Test

Farming Simulator 19 : Ambassador Edition – Test – PS4

3 mn de lecture
image ps4 farming simulator 19 ambassador edition
image jeu farming simulator 19 ambassador edition
  • Farming Simulator 19 : Ambassador Edition
  • Disponible sur : PlayStation 4, Xbox One, PC
  • Développé par : Giants Softaware
  • Edité par : Giants Software
  • Sortie le : 21 juin 2022
  • Genre : Simulation agricole
  • image pegi3

Farming Simulator 19 : Ambassador Edition, complet au possible

Alors que l’époque est plus que jamais aux remakes et autres remasters de jeux en tous genres, parfois même un peu obscurs, certains éditeurs en profitent pour mettre en avant certains de leurs meilleurs poulains. Le cas de Farming Simulator 19 : Ambassador Edition est assez intéressant, puisque officiellement il ne s’agit ni d’une nouvelle version, ni d’une qui serait revue pour les plateformes actuelles. En effet, on fait simplement face à une édition définitive d’un soft paru en 2018. Oui quatre ans plus tard, c’est énorme et je me demandais si ce genre d’initiative n’était pas un peu capillotracté. Finalement, et comme je vais vous le démontrer, ce n’est pas une parution aussi vaine qu’on pourrait le croire, même s’il va falloir avaler quelques couleuvres.

Pour ce qui est du jeu en lui-même, de sa substantifique moelle, rien ne bouge d’un iota. Clairement, Farming Simulator 19 : Ambassador Edition n’est pas là pour révolutionner son approche, mais plutôt afin de se proposer à nous de la manière la plus complète possible. Ainsi, de la création de l’avatar, jusqu’à la fortune amassée si vous parvenez à bien maitriser chacune des technologies agricoles, en passant par l’absence de scénario et des commandes parfois brouillonnes (du moins dans un premier temps, on s’y fait avec de la patience), tout est identique à la sortie de 2018. On pourra donc formuler les mêmes compliments qu’à l’époque, en mettant en avant une immersion assez incroyable pour qui aime ce genre spécifique, avec des choix de spécialisation et une multitude de matériels sous licences officiels.

Mais les défauts ont aussi traversé les années. Qui lance Farming Simulator 19 : Ambassador Edition doit savoir que le moteur physique se situe entre le best of de Vidéo Gag et l’épisode de X-Files. C’est flottant, ça permet des moments que j’imagine qualitatifs pour les streamers mais peut-être moins pour les joueurs. Et ça devient même aberrant en pleine conduite, avec des véhicules dont les sensations sont presque aussi approximatives que celles d’un Gran Turismo 7. Oh le taquet facile, mais Polyphony le mérite. Bref, revenons sur GIANTS Software et son bébé certes un peu difforme techniquement, mais tout de même passionnant. Je mesure ce mot, j’entends déjà les invectives des joueurs de Fortnite, maudite engeance ! Eh bien qu’on se la dise, les Farming Simulator permettent une courbe de progression hyper prenante, surtout quand on opte pour une partie complète, en débutant tout à fait de zéro. Vraiment, c’est chaudement recommandé.

Pas une révolution, mais un jeu dans son amplitude maximale

image test farming simulator 19 ambassador edition

Un nombre incalculable de licences officielles vous attendent.

Farming Simulator 19 : Ambassador Edition se démarque donc non pas par une refonte de son game design, mais par un contenu gargantuesque. C’est bien simple, tous les DLC parus à ce jour sont inclus. Les voici listés :

  • L’extension Platinum
  • L’extension Alpine Farming
  • Le pack d’équipement Anderson Group
  • Le pack d’équipement Kverneland & Vicon
  • Le pack d’équipement GRIMME
  • Le DLC John Deere Cotton
  • Le DLC Bourgault

Les passionnés auront donc compris qu’en plus de la multitude de matériels officiels ajoutés, Farming Simulator 19 : Ambassador Edition embarque aussi une nouvelle carte, dans les Alpes. Les trois autres étant l’escarpée Erlengrat, la distinguée Felsbrunn, et la classique (et plus aisée à aborder) Ravenport. La durée de vie devient donc encore plus impressionnante, mais sachez que vous ne trouverez aucun nouveau mode, et assez peu de joueurs en ligne pour le multijoueur (jouable jusqu’à six, mais il va falloir ameuter vos potes). Par contre, si votre truc c’est la complétion, alors sachez que plus de quatre-cent-cinquante véhicules vous attendent, et modélisées avec un réalisme qui force le respect.

Côté technique, comme je le disais plus haut il ne faut surtout pas s’attendre à une révolution de l’opus d’origine. Farming Simulator : Ambassador Edition paraît fatalement un peu en retard face au plus récent (et plus complet en terme de gameplay) Farming Simulator 22. Si l’on met de côté ce fichu moteur physique, reste tout de même un soft au-dessus de ce que faisait la licence jusqu’à cette itération. Les effets de lumière restent charmants par moments, ainsi que certains panoramas. Bon, les textures, vues de près, font parfois un peu frémir, mais c’était prévu. Et côté fluidité, quelques chutes sont à prévoir (surtout sur la carte alpine, étrangement), mais rien de bien méchant. Bref, il va falloir être ouvert d’esprit pour profiter de cette expérience.

Conclusion

Très nettement, Farming Simulator 19 : Ambassador Edition s’adresse aux joueurs qui auraient manqué la sortie initiale, en 2018, voire à ceux qui n’avaient pas craqué pour les DLC. Si vous avez déjà tout testé, cette version n’embarquant pas d’améliorations techniques, ni de nouveaux modes, on vous conseillera plutôt de vous diriger vers FM 22.

15 /20
Articles liés
Test

Mount and Blade 2 : Bannerlord - Test - PlayStation 5

4 mn de lecture
Mount and Blade 2 : Bannerlord, un concept exigeant et chronophage Dans la famille des arlésiennes, Mount and Blade 2 : Bannerlord occupe une place bien en vue, juste à côté de celle des patriarches Duke Nukem Forever et autres Final Fantasy XV. Le jeu, issu du studio turc TaleWorlds (qui développe et édite, tandis que Plaion le distribue), fait suite à un premier jeu-surprise paru en 2008, et fut annoncé… en 2012. Dix ans plus tard, et non sans passer deux ans par la dangereuse case de l’Early access…
Test

Fobia : St. Dinfna Hotel - Test - PlayStation 5

3 mn de lecture
Fobia : St. Dinfna Hotel, pour les amateurs d’ambiances puissantes Qu’on se le dise, le survival horror semble enfin être revenu d’entre les morts ! Après avoir été la victime du succès des walking simulator à la Bloober Team (franchement oui, les Blair Witch, The Medium, Layer of Fear c’est de la ballade avec des sursauts il faut être honnête), voilà que le genre revient à ses fondamentaux avec de récentes sorties comme Dead Space ou The Callisto Protocol. Sorti d’un peu nulle part, et plus précisément d’un petit studio…
Test

Raiden IV x MIKADO Remix - Test - PlayStation 4

5 mn de lecture
Raiden IV x MIKADO Remix, un Shmup à ne pas louper Si le Shmup est aujourd’hui un genre aussi désuet que forcément attirant (chaque sortie nous attire inexorablement), on oublie tout de même jusqu’à l’existence de certaines grandes licences. R-Type revient de temps en temps, et une série culte comme Raiden a bien perdu de son aura, surtout à cause d’un cinquième opus un peu décevant. Mais il faut se souvenir à quel point, lors de sa parution en 1990, l’épisode fondateur fut une véritable onde de choc dans l’univers…

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

×
Test

Disciples : Liberation - Test - PlayStation 5