Test

Hot Wheels Unleashed – Test – PlayStation 5

5 mn de lecture
image jeu hot wheels unleashed
image playstation 5 hot wheels unleashed
  • Hot Wheels Unleashed
  • Disponible sur : PlayStation 5, PlayStation 4, Xbox Series, Xbox One, Nintendo Switch, PC
  • Développé par : Milestone
  • Edité par : Milestone
  • Sortie le : 27 septembre 2021
  • Genre : Jeu de course, Arcade
  • image pegi3

Hot Wheels Unleashed va ravir les fans de courses arcades

Si vous êtes un enfant des années 1980, vous vous souvenez obligatoirement des pubs pour les Hot Wheels, ces spots pour des petites voitures trop stylées, parfois à l’effigie de bagnoles à l’ancienne. On voyait les spots débarquer pour Noël, en même temps que les sapins et décorations lumineuses, alors que le Club Dorothée passait en grand format pour les vacances. Quelle grande époque ! Si la marque a peut-être un peu perdu de sa superbe au fil du temps (même si les ventes restent stratosphériques), notamment à cause de différents dessins animés de niveau discutable, elle reste une véritable légende. Et aujourd’hui, la voilà au centre d’un bien bon jeu de course : Hot Wheels Unleashed, signé Milestone.

Oui, c’est bien Milestone que l’on retrouve aux commandes de Hot Wheels Unleashed, et voilà un fait aussi étonnant que parlant. Depuis plusieurs mois, et une sorte de mercato des développeurs spécialisés dans les jeux de course (rappelons que Codemasters est désormais chez Electronic Arts), le studio ici à l’œuvre a pris du galon et une certaine confiance. Mais jusqu’ici, il était plutôt connu pour ses simulations de motos, assez pointues d’ailleurs, comme Ride 4 et MotoGP 2021. Oui, Milestone (désormais acquis par Koch Media) a aussi à son actif quelques jeux de rallye, des WRC pas tous de très bonne qualité, et un Gravel assez intéressant mais peu joué. Bref, rien ne nous donnait à penser que le titre ici testé allait être assez solide pour former l’une des bonnes petites surprises de cette fin d’année. Et devinez quoi ? Eh bien c’est le cas.

Avant toutes choses, il faut évidemment préciser que Hot Wheels Unleashed est un jeu de course totalement orienté vers des sensations arcades. Vous l’imaginez bien : ce n’est pas avec les petites voitures de notre enfance que l’on cherchait à respecter les transferts de masse et autres choix entre automatique et manuel. Donc pas de ligne magique pour vous guider sur une trajectoire idéale, non. Ici, il faut foncer pied au plancher, avec le besoin de déraper, en effectuant un simple freinage en virage, et ceci afin de remplir la jauge de boost. Cette base hyper simple et addictive est complétée d’éléments à gérer en cours de course : accélérateurs, pièges divers et variés (toiles d’araignée vous stoppant net, flaque d’eau créant un aquaplanage sur plusieurs mètres, etc), et bien entendu la folie des tracés.

Une prise en main hyper agréable

image test hot wheels unleashed

Les tracés sont parfois bien délirants.

Hot Wheels Unleashed se prend en mains en quelques minutes. C’est exemplaire : il suffit de tenir la manette et l’on fonce droit au but. Hyper agréable, tout comme l’impression de grand spectacle qui se dégage des circuits. On part en looping, on doit calculer la rythmique d’une tête de dragon s’ouvrant et se refermant, ça part dans tous les sens et l’on adore ça. Tout de même, on cogne un peu trop contre les parois, du fait de portion parfois trop étroites, mais cela participe aussi de l’ambiance déchainée du titre. D’où le sous-titre « Unleashed », ma bonne dame ! Aussi, on a tout de même une petite impression de manque de renouvellement au bout d’un moment, comme on le verra en abordant le mode City Rumble, mais l’énergie qui se dégage est telle qu’elle vient compléter le gameplay très simple du jeu. Milestone visait certainement cet artifice afin de muscler le jeu, lui donner plus de fun sur la longueur, et c’est réussit.

Hot Wheels Unleashed est fun, et côté contenu le résultat est plutôt satisfaisant, mais avec des réserves. On apprécie tout particulièrement l’idée du mode City Rumble (présentant une durée de vie d’à peu près huit heures), que l’on aimerait voir développé dans une suite que l’on espère dans les tuyaux. Il s’agit d’un proto-mode story, en gros. On a accès à une carte, avec différentes épreuves s’y trouvant sur des points précis. Pour les atteindre, il est nécessaire de terminer les courses au fur et à mesure. Et ceci afin de battre les cinq boss du jeu, en fait des courses encore plus spectaculaires que les autres. Le concept est prenant, mais l’exécution manque de diversité dans les épreuves. En fait, on a soit la course lambda, soit du Time attack. La carte réserve bien quelques petits secrets, comme des épreuves à débloquer en venant à bout d’énigmes pas toujours simples (et tant mieux !), mais on ne peut nier un sentiment de répétition à la longue.

Et pourtant, on accroche encore et encore à Hot Wheels Unleashed. Si d’autres modes viennent s’ajouter, comme l’incontournable Multijoueurs (avec pas mal de monde en ligne et une bonne stabilité des serveurs, c’est à noter) et des Courses simples. Mais l’autre véritable star, c’est l’éditeur de circuit. On redoutait un logiciel peu pointu, et le résultat nous a rassuré. On retrouve cet esprit du « simple à aborder » qui domine ce jeu. Que l’on choisisse de faire une course à tours ou un parcours en une seule ligne, on peut profiter d’énormément d’éléments à placer avec une vraie précision, de quoi produire des tracés qui se démarquent des autres, même si cela manque de possibilités dans les environnements et les pièges à placer. Ensuite, on peut partager nos œuvres en ligne, et même jouer à celle des autres : de quoi bien relancer la durée de vie.

Plus beau que ce qu’on attendait, et totalement fluide !

image gameplay hot wheels unleashed

Les courses savent se faire vivantes.

Signalons aussi un petit dessert, avec une maison à décorer grâce à des éléments de décors débloqués en gagnant des courses. Cela manque un peu d’intérêt ludique, mais les complétistes seront contents. Ceux-ci seront peut-être un peu moins enchantés par le système de déblocage de voitures. En soit, cela n’a rien de bien terrible, mais Hot Wheels Unleashed fait le choix d’une forme rappelant ce qui est à la mode : les boîtes à livraison, que l’on achète grâce à de la monnaie ingame (mais aussi de la vraie si vous n’êtes pas patients, aïe). Oui, c’est le total hasard qui s’invite dans le jeu, et ce n’est pas vraiment agréable. En effet, l’argent se récolte assez lentement, et il n’est que peu amusant de tomber pour la énième fois sur un modèle déjà obtenu. Heureusement, on peut revendre le surplus, ou le désosser afin de gagner des rouages utiles pour faire augmenter les statistiques des voitures. Pour notre part, on est tombé sur l’une des meilleures caisses du soft dès le début, ce qui a un peu gâché le fun du mode City Rumble.

Hot Wheels Unleashed est donc une expérience solide, malgré un ou deux regrets ici ou là. Ce constat, nous le tenons aussi pour l’aspect technique et audio, là aussi de belle qualité. Tout d’abord, on est sous le charme de la modélisation des bolides : c’est même carrément impressionnant ! Les fans de la marque vont s’en donner à cœur joie. On retrouve tous les petits détails, et l’exacte apparence des voitures parfois délirantes. Et pour couronner le tout, il est même possible de laisser exploser notre créativité et de modifier les aspects, en retournant les modèles 3D dans tous les sens afin de bien tout admirer. Les circuits sont eux aussi impressionnants, avec une belle richesse de textures, de couleurs vives, un vrai plaisir des yeux. Et jamais pris en défaut dans la fluidité ! Tout juste regrette-t-on des environnements trop peu nombreux, c’est dommage. Aussi, les bruitages sont passables, sans plus, tout comme la musique. Par contre, et pour terminer sur un énième bon point : la DualSense est bien mise à contribution, surtout au niveau des gâchettes et du microphone.

Conclusion

Hot Wheels Unleashed est l’une des plus agréables surprises de cette fin d’année ! On n’en attendait pas spécialement grand chose, et le résultat se hisse au rang des meilleurs jeux de course de 2021. Dans un style arcade très épuré, la prise en main est exemplaire, va droit au but. On apprécie aussi l’idée du mode City Rumble, tandis que l’éditeur de circuit permet des créations plus précises qu’espérées. Il manque cependant de la diversité dans les modes de course, et l’on n’est pas fan du système de boîtes surprises pour gagner des voitures. Milestone a donc encore des pistes d’améliorations, en espérant qu’une suite soit dans les futurs projets de ce studio en forte progression.

15 /20
Articles liés
Test

Blue Reflection : Second Light - Test - PlayStation 4

5 mn de lecture
Blue Reflection : Second Light confirme encore le talent de GUST Votre dévoué serviteur ne s’en cache pas : parmi le nombre incalculable d’éditeurs et de développeurs, certains ont gagné le statut de « chouchou ». Une appellation que le monde entier envie, mais difficile à atteindre tant elle ne se base pas uniquement sur la perfection d’un résultat. Par exemple, on adore suivre l’actualité des jeux D3 Publisher, des choix éditoriaux de NIS America, des idées de Koei Tecmo. Parmi ces véritables coups de cœur figure en bonne place…
Test

Gynoug - Test - Nintendo Switch

5 mn de lecture
Gynoug, toujours un grand shoot’em up Si vous êtes du genre à être attentif aux soldes des différents stores, alors vous connaissez obligatoirement Ratalaika Games. Ses jeux, généralement de (très) petites productions 2D sans trop d’envergure, rejoignait rapidement les catégories à tout petit prix. On ne peut savoir si cette phase est désormais de l’ordre du passé, toujours est-il que cet éditeur vient de lancer, presque coup sur coup, deux grands classiques du shoot’em up sorti sur Mega Drive : Gley Lancer et Gynoug, ce dernier nous intéressant tout particulièrement…
Test

Crysis Remastered Trilogy - Test - Nintendo Switch

5 mn de lecture
Crysis Remastered Trilogy, inespéré sur Switch Si vous n’êtes pas un joueur né de la dernière pluie, vous vous souvenez probablement de la guerre qui faisait rage en 2007 sur certains forum. Alors que les consoleux s’extasiaient, à juste raison, sur les capacités HD des PlayStation 3 et Xbox 360, ou prônaient la différence conceptuelle de la Wii, les gamers PC envahissaient ces endroits avec un argument massue : Crysis. Et c’est vrai qu’il était impressionnant, le bébé de Crytek, tant et si bien qu’il était alors impossible de le…

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *