Test

Dead Island 2 – Test – PlayStation 5

4 mn de lecture
image test dead island 2
image playstation 5 dead island 2
  • Dead Island 2
  • Disponible sur : PlayStation 5, PlayStation 4, Xbox Series, Xbox One, PC
  • Développé par : Dambuster Studios
  • Edité par : Deep Silver
  • Sortie le : 21 avril 2023
  • Genre : Action, Survival horror
  • pegi18

Dead Island 2 a bien fait de revenir d’entre les morts

Alors là, dans le genre « jeu qu’on n’attendait plus », Dead Island 2 fait fort. Un peu moins qu’un Duke Nukem Forever certes, mais on n’en est pas loin. Annoncé pour la première fois en 2014, soit trois ans après le premier opus, cette suite est rapidement sorti des radars, alors même que sa parution était calée pour 2015. On s’attendait donc à un état de développement assez avancé, mais c’était sans compter une production chaotique, et surtout une succession de studios au travail sur ce soft (tout d’abord Yager Development, puis Sumo Digital, pour terminer chez Dambuster Studios), sous le regard de l’éditeur Deep Silver. J’étais donc curieux du résultat, presque dix ans après l’annonce : le jeu est-il resté bloqué dans son époque, ou a-t-il profité de ce retard pour proposer un trip bien finalisé ? Un peu des deux, et c’est une bonne chose.

Si vous aimez les jeux de survie en milieu zombiesque, vous vous souvenez certainement à la fois du premier jeu, et du trailer de la suite qui fut présenté en 2014. Disons que les deux ont leur importance pour bien contextualiser Dead Island 2. On garde donc l’aspect survival très post-apocalyptique, mais aussi l’ambiance fun et ensoleillée. Par contre, terminée l’île de Banoi,  comme ce que la bande annonce dite du jogging nous l’annonçait : on prend la direction de la terre ferme, plus précisément à Los Angeles. La Californie est désormais touchée par le virus, et la région se voit mise en quarantaine. C’est dans cet enfer au ciel azur que le joueur va devoir opter pour l’un des six personnages à incarner, tous ayant leurs propres spécificités en terme de gameplay, mais aussi un point commun : une immunité à la maladie. On le découvre après un crash d’avion homérique, et une morsure malencontreuse. Voilà le point de départ d’un scénario certes hyper classique dans son déroulé, mais délirant au possible et n’hésitant pas à virer dans une satire drôlatique. Je ne vous dévoilerai rien, mais l’atmosphère de Los Angeles, ici renommée Hell-A par les survivants, fait que l’on passe de très bons moments, avec pas mal d’humour noir. Par exemple, tout le passage chez les streamers/bloggers m’a fait hurler de rire. Et le tout avec des sous-titres français parfaitement soignés.

L’histoire, la narration, la contextualisation, tout fonctionne et, clairement, Dambuster Studios a mis à profit ce développement houleux afin de bien fignoler les contours. Il fallait tout de même que le gameplay accompagne ce bon point, et c’est en partie le cas. Le game design est ultra simple, et dans le bon sens du terme : on est dans du pur FPS en semi-monde ouvert, avec courbe de progression liée à des mécaniques RPG. On dézingue du zombie avec un arsenal de fortune, qui se dégrade au fil du temps mais peut à la fois se réparer et s’améliorer. Les armes se trouvent donc dans les différentes zones, et je vous conseille de bien prendre en compte les spécificités de votre avatar afin de garder les meilleures moyens de se défendre. Par exemple, le pompier est certes puissant mais très lent, il n’est donc pas bête de compenser cela en optant pour une arme légère. Mais libre à vous d’expérimenter, et c’est justement là le cœur de Dead Island 2. Une situation peut être réglée de bien des manières différentes, par exemple en faisant attention à l’environnement. Je me rappelle, par exemple, d’une phase bien tendue autour d’une piscine de produits toxique. Si je l’ai surmonté de manière très frontale grâce à la résistance de mon avatar, un autre joueur pourra balancer des gros kick aux zombies afin de les faire valdinguer dans l’horrible liquide verdâtre.

Hell-A, un enfer où il fait bon jouer

L’autre très bon point du gameplay de Dead Island 2 se situe dans ses mécaniques RPG. Si le gain d’expérience et l’amélioration de l’équipement font dans le classique absolu, c’est moins le cas dans l’obtention de capacités actives ou passives. Et cela grâce à un système certes pas révolutionnaires mais en totale adéquation avec la liberté laissée par le game design. Le joueur va donc récupérer des cartes à activer, mais évidemment avec des limitations. Il faudra donc faire des choix, et l’on se retrouvera donc avec des avatars totalement différents selon votre style de jeu. La personnalisation se révèle très jouissive, tant nos décisions ont un impact. Il faut tout de même signaler quelques regrets qui, s’ils n’ont pas trop entachés mon expérience, ne peuvent être passés sous silence. Tout d’abord, les premières heures du soft sont en-dessous du reste de l’aventure, et ce à cause de la mollesse des sensations avant qu’elles ne gagnent en énergie plus tard. Surtout que les zombies, eux, peuvent s’avérer ultra rapides. Oui, on comprend le besoin pour le challenge, mais certains game over sont vraiment trop dus à cette lenteur trop marquée de notre personnage, et ce feeling flottant. Ensuite, si l’on a bien des missions secondaires savoureuses car très bien écrites, le cheminement reste un peu trop linéaire à mon goût. Enfin, la map est certes rigolote à regarder dans les menus, il n’en reste pas moins que sa lisibilité est amplement améliorable.

Pour continuer dans les bons points d’un Dead Island 2 qui, décidément, n’en manque pas, la durée de vie s’avère tout à fait satisfaisante. L’aventure principale demande un peu plus de quinze heures, mais il faut au moins doubler pour qui veut tout compléter : missions annexes et plus de quatre-vingt défis. Surtout, la rejouabilité est excellente, notamment avec l’importance du mode multijoueur, jouable jusqu’à trois en coopération. Et s’il n’y a pas de new game plus au programme, sachez qu’il existe totu de même un endgame certes humble mais tout de même sympa, avec des armes légendaires à dénicher. Reste enfin la technique, et là le constat est plus mesuré. Si la direction artistique est une pure réussite, avec des détails de partout et des zombies que l’on peut détruire un peu comme on veut dans une avalanche d’effets gores, la qualité des textures est tout de même assez inégale. Attention, ça reste beau, mais pas une grosse claque non plus. En tout cas, la fluidité est assurée en toute circonstance, et c’est primordial pour ce genre d’expérience. Enfin, l’ambiance sonore participe pleinement à la réussite de la direction artistique, en apportant même un peu de cette tension typique des survival horror. Et le doublage anglais est un bijou.

Conclusion

Si l’existence de Dead Island 2 est déjà une bonne nouvelle, le fait que le jeu soit une réussite la rend encore plus savoureuse. Avec son game design simple mais hyper accrocheur, ce soft de survie en mode zombie teinté d’une grosse satire de la Californie, est une expérience qui peut tout à fait être recommandé d’urgence aux amateurs du genre. Si le résultat n’est pas exempt de petit reproches, comme ce début un peu mou, reste que le plaisir est au rendez-vous, d’autant plus que la durée de vie se révèle bien costaude. De quoi se régaler dans un déluge de gore bien drôle.

Articles liés
Test

Potion Permit : Complete Edition - Test - PlayStation 5

4 mn de lecture
Potion Permit : et la pharmacie devint aussi fun que cosy Si certains trouvent le genre trop classique car très balisé, ce qui est une grande erreur à mon sens, le J-RPG a cela de merveilleux qu’il se plie parfaitement au développement de ses propres codes. Par exemple, Torneco no Daibouken, un spin-off de Dragon Quest, propose de nous faire incarner le très reconnaissable marchand, l’une des figures centrales de ce genre. Je pense aussi à la série des Atelier, dont le but est d’incarner une créatrice de potions. Ah,…
Test

Monster Hunter Stories - Test - PlayStation 4

4 mn de lecture
Monster Hunter Stories, un spin-off toujours aussi agréable Après un début d’année 2024 assez chargé en belles sorties (principalement du côté de l’Asie), voilà que le rythme retombe assez abruptement. Et voilà venu le temps de laisser leur chance à des titres moins mis en avant, des remakes et autres remasters. Celui qui nous intéresse ici, Monster Hunter Stories, est particulièrement intéressant. Paru en 2017, un des plus beaux millésimes pour les joueurs (Breath of the Wild, NieR Automata, Super Mario Odyssey, etc), ce spin-off sorti sur Nintendo 3DS n’est…
Test

System Shock - Test - PlayStation 5

4 mn de lecture
System Shock, le retour d’un hit prodigieux Mais quel choc, sans mauvais jeu de mot ! Je n’aurai jamais imaginé écrire cela : ma découverte du très culte System Shock remonte désormais à trente années. Trois décennies, et quelques cheveux blancs désormais bien installés (ainsi qu’une hernie discale, hélas !), voilà donc que le remake débarque. Avant de l’aborder, il faut tout de même replacer le contexte et rappeler l’empreinte laissée par le titre de 1994. Quand celui sort, c’est une véritable révolution. Le soft est issu de Looking Glass…

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

×
Test

Resident Evil 4 Remake - Test - PlayStation 5