Test

Nickelodeon All-Star Brawl 2 – Test – PlayStation 5

5 mn de lecture
image test nickelodeon all star brawl 2
image playstation 5 nickelodeon all star brawl 2
  • Nickelodeon All-Star Brawl 2
  • Disponible sur : PlayStation 5, PlayStation 4, Xbox Series, Xbox One, Nintendo Switch, PC
  • Développé par : Ludosity, Fair Play Labs
  • Edité par : Gamemill Entertainment
  • Sortie le : 7 novembre 2023
  • Genre : Jeu de combat
  • pegi7

Nickelodeon All-Star Brawl 2 fait tout mieux que son ainé

Si les héros de la chaine préférée des enfants anglophones, Nickelodeon, ont presque tous eu les honneurs d’être adaptés en jeux vidéo, on en oublierait presque qu’ils apparaissent tous aussi dans une série de softs réunis sous la licence Nickelodeon Super Brawl. Celle-ci, en fonction depuis une quinzaine d’années, a connu un succès phénoménal dans ses premiers opus, tous sortis sur browser, sur Nick.com plus exactement. Des dizaines de millions de petits joueurs se retrouvaient par exemple sur Super Brawl 3 : Good Vs. Evil, un versus fighting 2D pourtant ultra faiblard dans son gameplay. Dès lors, on se demandait tous ce qui allait se passer quand la série proposerait enfin un titre de digne envergure. L’espoir est né avec Nickelodeon All-Star Brawl, surtout grâce à l’implication du studio suédois Ludosity, dont le précédent effort sur Slap City avait marqué les esprits des connaisseurs. Paru en 2021, notre nouveau poulain n’a pourtant pas remporté tous les suffrages, même si la recette que l’on peut décrire comme un Smash Bros accessible à tous fonctionnait. Aujourd’hui, il est temps d’accueillir Nickelodeon All-Star Brawl 2 (et en physique grâce à Just For Games !), une suite qui, clairement, dépasse les attentes.

Intervenant donc tout juste une paire d’années après son ainé, Nickelodeon All-Star Brawl 2 pouvait faire penser au phénomène de suite balancée à la va-vite après un succès populaire plus qu’une réussite pensée pour améliorer la recette. Après tout, cela fait désormais cinq ans que les fans de Smash Bros attendent la suite (et ça va durer !). Eh bien, le jeu qui nous intéresse ici donne une sacrée leçon à celui du surdoué Masahiro Sakurai, en prouvant que peu de temps peut être synonyme de gros changements. Même si, soyons honnêtes, la base à améliorer n’est pas la même. Les améliorations, justement, ne sont pas vraiment de l’ordre de l’écriture, même s’il faut noter un effort de ce côté. C’est en lançant le très réussit mode Campagne (j’y reviens plus bas) que l’on découvre une histoire à la fois simple et agréable, propulsant nos héros (tout d’abord Bob l’Éponge, bien évidemment mon préféré) dans une bataille au sein d’une sorte de multivers, mené contre l’odieux Vlad Plasmius. Celui-ci a pris le contrôle de tous les personnages Nickelodeon. En récupérant leur conscience, à grands coups de tatanes, on pourra ainsi les ajouter au roster. C’est limpide, ça motive, c’est traduit en français : rien à redire.

Le contenu solo, justement, figurait parmi les reproches adressés au premier opus. Clairement, Nickelodeon All-Star Brawl 2 redresse la barre et parvient même à étonner. La campagne est en fait un Roguelite assez plaisant à parcourir, au-delà même de la qualité de l’histoire. Pour faire simple, il va falloir traverser trois univers, chacun composés de douze étapes. Celles-ci peuvent aussi bien être des combats de type mêlée, avec un nombre définit d’adversaire à balancer loin du niveau, de type versus avec un seul personnage à débloquer au passage, de type mini-jeu platformer, ou de type améliorations. Bien entendu, tout cela est aléatoire, avec embranchements donc une légère forme de stratégie afin d’atteindre le boss de fin d’univers. Les codes du genre sont donc bien respectés, à cela près que vos personnages peuvent, indépendamment des améliorations à acquérir en cours de run, gagner de l’expérience. Donc devenir de plus en plus puissant grâce à des bonus (vie supplémentaire, rapidité augmentée etc). Sur le papier, c’est une bonne idée, sui pousse d’ailleurs à revenir vers ce mode avec chacun des personnages pour le maximiser. Mais il est vrai que, en fin de compte, cela simplifie grandement le trip, même en mode de difficulté élevé. Cependant, cela n’enlève rien au plaisir procuré par ce mode, bien complété par d’autres : Boss rush, Arcade, Dojo pour s’entrainer, du mini-jeu anecdotique mais toujours bons à prendre. Costaud !

Le contenu solo enfin au niveau des attentes

Les amateurs du genre savent tout de même que l’expérience multijoueur se doit de rester au centre des attentions, du moins sur la durée. Nickelodeon All-Star Brawl 2 en est conscient, et là encore fait bien mieux que son prédécesseur. On trouve rapidement une partie, c’est stable, et surtout on a cette fois-ci droit à du cross-plateforme complet (consoles et PC !). De quoi mettre à l’épreuve notre maitrise d’un gameplay assez classique mais, vous connaissez l’adage, efficace. On a une attaque rapide, une plus lourde à charger, une spéciale faisant souvent appel à la distance (ah, les bulles de Bob !), un saut, une protection. Jusqu’ici tout es de l’ordre du déjà-vu, pensé pour vous aider à affaiblir l’ennemi avant de l’expulser des limites du niveau. Les développeurs ont tout de même ajouté une particularité savoureuse avec la jauge de slime. Elle est divisée en trois parties et peut être activée dans trois buts : accentuer la puissance, tenter une annulation (difficile à placer), ou balancer la sauce dans une attaque ultime aussi redoutable que visuellement spectaculaire. Ajoutons l’intervention d’objets à utiliser, ou encore des stages renfermant certains pièges, et l’on obtient des combats étonnamment prenants. Certes, le casting est assez inégal en terme de feeling, avec certains personnages bien trop mous à mon goût. Mais globalement, c’est vif. Enfin, un dernier bon point concernant la possibilité de reconfigurer les touches. Personnellement, j’ai de suite replacer le saut sur la croix de ma DualSense…

Avec son roster de vingt-cinq personnages (que je vous décris en fin d’article), ses vingt-six niveaux, son mode Campagne costaud, son multi en ligne bien peuplé, Nickelodeon All-Star Brawl 2 a de quoi vous tenir quelques dizaines d’heures. C’est pas mal du tout. Cependant, tout comme pour Super Smash Bros Ultimate, j’ai un regret : l’aspect collectionnite n’est pas vraiment au rendez-vous. Si j’ai encore en travers de la gorge le délire des Esprits remplaçant les Trophées (et brisant totalement, pour ma part, l’aspect de collection précieuse), c’est encore plus marqué dans le jeu abordé ici. Pas de musée, pas de choses à glaner, et c’est bien dommage alors que le genre s’y prête allégrement. Voilà sans aucun doute ce qui devra occuper les développeurs pour une espérée suite. Enfin, la technique se révèle plutôt bonne, quoi qu’imparfaite. Les niveaux sont bien détaillés, les modèles 3D très fidèles, la fluidité constante. Par contre, j’ai remarqué des temps de chargement un peu longs, et une certaine raideur des animations qui peut parfois créer de l’imprécision. Mais ça se tient bien, ne vous en faites pas. Ce constat se prolonge dans l’aspect audio, avec des musiques reprenant les classiques de chacune des séries, et des doublages soignés.

Roster

  1. Aang (Avatar: Le dernier Maître de l’air)
  2. Korra (La légende de Korra)
  3. Lucy Loud (Bienvenue chez les Loud)
  4. Bob l’éponge (Bob l’éponge)
  5. Patrick l’étoile de mer (Bob l’éponge)
  6. Danny Fantôme (Danny Fantôme)
  7. Nigel Delajungle (La Famille Delajungle)
  8. Garfield (Garfield)
  9. Zim (Invader Zim)
  10. Jenny (Jenny Robot)
  11. Reptar (Les Razmoket)
  12. Ren et Stimpy (Ren et Stimpy)
  13. Rocko (Rocko’s Modern Life)
  14. April O’Neil (Tortues Ninja)
  15. Azula (Avatar: Le dernier Maître de l’air)
  16. Carlo Tentacule (Bob l’éponge)
  17. Plankton (Bob l’éponge)
  18. Norbert et Daggett (Les Castors allumés)
  19. Ember (Danny Fantôme)
  20. El Tigre (El Tigre : Les Aventures de Manny Riviera)
  21. Gérald (Hé Arnold !)
  22. Grand-mère Gertrude (Hé Arnold !)
  23. Jimmy Neutron (Jimmy Neutron)
  24. Donatello (Tortues Ninja)
  25. Raphael (Tortues Ninja)

Conclusion

Nickelodeon All-Star Brawl 2 est l’exemple typique d’une suite améliorées, ayant compris les reproches formulés à l’occasion du premier opus. Le contenu solo est enfin au niveau des attentes, le gameplay est aussi simple qu’efficace, et le multi solidifié par la présence du cross-plateforme. J’ai pris beaucoup de plaisir à découvrir le roster, pourtant inégal, et la technique me laisse de bons souvenirs. Aller, espérons que la prochaine itération ajoute un système d’objets à collectionner, et la recette sera alors encore sublimée.

14 /20
Articles liés
Test

Trails of Cold Steel III & IV - Test - PlayStation 5

4 mn de lecture
Trails of Cold Steel III & IV, aussi exigeant que chronophage Alors que ce début d’année 2024 est sans aucun doute le plus chargé en grands JRPG depuis bien des années (Persona 3 Reload, Like A Dragon : Infinite Wealth, Final Fantasy VII Rebirth, et bientôt l’ultra-attendu Unicorn Overlord), voilà que Nihon Falcom et son éditeur NIS America nous propose une petite compilation pas piquée des hannetons. Lancé, depuis quelques temps, dans l’objectif de proposer leurs licences communes sur toutes les plateformes, le duo nous livre aujourd’hui Trails of Cold…
Test

Like A Dragon : Infinite Wealth - Test - PlayStation 5

6 mn de lecture
Like A Dragon : Infinite Wealth, le JRPG tient son nouveau maître Sorti voilà quatre ans, Yakuza : Like A Dragon est sans doute l’un des plus grands tournants de l’Histoire, pourtant si riche, de Sega. Si Sonic reste évidemment la grande mascotte de l’éditeur, la licence des développeurs du Ryu Ga Gotoku Studio est, particulièrement depuis Yakuza 6, sur la voie royale de la popularisation. C’est, pour ma part, l’une des plus belles satisfactions sur ces dernières années. Souvenons-nous comme nous étions seuls, en 2006, quand Kazuma Kiryu a…
Test

Helldivers 2 - Test - PlayStation 5

4 mn de lecture
Helldivers 2 : le vrai grand début du jeu-service Alors que ce début d’année 2024 est clairement placé sous le signe du J-RPG de grande qualité (Persona 3 Reload, Like A Dragon : Infinite Wealth, Granblue Fantasy : Relink, bientôt l’énorme Final Fantasy VII Rebirth…), un genre a tout de même droit à un coup de projecteur pour le moins surprenant. Le jeu-service, ou GaaS pour les initiés, est celui-ci, et c’est une véritable surprise que de me voir en dire du bien. Car votre dévoué serviteur ne cache pas…

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

×
Test

Miraculous : Rise of the Sphinx - Test - PlayStation 5