Test

Iron Harvest 1920+ Complete Edition – Test – PlayStation 5

4 mn de lecture
image jeu iron harvest 1920
image playstation 5 iron harvest 1920
  • Iron Harvest 1920+ Complete Edition
  • Disponible sur : PlayStation 5, Xbox Series, PC
  • Développé par : King Art Games
  • Edité par : Prime Matter
  • Sortie le : 26 octobre 2021
  • Genre : Jeu de stratégie
  • pegi16

Iron Harvest 1920+ Complete Edition, entre uchronie et classicisme

Paru en 2020 sur PC, où il aura su convaincre bon nombre de fans de stratégie en temps réel, Iron Harvest 1920+ débarque enfin sur consoles avec une Complete Edition attendue de pied ferme. Pourquoi donc, ma bonne dame ? Parce qu’on fait partie de ceux qui aimeraient bien que le genre STR, peu représenté sur machines de salon, parviennent enfin à s’y imposer. Sera-ce avec le soft signé King Art Games, et paru sous le label Prime Matter récemment lancé par Koch Media ?

L’action d’Iron Harvest 1920+ : Complete Edition se déroule dans une uchronie dont le point de départ est la fin de cette boucherie que fut la Première Guerre Mondiale. On y découvre un combat qui repart de plus belle après une trêve, opposant les équivalents des Polonais, des Allemands et des Russes. Pourquoi ce nouveau massacre à venir ? Parce que des résistants ont dégoté des armes sacrément de pointe en farfouillant dans leurs champs, de quoi se constituer une armée face à des troupes pourtant détentrice de Mechas imposants. En fait, cette ambiance alternative ne sort pas de nulle part, elle est inspirée du jeu de plateau Scythe, une référence en la matière. Et ça se ressent : le récit, parfois étonnamment pointu historiquement, est d’une telle qualité qu’il accroche à la manette. Et rassurez-vous, la traduction des textes est assurée dans un français plutôt soigné.

Avant d’aborder le contenu de cette Complete Edition, penchons-nous d’abord sur le jeu de base. Comme nous l’informions plus haut, Iron Harvest 1920+ est un jeu de stratégie en temps réel en vue isométrique (avec du bon gros zoom bien agréable), il faudra donc sélectionner ses unités et les envoyer où l’on veut, tout en gardant en tête que l’ennemi avance lui aussi à son rythme. Sur cette base, King Arts Games bâtit un gameplay très prudent, ce qui nous paraît une sage décision dans le cadre d’un STR pour consoles : mieux vaut ne pas partir dans tous les sens. On a ainsi le besoin de construire des bâtiments afin de faire grossir et améliorer les troupes (caserne, atelier, etc), cela grâce à des ressources récupérées sur le terrain. Cela ne troublera pas les néophytes, qui y retrouveront sans doute des réflexes du temps jadis.

Un univers dense et très intéressant

image test iron harvest 1920

L’ambiance du jeu est l’une de ses principales forces.

D’ailleurs, la gestion des troupes, avec armée et héros accompagnés d’un soutien animal, l’organisation des missions avec des objectifs principaux (souvent de la capture de points précis) et secondaires : tout nous semble de l’ordre du déjà installé. Oui, cela pourra peut-être faire bailler les stakhanovistes du STR, mais les autres pourront trouver en Iron Harvest 1920+ Complete Edition une véritable porte d’entrée sur consoles actuelles. Les différentes factions proposent évidemment un armement bien assigné : les Mechas sont plus rapides et moins blindés chez les Polonais, ceux des Russes se révèlent parfaits pour qui veut aller au contact mais peu efficaces à distance, tandis que les Allemands privilégient la résistance au détriment de la vitesse. Et attention, car l’équilibre entre ces trois camps est excellent. Seul petit souci à ce niveau : les troupes au sol ont vraiment du mal, et l’on a tendance à créer en priorité du Mecha afin d’écraser l’adversaire avec une certaine facilité, du moins dans les première missions.

Iron Harvest 1920+ Complete Edition nous propose aussi tout un système d’amélioration, par le biais d’un arbre de compétences (un par faction) à faire fleurir avec notre expérience. Là encore, du très classique et efficace. Tout cela forme un gameplay immédiatement digéré, même s’il fallait encore parvenir à l’exploit : enfin adapter la prise en mains à nos manettes de joueurs consoles. Et là, c’est de suite plus mitigé. Tout se fait par le biais d’un curseur pourtant intelligemment pensé, regroupant à lui seul beaucoup des actions. Seulement, il reste évidemment, et fatalement, assez lent, trop pour s’adapter au mode multi compétitif. Aussi, la lisibilité de l’action peut en prendre un coup à cause de sa taille, assez imposante mais pour des raisons pourtant pertinente : loin de l’écran, le gamer ne doit surtout pas le perdre de vue. enfin, l’ergonomie des menus n’est pas chaotique, par contre elle n’est pas fluide et demande à ce qu’on automatise les allers et venus. Plus positif, les raccourcis au pad fonctionnent bien.

Principalement destiné aux néophytes du STR

image ps5 iron harvest 1920

La guerre, ça fait bobo !

Iron Harvest 1920+ Complete Edition est donc du genre à favoriser l’univers, et les joueurs en recherche de STR simple d’accès. Il saura aussi faire le bonheur de ceux recherchant un contenu très solide. L’histoire principale vous demandera déjà une bonne vingtaine d’heures, et le double pour qui veut tout faire à 100%. À cela, on ajoute deux gros DLC : Rusviet Revolution et Operation Eagle. La première nous fait croiser la route de Raspoutine, rien que ça, et ajoute pas mal de missions au compteur. Mais la seconde est carrément indispensable : elle invite dans le conflit les Américains, donc propose carrément une quatrième campagne, avec moult missions, des cinématiques inédites, des nouveaux héros, des cartes pour le multi, de nouvelles unités à foison. Bref, de quoi encore ajouter des heures devant l’écran.

Lors sortie de Iron Harvest 1920+, en 2020, certain reproches ont pu se faire autour de sa technique. Pourtant, le jeu n’est pas moche, mais on sent effectivement qu’il est perfectible dans quelques domaines. La direction artistique pourra diviser : les environnements restent plutôt jolis, mais le chara-design peine à convaincre, tout particulièrement au niveau des héros. On a aussi relevé quelques petits toussotements dans la fluidité, et c’est embarrassant pour un jeu PlayStation 5. Mais surtout, c’est l’intelligence artificielle qui nous a déçu, avec une propension des ennemis à balancer l’action sans trop réfléchir aux conséquences. On trouve aussi dommage que les spécificités de la Dual Sense ne soient pas mises à contribution. Enfin, l’ambiance sonore est de l’ordre du tout juste acceptable, avec un mixage des bruitage inégal, pas assez spatialisé.

Conclusion

Iron Harvest 1920+ Complete Edition pourra faire mouche chez les joueurs en recherche d’un STR facile d’accès, et d’autant plus sur consoles. L’expérience vaut surtout pour sa prise en mains immédiate, et ce malgré une ergonomie globale à améliorer. Aussi, l’ambiance et le récit, entre uchronie et grands conflits, forment une grande force capable d’accrocher à la manette. On regrette simplement un aspect technique en retrait, et un manque d’équilibre entre Méchas et troupes au sol. Tout cela est heureusement contrebalancé par un contenu très riche, assurant une grosse durée de vie. Ce n’est donc pas encore la totale réussite de la stratégie en temps réel sur machine de salon, mais ça commence à y ressembler.

14 /20
Articles liés
Test

Prinny Presents NIS Classics Volume 3 - Test - Nintendo Switch

4 mn de lecture
Prinny Presents NIS Classics V3, indispensable pour les collectionneurs Quelle époque bénie ! Bon, OK, je peste contre le niveau en chute libre du jeu vidéo occidental, ce dernier ne parvenant pas à se renouveler, s’engonçant dans des genres sur-usités que je ne peux plus voir en peinture. Enfin bref, heureusement que les acteurs Japonais de cette industrie ont repris du poil de la bête, comme Nippon Ichi Software. Sa partie édition, NIS America, ne cesse de nous abreuver de titres intéressants (Ys IX : Monstrum Nox, Yurukill : The…
Test

Soul Hackers 2 - Test - PlayStation 5

4 mn de lecture
Soul Hackers 2, pour patienter avant les prochains SMT L’univers de la licence-phare d’Atlus, Shin Megami Tensei est complexe, il est fait de plein de cheminements différents, de telle sorte que le béotien peut s’y perdre amplement. Parmi les « branches », vous connaissez obligatoirement les Persona, devenus très populaires depuis l’incroyable et mérité succès du cinquième opus. Il est moins certains que vous ayez entendu parler de Devil Summoner : Soul Hackers. Et pour cause, le titre est longtemps resté cantonné au Japon, jusqu’à sa sortie sur Nintendo 3DS,…
Test

Jojo's Bizarre Adventure : All-Star Battle R - Test - PS5

3 mn de lecture
Jojo’s Bizarre Adventure : All-Star Battle R, un délice pour les fans Quand on a un peu de culture manga, impossible de ne pas avoir au moins entendu parlé de Jojo’s Bizarre Adventure. L’œuvre de Hirohko Araki est celle de toute une vie : si nous autres Occidentaux l’avons découvert en début de millénaire, grosso modo, la série existe depuis bien plus longtemps, 1986 pour être précis. Une longévité forçant le respect, mais surtout dû à la qualité du concept, du dessin, ce ton parfois déjanté, et même un peu…

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

×
Test

Big Rumble Boxing : Creed Champions - Test - PlayStation 4