Test

Let’s Get Fit – Test – Nintendo Switch

4 mn de lecture
image jeu lets get fit
image nintendo switch lets get fit
  • Let's Get Fit
  • Disponible sur : Nintendo Switch
  • Développé par : Voxler
  • Edité par : Ravenscourt
  • Sortie le : 13 mai 2022
  • Genre : Fitness
  • image pegi3

Let’s Get Fit vous aidera à retrouver la ligne

Après avoir fait les beaux jours de la Wii, les jeux (ou applications, c’est selon votre point de vue) de fitness ont peu à peu disparu.Il faut bien dire qu’à part Wii Fit, rares furent les softs vraiment qualitatifs, ce qui était d’ailleurs un souci global sur la console de Big N. De l’eau a coulé sous les ponts, et le succès retentissant de la Nintendo Switch a un peu relancé le genre. On a donc eu l’excellent Ring Fit Adventure qui, cette fois-ci, ajoutait un véritable game design à l’expérience fitness. Moins développé mais tout de même sympathique, Knockout Home Fitness a su sortir des sentiers battus en proposant un programme plus tourné vers les sports de combat. Aujourd’hui, c’est Let’s Get Fit qui vient aux sportifs-joueurs, avec l’assurance d’une finition satisfaisante puisqu’on retrouve les développeurs de Voxler, gage de sérieux.

Il n’est pas question de raconter ma vie ici, mais votre humble serviteur est du genre à passer sa vie dans les salles. La crise de la quarantaine peut-être, ou tout simplement l’envie de retrouver une ligne acceptable, ce qui est désormais bien le cas. C’est le point commun entre le sport et le jeu vidéo : les progrès se perçoivent et donnent envie de se surpasser, de toujours mieux maitriser. Addictif donc, et j’attendais de Let’s Get Fit qu’il puisse au moins approché cette impression. Soyons clairs : ceux qui vous disent que cette expérience peut remplacer un abonnement dans une salle vous mentent. Ce n’est pas le cas, rien ne peut remplacer poids et bonnes machines. Par contre, il s’agit d’un très bon complément, dont j’ai rapidement perçu l’intérêt en tant qu’échauffement, ou de complément domestique. Pourquoi ? Parce que les développeurs ont traité sérieusement la notion de programme. Si vous suivez celui qui vous convient, alors vous progresserez.

Avant d’aller plus loin, sachez que Let’s Get Fit est un jeu de fitness, il ne propose aucune histoire ni aucun contexte. C’est l’un de mes seuls reproches : je pense que la plupart des non-pratiquants ont besoin d’un surplus de motivation, avant que la séance ne s’imprime comme une habitude. Mais soit, cela reste un détail. Ce qui est plus important, c’est l’accent sur l’exécution, et là il va falloir trancher. Le soft existe en deux éditions : numérique et physique. La première ne propose donc pas de bundle avec les sangles, alors que ces dernières figurent dans le packaging de la version boîte. Clairement, je vous conseille très, très, mais très chaudement d’opter pour la seconde solution. Au-delà du fait que leur détection accorde des points qu’il est impossible de glaner autrement, elles permettent surtout une meilleure maitrise du mouvement. Et c’est la base des bases pour obtenir des résultats. Donc plus que jamais, investissez dans l’objet, car la reconnaissance des Joy-Con ne suffira pas tant leur ergonomie n’est pas à la hauteur..

Si vous craquez, prenez la version physique

image gameplay lets get fit

Le jeu est bien meilleur avec les sangles.

Let’s Get Fit est un peu léger dans ses modes, mais se rattrape pour le plus important : les programmes. J’avais un peu peur d’un soft qui ne vous demandent que d’enchainer les squats et les crunchs. Ce n’est donc pas le cas, et le programme vous demande tout d’abord quel est votre niveau de pratique. Selon celui-ci, les exercices ne seront pas les mêmes, certains seront de suite mis de côté au profit d’une plus grande intensité sur ceux permettant une pratique plus en phase avec votre ressenti. C’est une très bonne chose, car le plus important reste de se préserver, de durer, et non de se flinguer une articulation. Il existe une centaine d’exercices différents, et ils seront répartis sur des programmes allant de quinze à trente jours. C’est pas mal du tout, surtout qu’un calendrier permet de s’y retrouver. Si je peux donner ici un conseil en fonction du contenu : il s’agit clairement de cours à effectuer tous les jours. Vous n’allez pas gagner en masse musculaire avec ce jeu, du tout. Par contre, il travaille agréablement l’endurance, j’ai ressenti un véritable intérêt à ce niveau. Et, en complément d’une bonne alimentation, il permettra de perdre un peu de poids.

Bon, Let’s Get Fit reproduit la même petite entourloupe que tous les coachings en parlant de séances abdos (faciles ou autres), en faisant croire qu’on va bosser cette partie du corps. Un pratiquant sait bien que la ceinture abdominale n’a pas besoin d’être spécifiquement travaillée pour laisser sortir le fameux six pack (il se prépare à la cuisine, pas ailleurs), mais je pardonne ce raccourci qu’on retrouve un peu partout à l’approche de l’été. Tout le reste m’a bien surpris en terme de soin dans les conseils et rappels. Le temps de repos est pris en compte pendant les séances, ce qui est primordial. Aussi, on a de temps en temps une petite phrase pour nous rappeler de nous hydrater. Et l’eau est l’une des clés les plus sous-côtés du fitness. Quant aux coachs, ils sont au nombre de quatre. Il s’agit de mon second petit regret, car ce quatuor ne propose pas assez de différences en terme de caractère. Du coup, parler de présence cosmétique est juste. L’accent est plus mis sur le sérieux des modes, comme le Défi et ses objectifs de temps idéaux pour les débutants.

Une belle pluralité des exercices

image test lets get fit

Les exercices sont bien décris.

Vous aurez donc compris que Let’s Get Fit est le genre de jeu qui devra être pratiqué sur la longueur si l’on veut des résultats. La durée de vie n’entre donc pas en ligne de compte, par contre on peut parler un peu du contenu. Les défis quotidiens sont assez coriaces, même pour un pratiquant de niveau moyen. Et la notion de récompense est plutôt satisfaisante, même si l’on aurait aimé bien plus de choses à débloquer. Techniquement, le soft est tout juste acceptable. Le design des coachs passe encore, par contre les décors se font un peu simplistes, ça manque d’ambiance. Et pourtant, j’aime bien cet effort sur le côté évolutif des lieux, mais ça reste vraiment très banal dans l’ensemble. Aussi, et pour terminer, ne vous fiez pas au nombre de calories annoncées comme brûlées. Ce n’est pas un reproche adressé au jeu, sachez simplement que chaque organisme va les éliminer de manière différente, indépendamment du poids, de la taille et de l’âge. Donc concentrez-vous sur votre rythme et votre exécution des mouvement, c’est ainsi que le jeu vous aidera à atteindre vos objectifs.

Conclusion

Let’s Get Fit est sans doute un peu sec dans son contenu, il reste un bon complément à une alimentation équilibrée si l’on veut atteindre ses objectifs physiques. Voxler a soigné les programmes, on y retrouve de bons exercices pour des pratiquants débutants. Les plus expérimentés pourront s’en servir comme de séances d’échauffement, ou d’appoint à la maison. Un bon jeu donc, et une licence que j’espère voir revenir avec encore plus de contenu, et de folie visuelle.

14 /20
Articles liés
Test

Dolmen - Test - PlayStation 5

6 mn de lecture
Dolmen, une vieille pierre oui, mais avec de bonnes idées Quand la très précieuse boîte de distribution Koch Media a annoncé son nouveau label d’édition Prime Matter, j’ai notamment tilté sur l’annonce du mystérieux Dolmen. Ce jeu développé par le studio brésilien Massive Work posait des bases conceptuelles solides : du Souls-like baigné d’ambiance très typée Dead Space, l’un de mes survival horror préférés. Seulement voilà, le genre né avec Demon’s Souls a récemment connu une véritable révolution : le titanesque Elden Ring, dont je me remets tout doucement. Et…
Test

Endzone : A World Apart Survivor Edition - Test - PlayStation 5

4 mn de lecture
Endzone : A World Apart, gestion et post-apo font bon ménage Gnaaaa gna gna gna gna, everlasting love ! Bon, voilà, on exorcise de suite cette envie de vanne autour des Worlds Apart, le roi des boys band faut-il le rappeler. Surtout que le jeu dont je m’apprête à vous parler, Endzone : A World Apart – Survivor Edition, n’est pas aussi joyeux qu’un Nathan dansant avec la chemise ouverte sur fond d’Eurodance bas de gamme. Ici, c’est plutôt de la grosse gestion dans un monde post-apocalyptique qui vous attend,…
Test

Prinny Presents NIS Classics Volume 2 - Test - Nintendo Switch

6 mn de lecture
Prinny Presents NIS Classics Volume 2 embarque deux petites pépites Un an après la sortie d’un premier volume, NIS America continue son précieux travail de préservation du jeu vidéo avec la parution de Prinny Presents NIS Classics Volume 2. Si vous appréciez les jeux japonais, vous connaissez obligatoirement Nippon Ichi Software, l’un des studios nippons les plus importants, que ce soit pour leurs softs développés en interne (je pense de suite à la licence Disgaea), ou pour leur énorme activité d’édition. Oui, c’est grâce à leur branche qu’on a pu…

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.