Test

Mass Effect Legendary Edition – Test – PlayStation 5

4 mn de lecture
image jeu mass effect legendary edition
image playstation 5 mass effect legendary edition
  • Mass Effect Legendary Edition
  • Disponible sur : PlayStation 5, PlayStation 4, Xbox Series, Xbox One, PC
  • Développé par : Bioware
  • Edité par : Electronic Arts
  • Sortie le : 14 mai 2021
  • Genre : RPG, A-RPG
  • pegi18

Mass Effect Legendary Edition, une compilation indispensable

Alors là, c’est un très gros morceau que l’on aborde. La licence Mass Effect a beau avoir pris un coup derrière la tête avec l’épisode Andromeda, clairement en retrait face à ses prédécesseurs, elle reste très populaire auprès des fans de jeux de rôle occidentaux. Preuve en est l’engouement autour de l’annonce, voilà quelques temps, d’un prochain opus inédit. En attendant plus de détails à ce sujet, Bioware et Electronic Arts nous sert la compilation de l’amour : Mass Effect Legendary Edition.

Avant d’aller plus loin, sachez que ce test se concentre sur le contenu de Mass Effect Legendary Edition. On vous réserve d’ailleurs des articles dédiés aux qualités et défauts de chacun des trois titres pour un peu plus tard. Cette précision liminaire effectuée, il est tout de même nécessaire d’un peu replacer le contexte. Pourquoi une telle passion pour cette série ? Pour votre humble serviteur, cela remonte à 2007, avec un premier ME exclusif à la Xbox 360 (plus tard paru sur PC et PS3). Si le soft a aujourd’hui pris des (grosses) rides dans son gameplay, il faut se souvenir de la stratosphérique mandale de forain qu’il représentait. Cette ambiance SF très travaillée, son écriture exemplaire, son commandant Shepard entré dans la légende, et ces Moissonneurs qui ont longtemps habités nos cauchemars : tout en faisait un jeu carrément culte.

ME 1 était le dernier jeu de Bioware avant de rejoindre Electronic Arts, le titre possède donc aussi une sorte d’aura auprès des puristes les plus nostalgiques. Pourtant, il est clair que Mass Effect Legendary Edition permet de se rendre compte de quelques carences qui, à l’époque, ne nous sautaient pas au yeux. Le système de couverture est d’une raideur terrible, la gestion des armes manque de travail sur l’ergonomie. Heureusement, le Mako a été un peu corrigé, et l’on a moins le besoin de le balancer dans tous les sens pour essayer de se sortir d’une mauvaise manœuvre. Mais c’est surtout la structure, ce nombre incroyable d’allers-retours, et la sensation de souvent passer par les mêmes endroits qui nous frappe. Cette compilation ne pouvait rien faire contre cela, mais on sent tout de même que ME 1, malgré sa générosité, est devenu un trip rétro, hors du temps et des progrès récents du RPG.

Mass Effect 1 comme principale cible des retouches

image test mass effecrt legendary edition

Le Mako est plus jouable qu’auparavant.

ME 2 et ME 3 n’ont pas ce souci, et d’ailleurs de notre point de vue on parle ici de deux jeux s’inscrivant moins dans le pur RPG que dans l’A-RPG. Voir carrément le TPS, tant l’emphase est positionnée sur le système de combat bien nerveux. La couverture devient enfin dynamique, bien plus agréable que celle de ME 1, mais on perd aussi un peu dans le roleplay. Bref, on reste dans du tout bon, mais poncer ces trois titres d’affilée démontre bien le repositionnement de Bioware vers une action plus prégnante. Mass Effect Legendary Edition n’a donc pas de problème à assumer son quasi-immobilisme sur le pur gameplay des suites, lesquelles restent d’ailleurs habitées par des morceaux de bravoure aujourd’hui aussi impressionnants qu’hier.

Si le gameplay reste assez proche des expériences d’origine, avec quelques petites subtilité, cela ne signifie surtout pas que Mass Effect Legendary Edition serait de l’ordre du remaster fainéant. Du tout. Cela semble une évidence, mais il est tout de même bon de rappeler que l’entièreté des DLC sont embarqués. Et pas de manière chaotique, ils sont logiquement inclus aux aventures, donc plus besoin de passer par des menus ni de les télécharger à côté. L’expérience n’en devient que plus fluide, et cela se vérifie aussi avec une excellente nouveauté sur ME 1 : la création de personnage est désormais celui du troisième opus. Et pour cause, car désormais c’est bien le même personnage qui vous suivra du premier au second épisode, son physique mais aussi son historique. Clairement, Bioware et Electronic Arts ont travaillé l’unité et la complétude. Voilà qui assure une durée de vie gargantuesque, qui se compte en centaines d’heures

Un contenu exhaustif, et une technique rehaussée

image gameplay mass effect legendary edition

Mass Effect Legendary Edition livre de nouveaux modèles 3D.

Titanesque contenu, mais aussi solide mise à jour technique. Sur PlayStation 5 et Xbox Series, Mass Effect Legendary Edition, vous aurez évidemment droit au saint duo 4K / 60 fps. Et sans aucune anicroche, pas une faiblesse, rien. Si l’on ne peut pas non plus parler de révolution totale pour ME 2 et ME 3 (ils étaient déjà très beaux lors de leur sortie), on pourrait se laisser tenter pour ME 1. C’est carrément un autre jeu, du pur point de vue visuel. Vous vous souvenez des textures qui se chargeaient n’importe comment ? C’est aujourd’hui de l’histoire ancienne.

D’ailleurs, certaines textures sont bien plus détaillées, cela se remarque surtout lors des phases en Mako. Les modèles 3D des personnages se font bien plus précis, ce qui ne fait d’ailleurs que plus regretter ces animations peu retouchées. Les effets de lumière connaissent aussi une grosse évolution, parfois même un peu excessive avec ce lens flare qui rendrait JJ Abrams fou de jalousie. Et les temps de chargement sont heureusement réduits, même si pas totalement absents. Sachez aussi que Mass Effect Legendary Edition un mode photo, pour bien profiter de ces avancées indéniables.

Conclusion

Mass Effect Legendary Edition est la meilleure occasion de découvrir la licence, mais aussi d’y revenir. S’il n’est pas question de révolution côté gameplay, techniquement on perçoit bien des avancées. Surtout pour le premier opus, devenu acceptable pour des yeux de 2021. Côté contenu, Bioware et Electronic Arts n’ont pas joué les radins : tous les DLC font le voyage intergalactique, assurant ainsi une durée de vie surréaliste. Ajoutons aussi un effort de mise en cohérence de ME 1 avec ses suites, surtout par le biais de l’outil de création, et l’on obtient une compilation indispensable.

17 /20
Articles liés
Test

Prinny Presents NIS Classics Volume 3 - Test - Nintendo Switch

4 mn de lecture
Prinny Presents NIS Classics V3, indispensable pour les collectionneurs Quelle époque bénie ! Bon, OK, je peste contre le niveau en chute libre du jeu vidéo occidental, ce dernier ne parvenant pas à se renouveler, s’engonçant dans des genres sur-usités que je ne peux plus voir en peinture. Enfin bref, heureusement que les acteurs Japonais de cette industrie ont repris du poil de la bête, comme Nippon Ichi Software. Sa partie édition, NIS America, ne cesse de nous abreuver de titres intéressants (Ys IX : Monstrum Nox, Yurukill : The…
Test

Soul Hackers 2 - Test - PlayStation 5

4 mn de lecture
Soul Hackers 2, pour patienter avant les prochains SMT L’univers de la licence-phare d’Atlus, Shin Megami Tensei est complexe, il est fait de plein de cheminements différents, de telle sorte que le béotien peut s’y perdre amplement. Parmi les « branches », vous connaissez obligatoirement les Persona, devenus très populaires depuis l’incroyable et mérité succès du cinquième opus. Il est moins certains que vous ayez entendu parler de Devil Summoner : Soul Hackers. Et pour cause, le titre est longtemps resté cantonné au Japon, jusqu’à sa sortie sur Nintendo 3DS,…
Test

Jojo's Bizarre Adventure : All-Star Battle R - Test - PS5

3 mn de lecture
Jojo’s Bizarre Adventure : All-Star Battle R, un délice pour les fans Quand on a un peu de culture manga, impossible de ne pas avoir au moins entendu parlé de Jojo’s Bizarre Adventure. L’œuvre de Hirohko Araki est celle de toute une vie : si nous autres Occidentaux l’avons découvert en début de millénaire, grosso modo, la série existe depuis bien plus longtemps, 1986 pour être précis. Une longévité forçant le respect, mais surtout dû à la qualité du concept, du dessin, ce ton parfois déjanté, et même un peu…

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

×
Test

[Test] Outriders - PlayStation 5 - Square Enix