Test

Sonic Colours Ultimate – Test – PlayStation 5

5 mn de lecture
image jeu sonic colors ultimate
image playstation-4-sonic-colours-ultimate
  • Sonic Colours Ultimate
  • Disponible sur : PlayStation 5, PlayStation 4, Xbox Series, Xbox One, Nintendo Switch, PC
  • Développé par : Sega
  • Edité par : Sega
  • Sortie le : 7 septembre 2021
  • Genre : Plate-formes
  • pegi7

Sonic Colours Ultimate, pour patienter avant le grand retour de 2022

Si, aujourd’hui, l’industrie vidéoludique peine à nous imaginer des mascottes véritablement charismatiques (la course au réalisme, ce fléau), elle fut auparavant maitresse en la matière. Sonic fut l’une des plus conséquentes, le fer de lance de celui qui, dans les années 1990, était l’un des plus gros constructeurs. Sega, puisqu’on parle de cette entité, a pourtant en partie raté le renouvellement 3D du hérisson bleu. Quelques opus furent de véritables déceptions (on frémit encore en évoquant Sonic The Hedgehog), mais d’autres ont trouvé leur public. On pense notamment au sympathique Sonic Colours, paru en 2010. Aujourd’hui, on découvre son remaster, dont le titre est complété par un « Ultimate » prometteur.

Alors qu’un tout nouveau Sonic, assez mystérieux, est attendu pour 2022, c’est donc un remaster que nous propose l’éditeur japonais. Notre test va se concentrer sur les apports et les modifications portés par Sonic Colours Ultimate, mais il est tout de même important de replacer un contexte. Nous sommes donc en 2010, Fortnite n’est pas encore sorti et tout va bien dans le meilleur des mondes. Sega galère pas mal pour faire oublier de multiples déboires, mais nous balance tout à coup un joli double hit combo. En effet, Sonic Colours va ravir les fans, aussi bien dans sa version Nintendo DS (développé chez Dimps) que Wii (assurée par le Sonic Team). La réussite de cet épisode, malgré des regrets dans la prise en mains des phases 3D, s’est vérifiée dans les ventes avec plus de deux millions de cartouches vendues.

C’est donc assez naturel que Sega ait pensé à un remaster de cet épisode, même si l’on espérait plutôt un Sonic Adventure. Précisons ici que Sonic Colours Ultimate se base uniquement sur la version Wii. C’est dommage, on aurait apprécié que la version Nintendo DS soit embarquée ici, çaaurait fait un joli bonus à débloquer par exemple. Dès lors, le «  Ultimate » est un peu à pondérer en terme de contenu. Au-delà de cette anicroche, on retrouve bel et bien le jeu d’origine, inchangé dans son scénario. L’aventure fait toujours suite à celle du très moyen Sonic Unleashed, avec un Dr. Eggman bien décidé à nous faire prendre de la hauteur, direction l’espace et la planète Mobius. C’est ici qu’il ouvre un parc d’attraction vicelard, dont les attraction ponctionnent l’énergie vitale des autochtones, les fameux Wisps. Avec Tails, notre hérisson bleu coupant comme une lame, et rapide comme l’éclair, va devoir évidemment déjouer cette infamie à l’aide de pouvoirs acquis en collaboration avec les extraterrestres.

Pas de révolution, mais du contenu en rab’

image gameplay sonic colours ultimate

L’énergie est toujours là.

Cela n’a l’air de rien, car on ne joue pas à Sonic Coulours Ultimate pour son scénario, mais on avait oublié la bonne énergie qui s’en dégage. En cessant de nous noyer sous une tonne de shitty friends encombrants, Sega est revenu aux fondamentaux. Ça va vite, la narration n’est jamais intrusive, une bonne chose. Car le plus important, pour la mascotte de l’éditeur, reste le gameplay pur. On rejoint donc l’espace, et six planètes, toutes découpées en six niveaux. Bien sûr, il va falloir les traverser à toute vitesse, et ce grâce aux grands classiques de la licence. On court, on saute, on rebondit sur différents ennemis, on glisse. On a aussi droit à des phases sur un plan 2D qui, d’ailleurs, ne font que nous confirmer que le hérisson n’est jamais plus fun que dans cette forme. Vaste débat, mais on a choisi notre camp depuis longtemps. Et cela se conforte ici, car même sans la Wiimote certains passages sont rendus délicats par le paradoxe entre la vitesse et le besoin de précision.

La véritable nouveauté du jeu d’origine, c’était l’intelligent système de pouvoirs insufflé par la présence des Wisps. Sur chacune des planètes traversées, l’on en découvre de nouveaux, d’une couleur différente. Cela a pour effet de débloquer un pouvoir temporaire, comme un laser directif, ou un flottement. Au total, ce sont six Wisps que l’on découvre, mais ça c’était avant. Car Sonic Coulours Ultimate a la bonne idée de revoir ce chiffre à la hausse. Cela grâce à la présence d’un nouvel autochtone qui vous transforme en véritable passe-muraille, moyen plutôt sympa de vous ouvrir à une course aux aux collectibles plus aisée. Il est toujours question de dénicher des médailles rouges bien planquées (coucou Mario), ceci dans le but de débloquer des petits mondes bonus, jouables à deux.

Pas de mondes totalement nouveaux donc, par contre cette nouvelle version apporte tout de même du contenu neuf. On accueille le mode Rival Rush, mais uniquement en récupérant un certain nombre de pièces rouges. Il est alors question de se lancer dans six courses contre Metal Sonic, un antagoniste qu’on a toujours plaisir à croiser. Cette nouveauté, assez efficace, a le mérite d’ajouter une bonne dose de challenge dans un jeu qui, s’il n’est pas casual du tout, peut faire preuve d’une certaine facilité pour les gros joueurs. Quand on parvient à battre notre adversaire ultra-rapide, on récupère des Tokens, la nouvelle monnaie interne de Sonic Colours Ultimate. On en amasse aussi dans les niveaux. Et ce n’est pas pour faire joli : le joueur ira les dépenser pour s’offrir quelques bonus principalement cosmétiques (nouvelles couleurs de boosts, gants, une musique originale etc). Le genre d’attention qui ne peut que ravir les fidèles du hérisson bleu.

Sur PlayStation 5, Sonic est toujours plus rapide

image test sonic colours ultimate

Le 60fps sied particulièrement à la mascotte de Sega.

La durée de vie du jeu d’origine n’était pas énorme, elle se trouve un peu plus solide ici. Pour terminer l’aventure, il vous faudra à peu près six heures, mais Sonic Colours Ultimate double ce chiffre si vous voulez tout voir. Une mission rendue moins ardue grâce au système Tails Save : le renards aux multiples queues vient vous sauver la mise quand vous échouez, ceci contre un jeton que l’on peut dénicher au sein des niveaux. Non, le jeu n’est pas difficile, mais il est parfois rageant dans sa propension à vous pousser à la faute par manque de précision dans les commandes. Alors, cette nouveauté fonctionne bien, permet d’éviter le trop-plein de frustration que l’on pouvait ressentir en 2010 tout en ne tombant pas dans les travers du Prince of Persia de 2008.

Dès son annonce, des comparatifs visuels peu flatteurs sont apparus entre le jeu d’origine et Sonic Colours Ultimate. Très nettement, on se trouvait là face à la dose de mauvaise habituelle chez certains fans de Sega (mai si, ne faites pas les innocents). Dans les faits techniques, cette version testée sur PlayStation 5 se tient bien la plupart du temps. Le 60fps (avec 4K, comme il se doit) est évidemment au rendrez-vous, et ne faiblit jamais. C’est un vrai apport majeur pour qui a découvert le titre en 2010. Les modèles 3D ne bougent pas dans leur structure, et ils ont vieilli. Mais on a tout de même droit à un coup de polish sur leurs textures et, plus globalement, les environnements profitent d’un bon ravalement de façade. Le seul regret concerne les cinématiques, qui n’ont pas eu droit à ce traitement.

Conclusion

Sonic Colours Ultimate s’appuie sur un épisode 3D qui, sans être un grand hit, reste convaincant sur pas mal d’aspects. C’est avec plaisir que l’on retrouve les Wisps et leurs pouvoirs, ainsi que leurs différentes planète. Cette version apporte tout de même du contenu neuf, comme le mode Rival Rush ou des objets cosmétiques à débloquer. La technique a aussi évolué, elle est rendue plus propre et, sur PlayStation 5, le 60fps se fait constant. Voici donc une bonne petite expérience/. Pas une révolution mais de quoi patienter sagement avant le très attendu prochain épisode inédit.

14 /20
Articles liés
Test

Dungeon Encounters - Test - PlayStation 4

8 mn de lecture
Dungeon Encounters n’est pas pour les petits joueurs Comme nous le démontrions dans notre top réservé à ces jeux de Square Enix qu’on aimerait voir revenir sous une forme ou une autre, l’éditeur japonais est bien plus intéressant que ce que certains veulent faire croire aujourd’hui. Et c’est d’autant plus vrai quand, justement, il s’éloigne de la routine (certes très, très agréable) Final Fantasy, Dragon Quest et Kingdom Hearts. On aime le SE qui nous refilait Vagrant Story, Drakengard ou encore Parasite Eve, des titres que personne n’avait vu venir…
Test

Knockout Home Fitness - Test - Nintendo Switch

4 mn de lecture
Knockout Home Fitness a l’œil du tigre On ne le dira jamais assez : restez actifs, faites du sport, et mangez équilibré en évitant les produits transformés. Voilà, votre dévoué serviteur, qui a perdu plus de vingt kilos en deux mois, a fait sa petite leçon. En vrai, il est indéniable que ce genre de conseil est facile à prodiguer, mais jamais simple à réceptionner : on a tous un rythme de vie différent. Du coup, un jeu comme Knockout Home Fitness, édité par Marvelous et distribué physiquement grâce à…
Test

Metroid Dread - Test - Nintendo Switch

3 mn de lecture
Metroid Dread, l’un des GOTY de 2021 Metroid Dread est la suite directe de l’épisode Fusion. Alors qu’elle croyait avoir éradiqué pour de bon les Metroids et le Parasite X (un organisme hostile capable de prendre l’apparence de son hôte en reproduisant son ADN et le tuant à petit feu lors du processus), Samus reçoit un message lui indiquant qu’il resterait une trace du Parasite X sur la planète ZDR. Un contingent de robots de combat réputés invincibles, les E.M.M.I. , y est envoyé mais tout contact est rapidement perdu…

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *