Test

Scars Above – Test – PlayStation 5

4 mn de lecture
image test scars above
image playstation 5 scars above
  • Scars Above
  • Disponible sur : PlayStation 5, PlayStation 4, Xbox Series, Xbox One, PC
  • Développé par : Mad Head Games
  • Edité par : Prime Matter
  • Sortie le : 28 février 2023
  • Genre : TPS
  • pegi12

Scars Above, une bonne surprise à découvrir sans hésitation

Lors de la présentation de son label Prime Matter, Plaion m’avait surpris en nous présentant une assez longue phase pour un titre pourtant inconnu au bataillon : Scars Above. C’était une bonne chose, car l’industrie vidéoludique manque de courage en ce moment, et découvrir une nouvelle IP reste assez rare de nos jours. De plus, l’étonnement continuait quand l’identité du studio au développement fut dévoilée. Mad Head Games, boîte basée en Serbie, n’était jusqu’ici connu que pour des expériences casual (Donna Brave, Adam Wolfe), de bonne tenue certes mais clairement passé inaperçues. Le titre ici testé étant le premier depuis leur rachat par Saber Interactive (filiale de Plaion, donc d’Embracer Group, vous suivez ?), je m’attendais à des ambitions plus marquées. Et, bonne surprise, le résultat dépasse même mes attentes.

Première bonne nouvelle, l’histoire s’inscrit dans un univers SF très maitrisé. L’action de Scars Above se déroule dans un futur lointain, alors que l’humanité est désormais certaine de ne pas être seule dans l’univers. Comment ont-ils compris ce fait pourtant évident ? En découvrant, en orbite, une immense et inquiétante structure alien. Cette dernière est vite baptisée Metahedron, et une équipe de scientifiques, la SCAR (pour Sentient Contact Assessment and Response) est envoyée sur place. Vous le sentez venir, cet élément imprévu qui va tout bouleverser ? Il arrive. L’équipe, emmenée par notre avatar Kate Ward, va se faire projeter à l’autre bout de la galaxie, bien loin de notre système solaire, sur une planète inconnue. C’est dans cet environnement très hostile que notre héroïne se lance à la recherche de son équipage, aidée par un hologramme extraterrestre apparemment bienveillant. Vous l’avez compris, le but sera de retourner sur Terre, mais non sans en découvrir plus sur ces aliens. Le récit est certes assez linéaire, j’ai beaucoup apprécié le fait d’incarner un avatar en position de permanente découverte. Ainsi, le sentiment de surprise est décuplé, surtout que l’univers est approfondi bien à bon rythme. Et tout est sous-titré en français, excellent pour l’implication.

Scars Above est un TPS, avec des mécaniques issus du Souls-like et du RPG. Mais ces deux influences ne sont pas traitées de manière jusqu’au-boutiste. Surtout la première, donc la difficulté n’est pas à s’en arracher les ongles, rien à voir par exemple avec un Wo Long : Fallen Dynasty. On a donc la faculté de revivre après l’échec, justifiée par un aspect du scénario que je laisse sciemment mystérieux. Le début de l’aventure nous fait découvrir un avatar assez faible, clairement en position d’infériorité sur cette planète hostile, et c’est très réussit. Ainsi, l’on se jette sur le moindre point de sauvegarde (lesquels régénèrent aussi bien l’énergie que les munitions), même si ceux-ci font revivre les monstres précédemment trépassés. Se défendre contre ces créatures passe évidemment par l’attaque, le soft restant avant tout un jeu de tir à la troisième personne. avec à terme quatre armes que l’on peut sélectionner à la volée grâce à la croix directionnelle. Comme l’on incarne une scientifique, ces flingues (qui pourront d’ailleurs balancer des tirs de différents types), mais aussi les autres outils plus liés à l’exploration, pourront être améliorés de différentes façons -plans, technologies aliens). Aussi, sachez que l’expérience propose une bonne dose de corps-à-corps, avec une sorte de découpeur laser très efficace en mêlée.

Un TPS aux mécaniques solides et à l’ambiance SF vraiment réussie

Qui dit armes améliorables et exploration dit début de mécaniques light-RPG. Oui, Scars Above propose tout un système d’évolution, et assez d’importance à l’exploration pour que l’expérience s’inscrive dans ce genre. Kate pourra avoir accès à un arbre de compétences assez fourni, avec des bonus déblocables grâce à des points d’XP glanés en collectant des données aliens. D’où l’importance de notre scanner, afin de gagner en connaissances. Notre héroïne, si elle débute clairement en victime ambulante, gagne assez rapidement en puissance. Et heureusement car le bestiaire va la mettre à l’épreuve plus que de raison. C’est ici que je dois aborder l’un de mes petits reproches : ces monstres ne sont pas assez nombreux, ce qui fait naitre un léger sentiment de redondance. Cela se ressent d’autant plus que chacun apporte sa dose d’exploitation de l’arsenal, avec des points faibles et des résistances, du coup on en demande plus. Aussi, l’exploration est certes récompensée, elle se fait tout de même dans des zones assez étriquées, au level design un poil trop prudent. Dommage, car les décors vraiment impressionnant auraient pu pousser les développeurs à faire preuve de plus d’imagination dans ces deux domaines. Cela se vérifie d’ailleurs dans les combats de boss, très satisfaisants, et surtout apportant un peu de folie au design. D’autres bonnes idées viennent encore atténuer ces deux regrets, comme la gestion de l’hypothermie ou de l’endurance, du coup on pardonne aisément.

Scars Above restant avant tout un TPS, sa durée de vie est tout à fait dans la moyenne du genre. Comptez donc sept heures pour terminer une run sans trop regarder à côté, mais une dizaine pour qui veut tout trouver. Par contre, il est dommage que le titre n’engage pas plus à la rejouabilité : pas de modes bonus, ni de new game plus. Visuellement, le jeu se tient globalement correctement, surtout grâce à une direction artistique solide. L’ambiance est pesante dans ces marécage baignés de brouillard, et les développeurs ont fait marcher leur imagination pour tout ce qui est faune et flore. Les amateur de science-fiction bien dark seront aux anges. Par contre, la pure technique ne peut cacher des moyens assez limités. Les textures font parfois vieillottes, les différents effets de matière aussi. Tout ce qui est animation est plus digne d’une PlayStation 4 que de sa petite sœur, et même les cinématiques ont ce rendu un peu en retrait. Je suis donc partagé, même si, comme d’habitude, je préfère mettre en avant les qualités purement artistiques que techniques. Enfin, la musique ne m’a laissé que de bons souvenirs, dans un style parfaitement adapté à l’univers.

Conclusion

Et une bonne pioche de plus pour Prime Matter : Scars Above est un bon TPS, nous plongeant dans une SF sombre, inquiétante, et maitrisée. Jeu d’action empruntant des mécaniques au Souls-like et au RPG, cette expérience reste tout de même portée sur l’action, avec des gunfights agréables. Aussi, j’ai aimé le sentiment d’évolution de l’avatar, tout d’abord en position d’infériorité et gagnant en puissance au fil de ses découvertes. Le résultat, certes imparfait (surtout dans sa technique) mérite donc toute votre attention. Et, personnellement, le studio Mad Head Games devient à surveiller, surtout qu’ils ont un projet non-annoncé s’inscrivant dans une licence cinématographique horrifique…

15 /20
Articles liés
Test

Library Of Ruina - Test - PlayStation 4

4 mn de lecture
Library Of Ruina, un univers passionnant mais difficile d’accès Ah, comme j’aime les mois de mai ! Même si celui en cours n’est pas des plus ensoleillé, on sort des matins trop frais. Et, côté jeux vidéo, c’est enfin la possibilité de s’aventurer au-delà des grosses productions des mois de mars et avril. Ainsi, après Final Fantasy VII Rebirth et Dragon’s Dogma 2, je peux donner leur chance à des expériences moins en vue, et parfois au moins aussi passionnantes. Paru un peu en catimini, le 25 avril 2024, Library…
Test

Class of Heroes 1 & 2 Complete Edition - Test - PlayStation 5

3 mn de lecture
Class of Heroes, du bon D-RPG de niche enfin dispo en Europe ! Je vous parle d’un temps que les moins de vingt ans ne peuvent pas connaitre ! Et ce temps, c’était la fin fin des années 2000, alors que la PSP (quelle belle console !) ne cessait de faire baver les amateurs de RPG japonais. Malheureusement, il faut aussi rappeler à quel point les éditeurs boudaient notre pauvre territoire européen et, ainsi, nous sommes passés à côté de pas mal de titres certes parfois mineurs mais importants pour…
Test

MotoGP 24 - Test - PlayStation 5

4 mn de lecture
MotoGP 24, la meilleure simulation de moto à ce jour ! En l’espace de quelques années, la sortie du MotoGP de l’année est devenu un incontournable du calendrier des passionnés de simulation de moto. Si le genre n’est pas non plus des plus généreux en terme de titres proposés, Milestone est une véritable valeur sûre en la matière, délivrant ses millésimes certes parfois sans trop d’évolutions mais toujours avec la petite feature en plus qui fait plaisir et, surtout, apporte tout de même une dose de nouveauté. Après un MotoGP…

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

×
Test

Dolmen - Test - PlayStation 5