Livres

Bloodborne : Artbook Officiel – Critique – Mana Books

3 mn de lecture
image bloodborne
image couverture bloodborne artbook officiel
  • Bloodborne : artbook Officiel
  • Auteur : Collectif
  • Editeur : Mana Books
  • Date de sortie : 2 novembre 2017
  • Nombre de pages : 255
  • Dimensions : 21.9 x 30.7 cm

Bloodborne : Artbook Officiel, un artbook grandiose

Si vous vous intéressez au jeu vidéo, alors vous devez vous intéresser à Bloodborne Artbook Officiel. Ou, mieux, vous vous êtes aventurés dans l’univers terrifiant de ce véritable hit en puissance, développé conjointement par FromSoftware et le regretté SIE Japan Studio. Dans l’un ou l’autre de ces cas, impossible de ne pas voir surgir certaines images, à la simple évocation du titre. La ville de Yharnam, les monstres colossaux, tout y a été travaillé avec une précision qui force le respect, construisant une atmosphère mémorable.

Si Bloodborne est bien moins destiné au grand public que les mastodontes vidéoludiques, on se prenait tout de même à rêver d’un beau livre, rassemblant les sublimes artworks. L’objet existait un peu partout, sauf sous nos latitudes. Grâce à l’éditeur Mana Books, incontournable si vous vous intéressez notamment à la culture du jeu vidéo, cette absence est désormais de l’histoire ancienne.

Bloodborne : Artbook Officiel est, comme son sous-titre l’indique sans détour, un beau livre totalement maîtrisé par les ayants-droits. C’est, en soi, un gage de qualité, qui nous évite les artworks hors sujet, les dessins de fans et autres croquis pas très pertinents. Aussi, cela accouche d’un objet que l’on qualifiera sans mal de grandiose. Outre que ses dimensions (22 x 30,5 centimètres) lui permettent de donner de la place aux travaux les plus fournis, sans qu’ils ne soient brimés par la maquette, cela impose de suite un certain respect.

S’emparer de cet ouvrage, c’est déjà faire un bout de chemin en direction de la gothique Yharnam. La qualité d’édition ne s’arrête pas là. Sachez que tout, de la couverture rigide et impressionnante (on a la sensation d’un grimoire qui a vécu), à la qualité du papier et de l’impression, tout procure un sentiment de satisfaction.

Des artworks sublimes, à découvrir au sein d’une structure très soignée

Une satisfaction qui se poursuit du côté du contenu ? Sans aucun doute : oui. Bloodborne : Artbook Officiel multiplie les artworks, atteignant le chiffre assez monstrueux de plus de 700, répartis sur 256 pages. De quoi passer bien des soirées à admirer des dessins décrivant parfaitement ce que le joueur peut ressentir, devant sa télévision. Précisons ici que la matière a cela d’intéressant que l’on est sans cesse surpris : on était loin de penser qu’il existait autant d’œuvres, ce qui ne fait qu’impressionner encore plus, quant au travail effectué, par les artistes, sur l’univers du jeu.

Pour s’y retrouver dans cette belle profusion, l’ouvrage opte pour une structure active. En effet, la table des matière ne se contente pas d’accumuler les chapitres, mais les organise de sorte que le lecteur participe, vive un cheminement au sein même de cet artbook. En résulte une impression de découverte par la progression, savoureuse au possible. Est-elle conforme à ce que le joueur peut expérimenter dans le soft ? Tout à fait…

L’esprit mystérieux du jeu très justement sauvegardé

Bloodborne : Artbook Officiel, ce sont les artworks avant tout. Vous ne croiserez que peu de textes, au-delà du titre du dessin en question. C’est d’ailleurs complètement dans l’esprit du jeu, qui ne s’appuie pas (ou peu, plus exactement) sur de la calligraphie pour faire ressentir l’univers, lui donner une existence, un style. En conséquence, la pertinence de cet ouvrage se trouve dans ce qu’il représente, sa description directe, et l’ambiance terrifiante qu’il dégage.

On a bien droit à quelques phrases, mais courtes et assez mystérieuses pour ne pas gâcher la vision des artistes. Celle-ci, d’ailleurs, accouche d’images cauchemardesques, dans un style entre le gothique, et l’univers lovecraftien. On reste bouche bée devant cette propension à créer du hors champs, à jouer des ombres pour y faire naître l’indicible. En cela, Bloodborne : Artbook Officiel devra être admiré dans un endroit assez éclairé, idéalement par votre lampe de chevet, alors qu’au dehors les ténèbres ont pris possession des lieux.

Conclusion

Bloodborne : Artbook Officiel remplit parfaitement son rôle. Cette édition signée Mana Books achève de donner ses lettres de noblesse à un jeu qui marque les esprits. La mise en avant de son univers, d’une précision glaçante, est un passage obligé, que vous soyez fans du soft, ou tout simplement amateurs de travaux de qualité. Voilà, en tout cas, un indispensable pour toute bibliothèque gaming qui se respecte.

18 /20
Articles liés
Livres

Among Us : Guide de jeu 100% non-officiel - Critique - Larousse

2 mn de lecture
Among Us : Guide de jeu 100% non officiel lance les novices en orbite Minecraft, Stardew Valley, Rocket League, le jeu vidéo indépendant n’est pas avare en succès phénoménales. Et le plus récent de ceux-ci n’est autre qu’Among Us. Ce titre, développé et édité par InnerSloth, a su rythmer les confinements avec un principe aussi simple qu’accrocheur : une sorte de Loups-Garous de Thiercelieux se déroulant dans un vaisseau spatial. Ce véritable carton multijoueur a désormais droit à son petit guide non officiel, paru chez Larousse sous le titre d’Among…
Livres

Final Fantasy Memorial Ultimania Volume 3 - Critique

3 mn de lecture
Final Fantasy Memorial Ultimania Volume 3 : un beau livre colossal Si le succès populaire du jeu vidéo fait que l’on observe de plus en plus de sorties littéraires autour de ce média, il est indéniable que peu de licence peuvent se permettre de faire l’objet d’encyclopédies. Dragon Quest, ou encore la série des Mana, figurent évidemment parmi elles. L’autre grand nom auquel on pense de suite, c’est évidemment Final Fantasy. Et Mana Books (Bloodborne : Artbook Officiel, Ainsi Parlait Iwata-san) le sait bien : l’éditeur livre le troisième volume…
Livres

[Critique] Godzilla - Shigeru Kayama - Ynnis Editions

4 mn de lecture
Godzilla, aussi culte au cinéma qu’en roman Pour les amateurs de culture japonaise, c’est un véritable séisme que provoque l’éditeur Ynnis Editions ! Jusqu’ici totalement inédit en France, le roman Godzilla vient poser ses grosses papattes dans nos librairies. Ce n’est pas une petite affaire car, derrière ce roman, ce bel écrin à la couverture prometteuse, c’est tout un genre cinématographique, et même vidéoludique, qui repose. Et ce dans une œuvre de très grande qualité.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *