Test

F1 2021 – Test – PlayStation 5

5 mn de lecture
image jeu f1 2021
image jeu playstation 5 f1 2021
  • F1 2021
  • Disponible sur : PlayStation 5, PlayStation 4, Xbox One, Xbox Series, PC
  • Développé par : Codemasters
  • Edité par : Electronic Arts
  • Sortie le : 16 juillet 2021
  • Genre : Jeu de course, Simulation
  • image pegi3

F1 2021, tout dans les modes mais moins dans la technique

Après quelques éditions qui ont fait monter la licence en puissance, de telle sorte qu’elle est désormais la grande référence en terme de simulation de Formule 1, F1 2021 est un millésime hyper surveillé. Pourquoi ? La raison est double. Tout d’abord, Codemasters appartient désormais à Electronic Arts, un gros transfert que l’on regarde avec prudence tant ce genre de mouvement peut être douloureux dans les premiers temps. Ensuite, il s’agit de la première itération véritablement pensée pour la nouvelle génération de consoles. alors, comment s’en sort ce titre ? Plutôt avec les honneurs, même si le contrôle technique n’est pas tout à fait parfait.

Avant de s’aventurer dans les modes de jeu, il nous paraît plus urgent de nous attarder sur le gameplay de F1 2021. Tout d’abord, rappelons que la licence est tournée vers la simulation, même si l’on n’est pas non plus sur du réalisme à la Assetto Corsa. C’est un chouïa plus permissif, que les novice se rassurent ils pourront tout de même s’en sortir en apprenant au fil des courses. Et, de l’autre côté de l’échiquier, les experts pourront profiter d’un mode de pilotage pensé pour eux. Du coup, on a toujours ces excellentes sensations en terme de freinage, de transfert de masse, on sent parfaitement le bolide et sa puissance de sorte que l’on se doit de penser chaque action. L’intelligence artificielle se révèle bien prise en charge, même si l’on regrette une sorte de priorité qui lui est donné, comme si les fautes nous étaient presque naturellement payables. Dommage, même si cela force aussi à bien faire attention. Du coup, oubliez les dépassements abusés à la Forza, ce n’est pas ici à l’ordre du jour.

Surtout que F1 2021 introduit un tout nouveau système de dégâts très efficace, couvrant enfin l’entièreté de la voiture et non plus les points uniquement visibles. Ainsi, le moindre accrochage peut être décisif sur votre chrono, et cela ajoute bien de la tension aux courses. Autre nouveauté très attendue, le renforcement du réalisme lors du recours aux vibreurs de bord de piste. C’est une véritable satisfaction, et ce sur deux points. Tout d’abord, oubliez à ce niveau la permissivité d’un Gran Turismo : vous allez perdre de précieuses centièmes de seconde si vous en abusez. Aussi, le retour haptique de la DualSense donne encore plus de sensations à cet exercice, faisant d’ailleurs de cette version PlayStation 5 une véritable superior pour la console. Désolé, XBox. Tout cela s’ajoute à un système déjà hyper bien rodé, demandant de véritablement réfléchir lors des phases de préparation, bien se préparer aux conditions climatiques pour les pneumatiques, et surtout prévoir ses retours aux stands afin d’éviter les bouchons.

Hyper plaisant à jouer… et à vivre

image gameplay f1 2021

La vue cockpit offre d’excellentes sensations.

F1 2021 se fait hyper plaisant à prendre en mains, et côté contenu c’est aussi très solide. Lors de notre arrivée dans les menus, on ne peut que remarquer la présence de Point de Rupture, dont le titre se démarque des autres. Et pour cause, il s’agit en fait d’un mode scénarisé, un véritable récit que l’on suivra tout au long d’une saison. On vous entend déjà, les habitués du genre, à rouspéter dans leur coin que ce genre de chose ne s’est jamais réellement avéré très satisfaisant. Et ce n’est pas faut, c’est même plutôt vrai. Rappelez-vous des tentatives pas toujours heureuses chez NBA 2K (l’épisode Spike Lee restant le plus décevant de tous) et surtout FIFA. On se lance alors dans cette aventure avec prudence, surtout que Codemasters a vu les choses en grand : on y incarne non pas un mais deux pilotes, un expérimenté et un rookie qui se tirent la bourre tout au long du championnat en se détestant cordialement.

Prometteur ? Oui, et cela se vérifie bien manette en mains. Cette histoire, si elle peut tout d’abord faire bailler tant la problématique de la rivalité est évidemment vue et revue, est étonnamment bien narrée. F1 2021 évite de ce côté les pièges tendus, surtout grâce à des cinématiques bien nerveuses et une traduction française de qualité honnête. Cela renforce l’envie d’y croire, tout comme les phases entre les courses nous demandant de gérer l’entourage via des appels téléphoniques, ou en jetant un coup d’œil à notre popularité sur les réseaux sociaux. Bon, ce n’est pas du scénario hyper mémorable non plus, cela manque de rebondissements imprévisibles, mais on se prend à vivre les différents chapitres avec curiosité. Surtout que, pendant les courses, on se voit confié toutes sortes de défis bien prenants afin de bien coller au récit. C’était inespéré, mais on tient bel et bien une base de qualité pour les futures éditions. Aux développeurs de ne pas nous décevoir !

Une technique largement améliorable pour la version PS5

image test f1 2021

On retrouve tous les circuits du championnat.

Sinon, l’on retrouve le mode Carrière habituel, et Mon écurie nous propose de suivre les statistiques réelles de la saison en cours. Ainsi, F1 2021 offre une respiration avec Point de Rupture, et tout le contenu plus classique pour « fondamentaliser » l’expérience. On y retrouve tout le sel des précédentes éditions, avec une parfaite fluidité entre les week-ends de course, bien rythmés, et les activités entre ceux-ci. On pense évidemment à la Recherche et développement, évidemment de retour. La grosse nouveauté est liée à l’arrivée d’une option permettant de parcourir une Carrière en duo. Oui, en coopération, certes exclusivement en ligne mais bel et bien partagée. C’est une véritable réussite, permettant soit de s’entraider, soit de se tirer la bourre. Bon, le rythme est donné par le créateur de la session, ce qui peut déplaire au deuxième joueur si le premier s’absente trop longtemps, mais si la motivation est présente vous allez beaucoup vous amuser.

Tout cela, en plus des différents modes classiques, offre une grosse durée de vie. Le mode Point de Rupture se boucle en huit heures, et le reste pourra vous occuper tout au long de l’année sans aucun problème. F1 2021 n’avait plus qu’à assurer une technique de haut vol, ce qui n’est malheureusement pas le cas. On peut même écrire qu’il s’agit de notre déception sur ce titre : Codemasters et Electronic Arts n’ont toujours pas réellement pris en compte les spécificités des nouvelles consoles. Oui, les temps de chargement sont réduits grâce au SSD. Oui, la DualSense est bien exploitée. Mais que dire de ces replay à la fluidité parfois très critiquable ? Aussi, l’on regrette que les effets d’éclairage ne soient pas plus spectaculaires, même si les conditions climatiques restent bien traduites à l’écran. Cela manque de rendu nous faisant penser qu’on a sauté une génération, en l’état cette version pourrait tourner sur une PlayStation 4. Dommage, car tout le reste est vraiment au-dessus du lot.

Conclusion

Rassurez-vous : Codemasters a beau avoir changé d’écurie pour rejoindre Electronic Arts, F1 2021 reste la référence du genre. Ce premier millésime sous de nouvelles couleurs embarque un contenu très riche, prenant, de quoi vous occuper tout au long de l’année sans aucun problème. Aussi, le gameplay reste une grande satisfaction, aussi plaisant pour les novices que pour les forcenés de la simulation. Par contre, on peut formuler des regrets concernant la technique, indigne d’un opus pensé pour la nouvelle génération de consoles. Du coup, on espère que la licence fera de gros progrès à ce niveau lors de sa prochaine itération, sinon le couperet tombera plus durement.

17 /20
Articles liés
Test

Prinny Presents NIS Classics Volume 3 - Test - Nintendo Switch

4 mn de lecture
Prinny Presents NIS Classics V3, indispensable pour les collectionneurs Quelle époque bénie ! Bon, OK, je peste contre le niveau en chute libre du jeu vidéo occidental, ce dernier ne parvenant pas à se renouveler, s’engonçant dans des genres sur-usités que je ne peux plus voir en peinture. Enfin bref, heureusement que les acteurs Japonais de cette industrie ont repris du poil de la bête, comme Nippon Ichi Software. Sa partie édition, NIS America, ne cesse de nous abreuver de titres intéressants (Ys IX : Monstrum Nox, Yurukill : The…
Test

Soul Hackers 2 - Test - PlayStation 5

4 mn de lecture
Soul Hackers 2, pour patienter avant les prochains SMT L’univers de la licence-phare d’Atlus, Shin Megami Tensei est complexe, il est fait de plein de cheminements différents, de telle sorte que le béotien peut s’y perdre amplement. Parmi les « branches », vous connaissez obligatoirement les Persona, devenus très populaires depuis l’incroyable et mérité succès du cinquième opus. Il est moins certains que vous ayez entendu parler de Devil Summoner : Soul Hackers. Et pour cause, le titre est longtemps resté cantonné au Japon, jusqu’à sa sortie sur Nintendo 3DS,…
Test

Jojo's Bizarre Adventure : All-Star Battle R - Test - PS5

3 mn de lecture
Jojo’s Bizarre Adventure : All-Star Battle R, un délice pour les fans Quand on a un peu de culture manga, impossible de ne pas avoir au moins entendu parlé de Jojo’s Bizarre Adventure. L’œuvre de Hirohko Araki est celle de toute une vie : si nous autres Occidentaux l’avons découvert en début de millénaire, grosso modo, la série existe depuis bien plus longtemps, 1986 pour être précis. Une longévité forçant le respect, mais surtout dû à la qualité du concept, du dessin, ce ton parfois déjanté, et même un peu…

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

×
Test

Hot Wheels Unleashed - Test - PlayStation 5