Test

Tactics Ogre Reborn – Test – PlayStation 5

6 mn de lecture
image jeu tactics ogre reborn
image playstation 5 tactics ogre reborn
  • Tactics Ogre Reborn
  • Disponible sur : PlayStation 5, PlayStation 4, Nintendo Switch, PC
  • Développé par : Square Enix
  • Edité par : Square Enix
  • Sortie le : 11 novembre 2022
  • Genre : T-RPG
  • pegi12

Tactics Ogre Reborn, l’un des meilleurs jeux de l’année

Si, aujourd’hui, le genre du Tactical-RPG est tombé un peu dans l’oubli, heureusement combattu par la très bonne licence Disgaea, c’est bien Square Enix qui peut renverser la situation. Car, dans le catalogue de cet immense acteur de l’industrie vidéoludique, figurent quelques unes des plus belles perles de ce genre si chronophage : Final Fantasy Tactics bien entendu (le meilleur, et je parie qu’il va revenir dans quelques temps), mais aussi Front Mission et un certain Tactics Ogre. Ces deux derniers font l’objet d’un retour sur le devant de la scène, et c’est bien le dernier qui a les faveurs d’une sortie en premier. Et pas pour faire de la figuration : Tactics Ogre Reborn est clairement la meilleure version de ce grand classique, et l’un des meilleurs jeux de l’année 2022.

Paru en 1995 sur Super Nintendo, et exclusivement au Japon, Tactics Ogre est sans aucun doute peu connu des joueurs européens, et même de ceux qui dévoraient les pages imports de nos magazines préférés (comme ils me manquent !). Je rappelle que, à cette époque, Final Fantasy VII n’était pas encore sorti sous nos latitudes, et le seul véritable carton du RPG japonais sur le Vieux Continent n’était autre que Secret of Mana. Donc du A-RPG, alors imaginez quand ça parlait tour par tour, puis tactique… Et pourtant, Tactics Ogre est un carton japonais d’estime (pas spécialement dans les ventes), et les lecteurs du magazine culte Famicom l’ont placé à la septième position d’un top des meilleurs jeux de tous les temps. En 2011, cette perle revient sur la regretté PSP, dans une version améliorée. C’est sur cette itération que Tactics Ogre Reborn s’appuie, mais non sans encore parfaire la recette, menant le résultat vers les sommets.

Tactics Ogre Reborn est un pur bijou que les fans de jeux japonais, et de jeux vidéo tout court, se doivent de posséder, très clairement. Et pourtant, je me dois de tout de suite avertir sur un point : l’histoire est éminemment complexe. Ne vous fiez surtout pas au pixel art naïf : le scénario développe une intrigue politique bourrée de détails, faisant passer le Game of Thrones de G. R. R. Martin pour Oui-Oui au pays de la fantasy. Pour faire simple, le récit prend place dans les îles de Valeria, pacifiées depuis le règne cinquantenaire du roi Dorgalua Oberyth. Seulement voilà, le souverain a cassé sa pipe, et bien vite trois clans ont émergé : Galgastani, Bakram et Walister. Si les deux premiers sont assez puissants pour imposer leur force et se partager le territoire plus ou moins équitablement, le troisième est plus démuni mais tout de même valeureux.

Une histoire passionnante de bout en bout, complexe et exigeante

image gameplay tactics ogre reborn

Les déplacements se font par le biais de la carte.

Sans roi pour gouverner tout ce beau monde, un conflit d’ampleur ne pouvait qu’éclater, et c’est ce qui va se passer, non dans la macro-histoire mais dans la petite. C’est sans doute l’une des plus belles réussites de Tactics Ogre Reborn : installer un univers d’une profondeur colossale, et nous placer dans la peau de petites-gens sur lequel le malheur s’est abattu. Tout va donc se centrer sur un : Denam Pavel, sa soeur Catiua, et l’ami d’enfance Vyce. Le père des deux premiers s’est fait enlever lors d’une attaque sanglante des Chevaliers Noirs, et les voilà si remontés qu’ils vont vouloir renverser les pouvoirs établis, non sans faire face à des décisions qui, au fil du temps, vont mettre à l’épreuve leurs idéaux. Le scénario est une merveille, mais il est exigeant. Heureusement, le jeu propose des glossaires, des résumés de personnages, et même des gazettes nous en apprenant plus sur les événements de par le monde, afin de s’y retrouver. Mais vraiment, ce n’est pas le genre de jeu que l’on va parcourir avec un autre sur le feu, sous peine d’être rapidement perdu. Ah oui, et les sous-titres français sont salvateurs, remercions Square Enix car ils n’étaient pas de la partie sur PSP !

L’histoire est complexe, le gameplay aussi, même si des nouveautés ont été incorporées afin de simplifier un chouïa l’expérience, une très bonne chose. Tout d’abord, il faut rappeler que Tactics Ogre Reborn est un T-RPG, donc un jeu qui organise son game design autour de longues batailles au tour par tour sur un terrain en damier. Pas d’exploration, juste du combat et, entre les deux des scénettes, de l’achat de matériels de combat, de la gestion d’équipe etc. Les joutes sont donc primordiales, et extraordinairement passionnantes. Il va falloir apprendre à bien déployer les différents guerriers en prenant en compte leur classe (guerrier, archer, sorcier etc), et apprendre à maitriser les spécificités du terrain. La verticalité bien entendu, mais aussi la météo et encore d’autres critères intervenant au fil des (très) nombreuses heures de jeu, tout a une incidence, et peut se payer si vous ne faites pas attention au placement. Attention, par exemple, a bien dégager la route devant un magicien, si vous ne voulez pas risquer le friendly fire d’un de ses sorts.

Le système de combat le plus agréable du T-RPG, avec FF Tactics

image test tactics ogre reborn

Les textes sont proposés en français, ne vous inquiétez pas !

La base des codes du T-RPG est donc présente, avec déjà assez de subtilité pour faire passer les plus récents pour de l’échauffement. Mais Tactics Ogre Reborn complexifie encore tout ça avec la gestion des classes (on peut en changer au besoin grâce à des objets à posséder), l’équipement à parfaire, l’XP à glaner en fonction du niveau d’équipe. Les néophytes pourront être effrayer par la montagne de features qui les attendent, mais cette version tente tout de même de leur faciliter la vie, et avec intelligence. L’option pour accélérer les combats (ou, plus exactement, les animations) est déjà une bonne chose. Mais d’autres, plus qualitatives font mouche. Par exemple, on a désormais droit à un système de cartes à récupérer sur le terrain, améliorant les statistiques des guerriers pendant le combat en cours (certaines le font définitivement, mais elles sont plus rares). Cela n’a l’air de rien, mais ça change drastiquement le rythme du jeu, le rendant plus rapide et plus efficace, et ce en ne touchant pas à la durée de vie. Aussi, la mort définitive des personnages est toujours d’actualité, mais moins brutale qu’en 1995 : tout d’abord, il tombe dans le coma, vous laissant quelques tours pour le réanimer. Une excellente idée, limitant la frustration de voir notre travail sur plusieurs heures être réduit à néant en quelques minutes. Enfin, dorénavant les personnages évoluent individuellement, une grande différence qui permet de mieux s’attacher à eux au fil du temps.

Visuellement, les menus ont été retravaillés. Ils sont certes plus ergonomiques, mais j’aurais tout de même aimé une option afin d’équiper automatiquement les guerriers avec le meilleur matériel possédé. Par contre, Tactics Ogre Reborn fait du super boulot sur la lisibilité en cours de bataille. La caméra du jeu initial, et même de la version PSP, était son seul vrai défaut. Il est ici réparé grâce notamment à une vue en total top down qui éclaire parfaitement les endroits les mois évidents, surtout quand il y a du passage étriqué. La technique, elle, est aussi exemplaire. On garde l’impact du pixel, aucun effet de flou que certaines versions HD de classiques 2D nous imposent. Les sprites gardent donc cet aspect naïf inhérent à l’époque de production du soft initial, et le charme opère peut-être encore plus aujourd’hui, à l’heure du trop-de-détails et du pas-assez-d’évocation. Enfin, la bande originale, composée par le duo magique Masaharu Iwata et Hitoshi Sakimoto (Final Fantasy XII, Odin Sphere, etc) est totalement orchestrée, une nouveauté qui, associée à celle du doublage (en anglais ou japonais, le second étant bien meilleur), fait passer le domaine sonore dans une autre dimension. Tout cela fait que la centaine d’heures que j’ai passé sur ce jeu, afin de presque tout complété, est passée à une vitesse folle. Oui, la durée de vie est impressionnante; comme tout le reste de ce titre décidément génial.

Conclusion

Loin du tapage médiatique autour de certaines grosses productions, voici certainement le jeu le plus impressionnant de cette fin d’année 2022 ! Tactics Ogre Reborn est un chef-d’œuvre colossal, dont la passionnante profondeur de gameplay n’a d’égale que la vertigineuse complexité de l’histoire. Beaucoup de superlatifs, mais il faut bien comprendre : le titre que vous vous apprêtez à découvrir est un monument, exigeant certes, mais tellement bourré de qualités, tellement perfectionné par des nouveautés intelligentes que je ne peux que féliciter Square Enix pour ce travail de haute qualité. Cela annonce, je l’espère, le meilleur pour la suite, et les nombreuses nouvelles versions des classiques de cet éditeur décidément important pour la bonne santé de l’industrie.

19 /20
Articles liés
Test

Mount and Blade 2 : Bannerlord - Test - PlayStation 5

4 mn de lecture
Mount and Blade 2 : Bannerlord, un concept exigeant et chronophage Dans la famille des arlésiennes, Mount and Blade 2 : Bannerlord occupe une place bien en vue, juste à côté de celle des patriarches Duke Nukem Forever et autres Final Fantasy XV. Le jeu, issu du studio turc TaleWorlds (qui développe et édite, tandis que Plaion le distribue), fait suite à un premier jeu-surprise paru en 2008, et fut annoncé… en 2012. Dix ans plus tard, et non sans passer deux ans par la dangereuse case de l’Early access…
Test

Fobia : St. Dinfna Hotel - Test - PlayStation 5

3 mn de lecture
Fobia : St. Dinfna Hotel, pour les amateurs d’ambiances puissantes Qu’on se le dise, le survival horror semble enfin être revenu d’entre les morts ! Après avoir été la victime du succès des walking simulator à la Bloober Team (franchement oui, les Blair Witch, The Medium, Layer of Fear c’est de la ballade avec des sursauts il faut être honnête), voilà que le genre revient à ses fondamentaux avec de récentes sorties comme Dead Space ou The Callisto Protocol. Sorti d’un peu nulle part, et plus précisément d’un petit studio…
Test

Raiden IV x MIKADO Remix - Test - PlayStation 4

5 mn de lecture
Raiden IV x MIKADO Remix, un Shmup à ne pas louper Si le Shmup est aujourd’hui un genre aussi désuet que forcément attirant (chaque sortie nous attire inexorablement), on oublie tout de même jusqu’à l’existence de certaines grandes licences. R-Type revient de temps en temps, et une série culte comme Raiden a bien perdu de son aura, surtout à cause d’un cinquième opus un peu décevant. Mais il faut se souvenir à quel point, lors de sa parution en 1990, l’épisode fondateur fut une véritable onde de choc dans l’univers…

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

×
Test

Chocobo's Mystery Dungeon Every Buddy - Test