Test

Matchpoint Tennis Championships – Test – Nintendo Switch

3 mn de lecture
image jeu matchpoint tennis championships
  • Matchpoint Tennis Championships
  • Disponible sur : PlayStation 5, PlayStation 4, Xbox Series, Xbox One, Nintendo Switch, PC
  • Développé par : Torus Games
  • Edité par : Kalypso Media
  • Sortie le : 20 octobre 2022
  • Genre : Tennis
  • image pegi3

Matchpoint Tennis Championships : une carrière sinon rien

Aussi loin que je me souvienne, les jeux de tennis ont toujours occupé une belle petite place dans mon cœur de gamer. Si les plus anciens que moi ont peut-être connu la folie Pong, perso c’était avec Match Point, sur Amstrad CPC 6128, que le genre s’est durablement ancré. Ensuite, même si ces jeux n’étaient pas prioritaires, il y a eu du Super Tennis, du Final Match Tennis, du Pete Sampras Tennis, des myriades de Mario Tennis, ou évidemment le génialissime Top Spin 4. Tous, dans des game design différents, proposaient une sacrée dose de fun. Aujourd’hui, le genre a un peu disparu, malmené par une industrie qui préfère la jouer (trop) prudente en nous balançant des TPS narratifs ou des mondes ouverts à foison. Du coup, quand Matchpoint Tennis Championships a débarqué voilà quelques mois sur les consoles de nouvelle génération, j’étais hypé. Malgré un résultat décevant, le voilà qui atterri sur Nintendo Switch.

Cet article va se concentrer sur l’apport, ou les handicaps, apportés par la version Nintendo Switch. Si vous désirez de plus amples informations concernant notamment le gameplay de Matchpoint Tennis Championships, n’hésitez surtout pas à vous diriger vers mon test paru voilà quelques mois. Alors tout d’abord, il faut rassurer les joueurs qui, attirés par le mode Carrière du soft, se rapprochent d’un achat. Oui, il est bien embarqué en entier dans cette version. Et heureusement car, si le titre peut tout de même compter sur quelques bonnes idées, c’est bien ce contenu qui fait passer certaines pilules. Pas de scénario (et tant mieux, franchement les FIFA et NBA 2K m’ont clairement gonflé avec leur narration à deux euros), par contre tout un système de progression qui a un vrai impact sur l’avatar et permet de grimper les marches du classement mondial MPT.

L’autre bonne idée du mode Carrière, c’est l’importance de l’entraineur. Certes, le système est encore balbutiant, comme ce besoin un peu trop facile d’en changer afin de profiter de différentes spécialités. Mais cela fonctionne là encore, avec une vraie incidence sur l’expérience. Enfin, toujours au rayon des satisfactions, la forme de ce mode de Matchpoint Tennis Championships est plutôt bien fichue. On a droit à une frise chronologique, et des choix afin de rythmer le cheminement, par exemple entre un tournoi mineur et un Grand Chelem. C’est assez prenant, surtout qu’il va vraiment falloir opter selon les forces et faiblesses de l’avatar. Et autant vous dire qu’au début, il va falloir rester prudent car la difficulté du soft se révèle assez corsée.

Un bon contenu solo, mais le reste…

image nintendo matchpoint tennis championships

On a déjà vu plus beau…

Une difficulté logique, puisque Matchpoint Tennis Championships se veut une simulation et non un soft arcade. Du coup, il faut s’attendre à des déplacements plus ou moins réalistes, avec prise en compte des animations, et l’importance des différentes sortes de coups (liftés, revers etc). Et c’est ici que l’expérience commence à bien fléchir. Bien heureusement, la précision est plutôt en rendez-vous, malgré quelques errances concernant la hauteur de balle, avec des rattrapages d’animation bien trop visibles. C’est du côté de la raideur des sportifs que le bât blesse, ce qui devient très problématique dans un genre demandant une parfaite réaction de l’avatar. Aussi, le système de visée, avec tir à charger, n’est vraiment pas évident à bien maitriser. Si le skill était mis en avant, ça irait, mais au bout de pas mal d’heures c’est encore la chance ou la malchance qui domine les échanges. Et ça, ça ne pardonne pas.

Le gameplay n’a donc pas bougé, et je ne m’attendais pas non plus à un miracle pour les graphismes. La version PlayStation 5 était visuellement médiocre, et cette édition Nintendo Switch de Matchpoint Tennis Championships va encore plus loin dans la déception. Alors oui, c’est en général assez fluide, et il ne faut pas bouder ce petit plaisir. Par contre, oh que c’est laid. Les modèles 3D sont coupés à la serpe, les textures au sol font peine à voir. Le public fait d’ailleurs partie des pires que j’ai pu voir depuis bien des années, et pourtant j’en ai soupé. J’ajoute aussi que l’habillage, dans les menus, manque de passion, ça fait terne, tristounet. Enfin, le domaine audio n’est pas non plus à la fête, surtout à cause d’un commentateur-perroquet comme j’en ai rarement supporté.

Notez, enfin, que cette édition Switch de Matchpoint Tennis Championships embarque aussi le DLC Legends, une bonne chose. Grâce à celui-ci, le joueur peut incarner deux joueurs effectivement bien connus des amateurs de ce sport : Tim Henman et Tommy Haas. Les deux sont sélectionnables en solo et en multi. Sachez d’ailleurs que, tout comme lors de mon test PlayStation 5, je n’ai pu que très peu jouer en ligne à cause de serveurs tristement vides. Aussi inclus dans cette édition, la bande originale au format digital, et un wallpaper.

Conclusion

Malheureusement, pas de miracle pour cette édition Nintendo Switch de Matchpoint Tennis Championships. Les amateurs pourront toujours compter sur un mode Carrière prenant, mais ils devront composer avec de vraies faiblesses de gameplay, et une technique partiellement aux fraises. Voilà donc une simulation décevante dans les grandes lignes, qui ne pourra que créer une sacrée nostalgie pour les Top Spin 4 et autres Virtua Tennis

05 /20
Articles liés
Test

Mount and Blade 2 : Bannerlord - Test - PlayStation 5

4 mn de lecture
Mount and Blade 2 : Bannerlord, un concept exigeant et chronophage Dans la famille des arlésiennes, Mount and Blade 2 : Bannerlord occupe une place bien en vue, juste à côté de celle des patriarches Duke Nukem Forever et autres Final Fantasy XV. Le jeu, issu du studio turc TaleWorlds (qui développe et édite, tandis que Plaion le distribue), fait suite à un premier jeu-surprise paru en 2008, et fut annoncé… en 2012. Dix ans plus tard, et non sans passer deux ans par la dangereuse case de l’Early access…
Test

Fobia : St. Dinfna Hotel - Test - PlayStation 5

3 mn de lecture
Fobia : St. Dinfna Hotel, pour les amateurs d’ambiances puissantes Qu’on se le dise, le survival horror semble enfin être revenu d’entre les morts ! Après avoir été la victime du succès des walking simulator à la Bloober Team (franchement oui, les Blair Witch, The Medium, Layer of Fear c’est de la ballade avec des sursauts il faut être honnête), voilà que le genre revient à ses fondamentaux avec de récentes sorties comme Dead Space ou The Callisto Protocol. Sorti d’un peu nulle part, et plus précisément d’un petit studio…
Test

Raiden IV x MIKADO Remix - Test - PlayStation 4

5 mn de lecture
Raiden IV x MIKADO Remix, un Shmup à ne pas louper Si le Shmup est aujourd’hui un genre aussi désuet que forcément attirant (chaque sortie nous attire inexorablement), on oublie tout de même jusqu’à l’existence de certaines grandes licences. R-Type revient de temps en temps, et une série culte comme Raiden a bien perdu de son aura, surtout à cause d’un cinquième opus un peu décevant. Mais il faut se souvenir à quel point, lors de sa parution en 1990, l’épisode fondateur fut une véritable onde de choc dans l’univers…

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

×
Test

Port Royale 4 Extended Edition - Test - PlayStation 5