Livres

[Critique] Ainsi Parlait Iwata-san – Mana Books

3 mn de lecture
image couverture ainsi parlait iwata san
  • Ainsi Parlait Iwata-san
  • Auteur : Hobonichi
  • Editeur : Mana Books
  • Date de sortie : 1 avril 2021
  • Nombre de pages : 186
  • Dimensions : 14.5 x 22.7 cm

Iwata est mort, vive Iwata !

image satoru iwata

Satoru Iwata, ex-PDG de Nintendo.

Le jeu vidéo est devenu une industrie de grande importance, et quelques événements majeurs soulignent cet état de fait. L’un d’en eux, des plus dramatiques, est le décès de Satoru Iwata. Celui qui fut sans aucun doute l’artisan du renouvellement de Nintendo s’est éteint en 2015, à seulement cinquante-cinq ans. Cette tragédie fut accompagnée de témoignages importants, autant dans la forme que par la dimension de ces condoléances : à travers le monde, on a salué le caractère visionnaire de cet homme, aujourd’hui considéré comme l’un des plus grands PDG de l’Histoire récente. Au-delà de l’émotion, on peut aussi souligner que sa pensée profonde restait un brin mystérieuse malgré de fréquents entretiens, et c’est dans le but d’apporter un éclairage rétrospectif que paraît le très précieux Ainsi Parlait Iwata-san.

Paru chez Mana Books, décidément toujours dans les meilleurs coups, Ainsi Parlait Iwata-san est sous-titré « Conversations avec Satoru Iwata, le légendaire Président de Nintendo ». Dans le genre informatif, on fait difficilement mieux. Ce livre, dont la couverture aussi simple qu’évocatrice fait grand effet, procure un grand et nécessaire espace à la seule invariable qui soit : la parole de l’intéressé. Celle-ci se retrouve dans différents entretiens de la plus grande des valeurs, et ce même si la plupart sont déjà connus des fans les plus jusqu’au-boutistes. Les interviews menées par Shigesato Itoi, nom important d’une des licences fétiches d’Iwata (Mother, moins connu en Occident), pour le média Hobo Nikkan Itoi Shinbun (ou Hobonichi), n’étaient jusqu’ici que très peu accessibles pour les non-initiés au japonais. C’est désormais chose réparée, et l’exercice tient toutes ses promesses.

Un ouvrage central pour toute bibliothèque

Lire Ainsi Parlait Iwata-san a quelque chose de l’ordre du sacré. Un peu comme quand on se lance dans Conversations avec Sergio Leone, par exemple, car la parole ici recueillie est définitive par nature. C’est notamment ce contexte qui éclaire, mais il fallait aussi ce qu’on appelle un « bon client ». Bonne nouvelle, qui ne surprendra pas ceux qui ont longtemps observé le monsieur : il en était un. Souvent, les entretiens avec des Japonais plongent plus que de raison dans la langue de bois, ce n’est pas le cas ici. La vision d’Iwata est au cœur de l’ouvrage, et elle nous frappe par son authenticité sans filtre. De sa première rencontre déterminante avec l’électronique (une calculatrice Hewlett-Packard) à sa manière de concevoir la Wii comme un moyen de démocratiser le jeu vidéo au sein des foyers, tous les sujets sont abordés avec une assurance impressionnante. Aussi, c’est sa manière de concevoir la programmation qui nous marque : elle est étonnamment pertinente et correspond bien à la philosophie de HAL Laboratory (la première boîte par laquelle il est passé, que vous connaissez sûrement pour Kirby ou Super Smash Bros), puis de Nintendo.

Avec ces entretiens, entrecoupés de fragments de paroles issus de l’émission Iwata demande, Ainsi Parlait Iwata-san réussit déjà son coup. Mais l’ouvrage va plus loin en proposant aussi du totalement inédit. Tout d’abord, un long entretien de Shigeru Miyamoto, là encore très surprenante de par la tonalité qui s’en dégage. On sent bien que les deux hommes ne partageaient pas les mêmes idées, et que la table a dû se renverser plus d’une fois. Mais l’émotion gagne l’ensemble quand le père de Super Mario et de Zelda livre quelques anecdotes certes légère mais significatives, avant de terminer par le manque, le vide qu’a créé le décès d’Iwata. Enfin, Shigesato Itoi prend aussi la plume afin de raconter l’ancien PDG de Nintendo, en mettant en avant ses méthodes de management humaines, son envie prégnante d’instaurer un climat apte à faciliter la création. C’est, d’ailleurs, ce qui ressort le plus de ce livre incontournable : l’homogénéité d’une vision tout autant portée par la maitrise des tâches les plus basiques, que de celles de la plus haute responsabilité. Satoru Iwata est mort, vive Satoru Iwata !

Conclusion

Satoru Iwata n’était pas qu’n grand PDG, il était aussi un homme au parcours riche. C’est cette expérience qui lui a permis d’appliquer une politique cohérente, visionnaire, couronnée de succès. Avec cet ouvrage, Mana Books permet de graver cela dans la roche, grâce à des interviews passionnantes, mais aussi au travers de témoignages inédits. Ainsi Parlait Iwata-san est un livre essentiel pour comprendre cette trajectoire, laquelle a connu son point final beaucoup trop tôt.

18 /20
Articles liés
Livres

Final Fantasy VII Remake : Material Ultimania - Critique - Mana Books

4 mn de lecture
Final Fantasy VII Remake dans ses moindres détails Quand il n’y a plus, il y en a encore ! Après nous avoir enchanté avec la parution des Final Fantasy Memorial Ultimania consacrés aux opus canoniques, voilà que l’excellente maison d’édition Mana Books sort celui consacré à Final Fantasy VII Remake. Et comme on a particulièrement apprécié cette révision du classique de Square Enix, vous imaginez bien qu’on ne pouvait pas passer à côté.
Livres

Among Us : Guide de jeu 100% non-officiel - Critique - Larousse

2 mn de lecture
Among Us : Guide de jeu 100% non officiel lance les novices en orbite Minecraft, Stardew Valley, Rocket League, le jeu vidéo indépendant n’est pas avare en succès phénoménales. Et le plus récent de ceux-ci n’est autre qu’Among Us. Ce titre, développé et édité par InnerSloth, a su rythmer les confinements avec un principe aussi simple qu’accrocheur : une sorte de Loups-Garous de Thiercelieux se déroulant dans un vaisseau spatial. Ce véritable carton multijoueur a désormais droit à son petit guide non officiel, paru chez Larousse sous le titre d’Among…
Livres

Final Fantasy Memorial Ultimania Volume 3 - Critique

3 mn de lecture
Final Fantasy Memorial Ultimania Volume 3 : un beau livre colossal Si le succès populaire du jeu vidéo fait que l’on observe de plus en plus de sorties littéraires autour de ce média, il est indéniable que peu de licence peuvent se permettre de faire l’objet d’encyclopédies. Dragon Quest, ou encore la série des Mana, figurent évidemment parmi elles. L’autre grand nom auquel on pense de suite, c’est évidemment Final Fantasy. Et Mana Books (Bloodborne : Artbook Officiel, Ainsi Parlait Iwata-san) le sait bien : l’éditeur livre le troisième volume…

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

×
Livres

[Critique] HP Lovecraft et le jeu vidéo - Carlos Gomez Gurpegui