est pas forcément des plus simples à prendre en mains. La lisibilité se doit de répondre à la spécificité de l’endroit, et la caméra a du mal à nous donner de bons panoramas d’ensemble. Surtout, l’on ne peut que noter une baisse de régime après la première partie menée à son terme. Dice Legacy a pourtant des arguments pour la rejouabilité, comme l’évolution persistante des dés. Mais le seul et unique environnement rend les autres runs un peu prévisibles. Et ce malgré de nouveaux handicaps qui élèveront le challenge. Mais voilà, le jeu donne ce qu’il a dans le bide lors de la première campagne, tout ce qui est possible par la suite est de l’ordre du rébarbatif. D’ailleurs, il n’existe qu’un environnement, et ce n’est pas hyper encourageant pour y retourner après un premier run. Dommage, espérons qu’une suite ira plus loin dans son contenu.

Techniquement, Dice Legacy se tient correctement, et même mieux que ce qu’on imaginait. Sachez qu’une mise à jour est disponible, et qu’elle doit impérativement être installée tant elle règle d’innombrables soucis. Une fois ceci fait, le rendu se révèle satisfaisant, pour de la Nintendo Switch bien entendu. En nomade, le crénelage est amoindri. Par contre, il se remarque bien plus en docké. Aussi, la fluidité prend parfois du plomb dans l’aile, mais ça reste globalement acceptable. Avec même des textures bien précises, surtout pendant l’hiver. Pour finir, la musique ne laisse pas réellement de souvenirs, manque un peu de peps, de renouvellement, et c’est bien dommage.

Conclusion

Dice Legacy fièrement endosse le rôle de l’outsider qui a de l’idée, de l’envie, et c’est déjà pas mal. Avec son concept original, un mélange de gestion, de survival et de hasard, l’expérience saura satisfaire les joueurs en quête de sensations nouvelles. En tout cas pour un temps : malheureusement, le soft manque de contenu, et la répétitivité ne manque pas d’apparaître après quelques heures de pratique. Dommage, et l’on se prend à espérer une suite plus généreuse en terme de durée de vie. Car DESTINYbit tient un bon filon.

13 /20
Articles liés
Test

Prinny Presents NIS Classics Volume 3 - Test - Nintendo Switch

4 mn de lecture
Prinny Presents NIS Classics V3, indispensable pour les collectionneurs Quelle époque bénie ! Bon, OK, je peste contre le niveau en chute libre du jeu vidéo occidental, ce dernier ne parvenant pas à se renouveler, s’engonçant dans des genres sur-usités que je ne peux plus voir en peinture. Enfin bref, heureusement que les acteurs Japonais de cette industrie ont repris du poil de la bête, comme Nippon Ichi Software. Sa partie édition, NIS America, ne cesse de nous abreuver de titres intéressants (Ys IX : Monstrum Nox, Yurukill : The…
Test

Soul Hackers 2 - Test - PlayStation 5

4 mn de lecture
Soul Hackers 2, pour patienter avant les prochains SMT L’univers de la licence-phare d’Atlus, Shin Megami Tensei est complexe, il est fait de plein de cheminements différents, de telle sorte que le béotien peut s’y perdre amplement. Parmi les « branches », vous connaissez obligatoirement les Persona, devenus très populaires depuis l’incroyable et mérité succès du cinquième opus. Il est moins certains que vous ayez entendu parler de Devil Summoner : Soul Hackers. Et pour cause, le titre est longtemps resté cantonné au Japon, jusqu’à sa sortie sur Nintendo 3DS,…
Test

Jojo's Bizarre Adventure : All-Star Battle R - Test - PS5

3 mn de lecture
Jojo’s Bizarre Adventure : All-Star Battle R, un délice pour les fans Quand on a un peu de culture manga, impossible de ne pas avoir au moins entendu parlé de Jojo’s Bizarre Adventure. L’œuvre de Hirohko Araki est celle de toute une vie : si nous autres Occidentaux l’avons découvert en début de millénaire, grosso modo, la série existe depuis bien plus longtemps, 1986 pour être précis. Une longévité forçant le respect, mais surtout dû à la qualité du concept, du dessin, ce ton parfois déjanté, et même un peu…

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

×
Test

Glyph - Test - Bolverk Games - Nintendo Switch