Test

MXGP 2021 – Test – PlayStation 5

5 mn de lecture
image jeu mxgp 2021
image playstation 5 mxgp 2021
  • MXGP 2021
  • Disponible sur : PlayStation 5, PlayStation 4, Xbox One, Xbox Series, PC
  • Développé par : Milestone
  • Edité par : Milestone
  • Sortie le : 30 novembre 2021
  • Genre : Jeu de course, Simulation
  • image pegi3

MXGP 2021, la meilleure simulation de motocross à ce jour

Parmi les développeurs les plus prolifiques, Milestone figure sans difficulté dans le peloton de tête. Ce studio italien, récemment rapproché de Koch Media pour la distribution, est spécialisé dans les jeux de course, et encore plus particulièrement dans les softs de motos. Rien qu’en 2001, l’entité a lancé Monster Energy Supercross 4, Ride 4, MotoGP 2021, Hot Wheels Unleashed et, pour terminer en beauté, ce MXGP 2021 qui confirme la bonne trajectoire de ce néo-auto-édité.

Entre nous, on avait un peu peur pour ce MXGP 2021. Entre le rythme affolant des sorties, et le fait qu’il s’agisse de la première itération de la licence véritablement pensée avec les consoles de nouvelle génération, ça faisait beaucoup. Avant d’aborder le bon équilibre du gameplay, il faut se pencher sur le contenu, que l’on espérait encore plus solide que l’année dernière. Dans les faits, on se retrouve grosso modo avec les mêmes modes, tous classiques dans leurs principes. Tout d’abord, la Carrière fait carrément le job avec sa bonne courbe de progression. On créé son propre pilote, puis il est question de le faire évoluer depuis le MX2 jusqu’à l’acharné MXGP. Bien entendu, il est question de performer afin de signer le meilleur contrat sponsorisé, ou encore d’attirer les écuries les plus renommées. Si l’on retrouve ce qu’on veut éprouver dans ce genre de contenu, il faut tout de même préciser que la douzaine de circuits embarquée n’est pas habitée d’événements entre eux. On va donc droit au but, à l’ancienne. Plus gênant, il manque quelques lieux officiels : Mantova et le Grand Prix de France. Dommage, et un peu troublant.

MXGP 2021 remet évidemment le couvert avec son Playground, mode couronné de succès chez les fans. Et pour cause, rappelons qu’il s’agit d’une carte en monde ouvert, que l’on peut parcourir tranquillou afin de dénicher des défis parfois bien salés. Cette année, ce contenu prend la direction du Pays de Galle. Avec ses dénivelés, ses nombreux reliefs et son hors piste bien dangereux, cet endroit est parfait pour tester nos réglages mécaniques, surtout du côté des importantissimes suspensions. Mais au-delà de cette utilité, c’est surtout bonnard de se trouver un circuit pour se mettre à l’épreuve, ou encore de se lancer dans les Waypoints. Il s’agit d’épreuves en contre-la-montre à base de checkpoints, mais qui ont la particularité d’avoir été architecturés par la communauté. Et oui, vous pourrez en faire de même, grâce à un outil certes limité en possibilités mais fun pour qui aime créer des parcours bien vicieux. Le partage, ensuite, fonctionne parfaitement bien.

Rien de révolutionnaire, mais solide dans bien des domaines

image gameplay mxgp 2021

Les courses sont parfois acharnées.

Bien entendu, le mode Carrière est complété par les imperturbables Grands Prix rapides, le Contre-la-montre, et surtout le multijoueur. Là encore, MXGP 2021 ne fait pas dans le révolutionnaire, mais assure le fonctionnel. On peut tout de même noter que les lobbies en ligne proposent désormais un système de qualifications, une idée intelligente afin d’ajouter un peu de challenge. Les serveurs sont certes loin d’être surpeuplés, mais on remarque une bonne stabilité. Vraiment agréable à utiliser, surtout que l’interface se révèle claire et fluide. Enfin, Milestone a ajouté quatre circuits légendaires au programme. C’est non sans une pointe de nostalgie qu’on retrouve les circuits d’Ernée (France), d’Ottobiano (Italie), d’Agueda (Portugal) et de Leon (Mexique). Tout cela jouable en solo ou en multi. Enfin, un éditeur de circuit, limité en terme d’environnement mais plus complet dans ses possibilités de dénivelés, répond présent. Et sachez qu’on peut dorénavant le visualiser en 3D avant de le finaliser et de le proposer en partage aux autres joueurs. Le contenu est donc assez solide pour tenir en haleine un grand nombre d’heures.

Mais pour investir autant de temps, il fallait encore que MXGP 2021 soit intéressant dans son gameplay. Et là, on peut écrire que Milestone fait un peu du surplace par rapport à l’année dernière, même si le résultat atteint un bon niveau. La prise en mains, beaucoup plus axée simulation qu’arcade, est donc satisfaisante, mais pas encore parfaite. Dès le départ des courses, avec le fameux holeshot nous demandant une prudence de tous les instants si l’on ne veut pas chuter au démarrage, on sent monter l’adrénaline. Les sensations de conduite figurent indéniablement dans les points positifs, avec ce réalisme dans la gestion des sillons. En effet, il va falloir être tactique et gérer ses trajectoire sur boue, car les motos y creusent des routes et rien n’apporte plus de stabilité et de vitesse que de les emprunter au fur et à mesure. Le rendu est vraiment top, on sent l’utilité de la chose.

Techniquement, la licence emprunte le bon sillon

image test mxgp 21

Le Playground apporte de bons moments de respiration.

Par contre, on a toujours un peu plus de mal avec les sauts. Pas que l’on sente mal la moto lors des sauts, à ce niveau c’est nickel, par contre les suspensions en atterrissage nous semblent un peu trop permissives. Et les figures sortent un chouïa trop bien, ce qui vient en paradoxe avec le côté simulation. Surtout, les collisions ont encore ce petit côté « flipper », on rebondit parfois un peu trop pour que ce soit crédible. L’intelligence artificielle, si elle reste globalement logique, connait parfois quelques déboires saugrenus, avec une difficulté dans la gestion des trajectoires en virage où l’on sent une sorte d’automatisme déshumanisé. Voilà donc des pistes d’amélioration pour la prochaine itération, mais malgré ces retenues MXGP 2021 s’avère agréable manette en mains, surtout sur PlayStation 5. Milestone est l’un des studios qui a le plus pris conscience de l’apport de la DualSense dans les sensations, et le soft confirme cela. Les vibrations haptiques cartonnent, on ressent parfaitement les sillons et autres changements de textures au sol. Aussi, les gâchettes résistent juste ce qu’il faut pour qu’on ait l’impression de maitriser le guidon. Vraiment du bon boulot.

Techniquement, MXGP 2021 marque une vraie amélioration dans la licence, c’est parfois vraiment très joli. Tout d’abord, sachez que nous n’avons pas remarqué une seule seconde de baisse de fluidité. Un framerate hyper solide, d’autant plus impressionnant que les textures se révèlent bien riches. L’animation en bord de circuit reste assez timide, mais celle des pilote continue là aussi de se perfectionner. Signalons aussi la présence de conditions climatiques bien travaillées dans leurs rendus, qui ont d’ailleurs un impact sur la conduite. Ajoutons de bons effets de lumière, une distance d’affichage au top, et l’on obtient un résultat qui force le respect. Certes, ce n’est pas encore tout à fait au maximum de ce qu’on peut imaginer, notamment dans les airs, mais on peut écrire sans mal qu’il s’agit de la plus belle simulation de motocross à ce jour. Enfin, l’audio n’est pas en reste : les bruitages des moteurs sonnent bien aux oreilles, et l’on se régale de l’utilisation, là encore intelligente, du microphone de la DualSense.

Pour terminer, il est nécessaire de préciser que MXGP 2021 n’est disponible qu’en version dématérialisée, et ce sur tous les supports où il est sorti. Un choix étrange, de notre point de vue.

Conclusion

MXGP 2021 ne révolutionne certes pas la licence, mais ce millésime perfectionne encore un peu plus la recette. Ainsi, il s’agit de la meilleure itération, et de la meilleure simulation de motocross à ce jour. Le contenu, s’il reste très classique, assure l’essentiel et des heures de pratique pour qui accroche au genre. Le gameplay fait un peu du surplace, mais on remarque des sensations de conduite encore plus poussées qu’auparavant. Aussi, la technique atteint désormais un très bon niveau, avec une fluidité de tous les instants. Oui, même dans les holeshots les plus énervés. Voilà donc de quoi foncer sur le guidon, surtout sur PlayStation 5 et sa DualSense idéalement mise à contribution.

15 /20
Articles liés
Test

Session : Skate Sim - Test - PlayStation 5

5 mn de lecture
Session : Skate Sim, pour les jusqu’au-boutistes de ce sport Une fois n’est pas coutume, je vais un peu faire l’ancien, le nostalgique, et vous parler d’un temps que les moins de… etc. Oui, je regrette de plus en plus amèrement les années 1990, et la première décennie 2000, pour plusieurs raisons. L’une d’entre elles était cette incroyable propension à nous proposer de plus en plus de genres, de ne pas nous enfermer dans celui qui vend le plus, ou fait le plus de vues chez un random streamer. À…
Test

Fallen Legion : Rise to Glory & Revenants - Test - PlayStation 5

4 mn de lecture
La trilogie Fallen Legion dans une édition ultime L’industrie du jeu vidéo japonais regorge non seulement de grandes licences, mais aussi de titres plus obscurs mais au moins tout autant intéressants. En gros, les simples amateurs se penchent avant tout sur Final Fantasy, tandis que les plus pointus auront raison d’y ajouter, par exemple, un Ys ou un Atelier. Dans cette niche, une autre série, aujourd’hui une trilogie, peut tenir un rôle d’outsider : Fallen Legion. Et bonne nouvelle, NIS America vient d’éditer une superbe édition rassemblant Rise to Glory…
Test

Maneater : Apex Edition - Test - PlayStation 5

3 mn de lecture
Maneater : Apex Edition, parfait pour découvrir le délire de Tripwire Paru voilà deux ans sur consoles d’ancienne génération et PC, Maneater fut, malgré des réserves, un bon moment de jeu vidéo. Si l’expérience globale restait imparfaite, j’ai tout de même pris un pied assez monstrueux, essentiellement grâce à un concept à la fois intelligent et sensé. En effet, l’époque était aux mondes ouverts, et bien des joueurs attendaient un peu d’originalité dans ce genre alors sur-usité. Certes, le résultat manquait de solidité technique et, finalement, la progression par zones…

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

×
Test

RiMS Racing - Test - PlayStation 5 - Nacon