Test

MotoGP 24 – Test – PlayStation 5

4 mn de lecture
image test motogp 24
image playstation 5 motogp 24
  • MotoGP 24
  • Disponible sur : PlayStation 5, PlayStation 4, Xbox Series, Xbox One, Nintendo Switch, PC
  • Développé par : Milestone
  • Edité par : Milestone
  • Sortie le : 2 mai 2024
  • Genre : Jeu de course
  • image pegi3

MotoGP 24, la meilleure simulation de moto à ce jour !

En l’espace de quelques années, la sortie du MotoGP de l’année est devenu un incontournable du calendrier des passionnés de simulation de moto. Si le genre n’est pas non plus des plus généreux en terme de titres proposés, Milestone est une véritable valeur sûre en la matière, délivrant ses millésimes certes parfois sans trop d’évolutions mais toujours avec la petite feature en plus qui fait plaisir et, surtout, apporte tout de même une dose de nouveauté. Après un MotoGP 23 qui a su me séduire grâce à un équilibrage du gameplay intelligent et un flag to flag apportant un vrai plus à l’immersion, je me demandais si MotoGP 24 allait enfin marquer un gap en terme de technique, le seul point qui me paraissait encore discutable sur cette licence. Sans trop vous dévoiler la conclusion, sachez que je sors de ces tours de piste conquis !

Même si MotoGp 24 est clairement une expérience dédiée aux fanatiques de la bécane sur piste, je vais essayer de ne pas vous perdre dans des considérations trop pointues. Sachez donc que la base de ce millésime est clairement celle de l’édition 2023, je ne reviendrais donc pas sur certaines features faisant ici leur retour. Cependant, il est nécessaire d’appuyer sur le soin particulier apporté par Milestone sur les premières heures de jeu, sur la découverte. Terminés ces trop longs moments passés dans une course de présentation un peu hors de propos, ici on débute simplement par le choix d’une difficulté, et la personnalisation (plutôt riche pour ce qui est des équipements) de l’avatar qui vous accompagnera tout au long de la Carrière. Il est ensuite temps de se lancer dans cette Carrière, clairement le très gros morceau de ce titre, et ce qui va vous passionner de longues heures tant ce contenu est à la fois complet et vivant. Pas de scénario, ce genre de chose étant désormais désuet dans les jeux de sport (rappelez-vous des catastrophes chez FIFA ou NBA 2K). Ouf. On débute donc comme d’habitude en Moto3, avec comme but ultime le titre mondial. Pour ce faire, il va falloir relever des défis de plus en plus costauds (comme terminer devant tel sportif), mais aussi gérer ses contrats, améliorer le bolide, ou encore s’occuper d’une sorte de groupe Whatsapp pro entre champions. C’est d’ailleurs assez drôle à parcourir, et l’on peut se faire de véritables ennemis ou des alliés sur la piste.

Globalement, ce contenu gagne en relief, en plaisir de jeu en simplifiant un peu ses menus au passage. Mais la grosse nouveauté de la Carrière de MotoGP 24 est pourtant toute autre : il s’agit des transfert. Oui, comme dans un jeu de sport collectif on pourra voir des pilotes (officiels) rejoindre d’autres écuries (toujours officielles). Cela ajoute au réalisme du jeu, qui n’en manque pas. Et rassurez-vous, l’intelligence artificielle ne gère pas ça n’importe comment. Impossible, donc, de voir Stefan Bradl rejoindre Ducati, par exemple. Et cette IA, justement, fait aussi partie des améliorations très notables. C’est ici qu’il faut aborder le gameplay du soft, encore meilleur que celui de l’année dernière. Si l’on reste pleinement dans une simulation ne permettant aucune fantaisie en piste, ni aucune conduite trop agressive, j’apprécie tout de même les bonnes différences d’accessibilité selon le mode de difficulté opté. Le plus aisé propose pas mal d’aides, permettant aux novices (ou tout simplement aux joueurs ne désirant pas rester sur le titre pendant des mois) de ne pas se sentir lésés. Surtout que la difficulté est désormais adaptative. Bon, ils pourront tout de même augmenter le challenge histoire de bien ressentir les différences entre les gommes, ou encore les améliorations dans la sensation d’accélération. Attention à ne pas trop vous lâcher sur la gâchette de la DualSense (d’ailleurs parfaitement exploitée, c’est à souligner), car les gaz poussent très vite. Et l’IA, pour revenir à elle, ne pourra rien faire pour vous éviter. Je ne peux d’ailleurs que féliciter les développeur pour le comportement des concurrent, enfin moins suicidaires qu’auparavant !

De belles améliorations dans tous les domaines

MotoGP 24 peut compter sur d’autres belles nouveautés pour gonfler son contenu. Tout d’abord, le multijoueur en ligne accueille désormais les championnats organisés sur plusieurs jours. C’est sobrement intitulé LiveGP, et c’est accompagné d’un tableau de classement mondial. Si vous team de pilotes sûrs, voilà de quoi vivre votre passion au quotidien. On découvre aussi la MotoGP Academy, sorte d’équivalent aux permis de Gran Turismo mais sans impact sur les autres modes solos. Il faudra donc aborder certaines portions de circuits présentant des difficulté, avant de se lancer dans un tour complet. Une très bonne façon de s’entrainer, et même d’y revenir puisque le joueur obtient des médailles selon son temps d’accomplissement. Apparemment plus anecdotique, les MotoGP Stewards apportent pourtant encore beaucoup à l’aspect simulation de la licence. En effet, il s’agit de juges qui vous suivront (vous et les concurrents !) tout au long du week-end fictif de la course, et dont le but est de scruter l’attitude en conduite pour mieux vous punir en cas d’écart. Une véritable épée de Damoclès rajoutant encore du bon stress.

Très bon gameplay, contenu solide, et la technique alors ? Voilà ce que j’attendais le plus, j’espérais une véritable révolution et pas seulement une évolution. MotoGP 24 fait un bond inédit pour la licence en ce domaine. Certes, la modélisation des visages reste assez datée, mais on s’en fiche royalement dans une simulation de moto. Par contre, on reconnait bien chacun des circuits, les effets de lumière et de météo sont hypers réussis, les textures se font globalement très précises. Je peux l’assurer : il s’agit clairement du lus beau jeu de moto sur consoles actuelles, et d’assez loin. Aussi, la fluidité est totale, je n’ai pas croisé l’ombre d’une baisse de framerate. Et pas un seul bug non plus, d’ailleurs. Bref, c’est joli, c’est propre, et c’est même de belle qualité côté sons et bruitages. Par contre, les musiques des menus sont ultras génériques, mais on s’en fiche un peu.

Conclusion

MotoGP 24 est sans aucun doute la meilleure simulation de moto disponible à ce jour. Le contenu est très solide, le gameplay gagne encore en équilibre grâce à une difficulté adaptative, et surtout la qualité technique est enfin au rendez-vous. De plus, la Carrière ne fait que se renforcer, notamment grâce à un système de transferts assez intéressant, donnant encore de la vie à un mode certes classique mais passionnant. Clairement, Milestone tient là son meilleur jeu, et enfin un soft de belle ampleur.

17 /20
Articles liés
Test

Monster Hunter Stories - Test - PlayStation 4

4 mn de lecture
Monster Hunter Stories, un spin-off toujours aussi agréable Après un début d’année 2024 assez chargé en belles sorties (principalement du côté de l’Asie), voilà que le rythme retombe assez abruptement. Et voilà venu le temps de laisser leur chance à des titres moins mis en avant, des remakes et autres remasters. Celui qui nous intéresse ici, Monster Hunter Stories, est particulièrement intéressant. Paru en 2017, un des plus beaux millésimes pour les joueurs (Breath of the Wild, NieR Automata, Super Mario Odyssey, etc), ce spin-off sorti sur Nintendo 3DS n’est…
Test

System Shock - Test - PlayStation 5

4 mn de lecture
System Shock, le retour d’un hit prodigieux Mais quel choc, sans mauvais jeu de mot ! Je n’aurai jamais imaginé écrire cela : ma découverte du très culte System Shock remonte désormais à trente années. Trois décennies, et quelques cheveux blancs désormais bien installés (ainsi qu’une hernie discale, hélas !), voilà donc que le remake débarque. Avant de l’aborder, il faut tout de même replacer le contexte et rappeler l’empreinte laissée par le titre de 1994. Quand celui sort, c’est une véritable révolution. Le soft est issu de Looking Glass…
Test

Astor : Blade of the Monolith - Test - PlayStation 5

3 mn de lecture
Astor : Blade of the Monolith, une aventure à découvrir ! Alors que l’actualité est phagocyté par un Summer Game Fest 2024 pourtant très décevant, le rythme des sorties connait enfin une saine accalmie. Et, entre nous, on en avait bien besoin tant la première moitié de l’année fut chargée en grosses sorties. C’est donc l’occasion ou jamais de donner leur chance à des softs moins mis en valeur et pourtant tout aussi intéressants en terme de fun. C’est ce que je me disais au moment de lancer mon test…

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

×
Test

Hot Wheels Unleashed 2 - Test - PlayStation 5