Livres

Overwatch : Tracer London Calling – Critique

2 mn de lecture
image critique overwatch tracer london calling
image comics overwatch tracer london calling
  • Overwatch : Tracer - London Calling
  • Auteur : Mariko Tamaki, Babs Tarr
  • Editeur : Mana Books
  • Date de sortie : 2 décembre 2021
  • Nombre de pages : 112
  • Dimensions : 18.8 x 28.3 centimètres

Overwatch : Tracer – London Calling, trop engagé pour séduire

Si les fans de certaines licences occidentales (côté japonais c’est différent) se régalent régulièrement de beaux livres leur permettant de prolonger leurs passions, c’est moins vrai du côté des novélisations et autres adaptations en comics. Pas mal d’ouvrages ont pourtant fait preuve de véritables efforts, on pense notamment à la série littéraire des Resident Evil, bien plus qualitative que ce que beaucoup ont raillé. Ce fut moins le cas de Minecraft, miné par des livres non officiels terriblement faiblard. Quant à Overwatch, le constat est un peu entre les deux. D’où une certaine appréhension en abordant le comics Overwatch : Tracer – London Calling, paru récemment aux éditions Mana Books.

Qui joue à Overwatch sait bien que cette licence s’est peu à peu éloignée du seul FPS compétitif qu’il était à ses débuts. Blizzard a insufflé une sorte de background plus ou moins inspiré, surtout axé sur la caractérisation des personnages. Pas sûr que la décision ait joué en la faveur du soft, ce qui semble se confirmer avec la baisse de fréquentation des serveurs. L’univers reste assez basique, mais force est de constater qu’il se fait tout de même plus solide que dans bien d’autres jeux du genre, on pensera de suite à Fortnite. Bref, il n’est pas étonnant de voir ce jeu s’adapter en comics, avec comme principe de s’attacher à un personnage et de le développer. Ici, il s’agit de Lena Oxton, alias Tracer, une londonienne au caractère bien trempé ayant en horreur l’injustice. Ce qui va mener Overwatch : Tracer – London Calling sur les chemins moralisateurs de la justice sociale. Aïe.

Overwatch : Tracer – London Calling avait pourtant de quoi rejoindre le rang des bonnes adaptations. Son récit s’installe avec clarté, du moins pour qui a les connaissances nécessaires afin de ne pas se perdre dans les méandres de la licence. L’histoire débute cinq ans après le démantèlement d’Overwatch, par le biais du Petras Act. En quelques mots, l’on vient de perdre les non-fans de la licence, et l’on se doit d’être clair : ils ne sont de toutes manières pas invités à la fête. Cette précision effectuée, il faut tout de même insister sur la bonne ambiance SF délivrée par l’ouvrage, tendant à confirmer la bonne maitrise de Mariko Tamaki, auteure connue jusqu’ici pour le récompensé Cet été là. Elle imprime de l’énergie au récit, avec de rares mais agréables séquences d’action. Le problème est que la problématique du scénario se révèle d’une grande pauvreté, et l’ennui ne tarde pas à pointer le bout de son nez pour ne plus jamais quitter les pages de ce comics que l’on oubliera bien vite.

Conclusion

Overwatch : Tracer – London Calling est l’exemple malheureusement idéal pour imager l’adaptation passant à côté de son sujet. Qui joue au FPS compétitif de Blizzard dans le but de se fader un discours politique convenu, bourré de politiquement correct, hyper militant ? Personne, ou si peu. Du coup, on ne voit vraiment pas l’intérêt de ce comics, malgré des dessins parfois sympathiques.

05 /20
Articles liés
Livres

Horizon Zero Dawn : Le Faucon-Soleil - Critique - Mana Books

4 mn de lecture
Horizon : Zero Dawn fait aussi mouche en comics Décidément, c’est la grosse actualité pour Aloy ! Alors que le deuxième volet de ses aventures, Horizon : Forbidden West, vient de sortir dans l’engouement quasi-général (notre test arrive, il sera moins enjoué que ce que vous avez lu jusqu’ici), la licence de Guerrilla Games s’inscrit désormais dans une logique transmédia. Et qui pouvait mieux accompagner cet état de fait que l’éditeur préféré des gamers, Mana Books, grâce à qui les fans peuvent désormais découvrir le comics Horizon : Zero Dawn…
Livres

Final Fantasy VII Remake : Material Ultimania - Critique - Mana Books

4 mn de lecture
Final Fantasy VII Remake dans ses moindres détails Quand il n’y a plus, il y en a encore ! Après nous avoir enchanté avec la parution des Final Fantasy Memorial Ultimania consacrés aux opus canoniques, voilà que l’excellente maison d’édition Mana Books sort celui consacré à Final Fantasy VII Remake. Et comme on a particulièrement apprécié cette révision du classique de Square Enix, vous imaginez bien qu’on ne pouvait pas passer à côté.
Livres

Bioman : La Bible Officielle - Critique

3 mn de lecture
Bioman : La Bible Officielle, l’une des plus belles sorties de 2021 Alors que les fêtes de fin d’année approchent à grands pas, votre humble serviteur est pris d’une nostalgie aigüe. C’est souvent le cas en cette époque : on se revoit enfant, devant la télé avant d’aller à l’école, avec des pubs totalement dingues et, surtout, des dessins animés qui l’étaient tout autant. C’était le temps du Club Dorothée, de l’engouement crée par la découverte de la pop culture japonaise, des goûters BN trempés dans le lait. Si les…

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

×
Livres

Bloodborne : Artbook Officiel - Critique - Mana Books