Test

Disgaea 6 : Defiance of Destiny – Test – Nintendo Switch

3 mn de lecture
image jeu disgaea 6
image nintendo switch disgaea 6
  • Disgaea 6 : Defiance of Destiny
  • Disponible sur : Nintendo Switch
  • Développé par : Nippon Ichi Software
  • Edité par : NIS America
  • Sortie le : 29 juin 2021
  • Genre : T-RPG
  • pegi12

Disgaea 6 s’ouvre à un public plus large

Ça y est, on a enfin pu poser les mains pendant de très nombreuses heures sur le très attendus Disgaea 6 : Defiance of Destiny ! Annoncé voilà plus d’un an, le titre fut d’abord victime d’un brouhaha désormais réglé concernant sa plateforme de sortie : le jeu sera disponible exclusivement sur Switch hors Japon, c’est NIS America qui l’assure par le biais d’une communication officielle. C’est donc sur la petite dernière de Nintendo que l’énorme série Tactical-RPG pose ses valises…

Disgaea occupe une place toute particulière dans l’univers des jeux japonais. Il faut dire que la licence figure parmi les plus fondamentales, avec des mécaniques à foison et un univers aux codes bien installés. Disgaea 6 : Defiance of Destiny, s’il ne renie pas son caractère de niche, essaie de s’ouvrir à un public plus large, ce qui n’est pas un mal. Comme en témoignent ces nouveaux graphismes 3D, à tendance chibi, qui tiennent un grand rôle dans une direction artistique accrocheuse. Certes, les textures sont un tout petit peu moins précis qu’auparavant, et l’on remarque des chutes de framerate. Mais le style global se fait pertinent pour la Switch. Console sur laquelle le jeu est exclusif en Europe, rappelons-le une dernière fois.

Nippon Ichi Software sait que Disgaea 5 était aussi passionnant que difficile d’accès. Les choses changent dès la mise en place d’une histoire plus claire, s’appuyant moins sur des clins d’œil aux précédents épisodes. Cela pourra peut-être chauffer les fans absolus, mais ils doivent comprendre qu’il est temps de viser de nouveaux joueurs. Et que les puristes se rassurent : le scénario est évidemment très soigné, comme toujours dans cette licence. On incarne Zed, un zombie au fort caractère, et pourtant un véritable sous-fifre dans la hiérarchie du Sous-Monde. Grâce à l’Ultra-Réincarnation, il aurait vaincu le légendaire Death-tructor, et se lance dans la narration de cette aventure. Laquelle, toute sous-titrée en français, regorge de ces délicieux moments d’humour noir typiques de la franchise. Disgaea 6 : Defiance of Destiny est drôle, et même parfois très piquant.

Une durée de vie gargantuesque, comme toujours

image test disgaea 6

Les combats sont toujours aussi passionnants.

Disgaea 6 : Defiance of Destiny se veut un T-RPG classique dans son gameplay, l’intention n’est clairement pas de modifier une excellente recette. On retrouve donc des déplacement sur une grille, en tour par tour, le but étant de battre tous les ennemis. Cette base est vouée à se complexifier, et pas qu’un peu. Parmi les mécaniques les plus distinctives, on trouve les Geo Symbols, des cristaux à placer sur certaines cases marquées pour engranger bonus ou malus. Ou encore l’hilarant lancer, arme à ne surtout pas sous-évaluer vous demandant de propulser un ou plusieurs personnage sur un ennemi. Et rappelez-vous qu’un Prinnies balancé, ça fait des dégâts. Sans oublier les combos, les différentes classes, tout cela est toujours aussi efficaces.

Disgaea 6 : Defiance of Destiny lance aussi des nouveautés courageuses, comme l’enregistrement de routines à répéter automatiquement, ce qui fait gagner beaucoup de temps. Par contre attention, cela simplifie grandement l’expérience, et l’on pourra même se sentir un peu trop sur des rails. Il faudra donc utiliser cette option en votre âme et conscience. Le système de niveaux a été modifié, autant grâce à l’Ultra-Réincarnation assurant un gain de puissance à chaque mort, qu’à l’acquisition équilibrée d’XP en fin de bataille. Terminé les Gros Bill trop esseulés, votre groupe évolue harmonieusement jusqu’à atteindre un niveau hallucinant : le level cap est à 99 999 999. L’énorme Monde des Objets est moins chronophage que d’habitude, mais il est bien complété par le tout nouveau Bar où vous échangez les essences contre des statistiques. Cela assure tout de même l’un des points forts de la licence : une durée de vie carrément énorme. Comptez à peu près 40 heures pour le terminer, et au moins 160 de plus pour tout voir.

image gameplay disgaea 6

Disgaea 6 est entièrement sous-titré en français.

Conclusion

Disgaea 6 : Defiance of Destiny est un épisode très important pour la licence : il est celui qui peut attirer beaucoup de nouveaux venus, en plus des amoureux de la série. Sa disponibilité sur Nintendo Switch, sa traduction française soignée, quelques mécaniques qui vont vers une simplification : la licence tente d’ouvrir son univers. Mais attention, cela ne signifie surtout pas que Nippon Ichi Software simplifie sa recette. Ce n’est pas du tout le cas : le titre reste très profond, et votre sens tactique sera mis à rude épreuve. Surtout, la durée de vie est gigantesque, titanesque même, surtout si vous visez le 100%. Voilà un immanquable du T-RPG, dude.

16 /20
Articles liés
Test

The Chant - Test - PlayStation 5

4 mn de lecture
The Chant, le survival horror qui sort des sentiers battus Pas mal mis au placard depuis quelques années, le survival horror revient doucement, mais sûrement, d’entre les presque-morts. Resident Evil Village a certes fait le choix de l’action (avec un certain brio), d’autres recherchent un peu plus les sensations d’antan. Malgré ses imperfections, The Callisto Protocol est de ceux là, tout comme Signalis ou Tormented Souls. Derrière ses apparences de jeu un peu « intello », The Chant vient gonfler ces rangs, avec plus de réussite qu’espéré.
Test

MX vs ATV Legends - Test - Playstation 5

3 mn de lecture
MX vs ATV Legends, une relance aussi ambitieuse que maladroite À l’ombre des mastodontes Forza Motorsport et Gran Turismo, on trouve parfois de sacrées surprises. Surtout du côté de la production américaine, dont la culture de la démesure accouche parfois de concepts invraisemblables. Non mais sérieusement, des jeux de NASCAR, de Monster Trucks, c’est quand même quelque chose. Et si nous autres européens sommes peu touchés par ces compétitions,il s’agit de véritables succès vidéoludico-populaires outre-atlantique. Parmi les licences les plus en vue là-bas, MX vs ATV tient une bonne place,…
Test

Yum Yum Cookstar - Test - PlayStation 4

3 mn de lecture
Yum Yum Cookstar : les mêmes et on recommence Alors que Cooking Mama semblait avoir pris sa retraite définitive suite à des soucis de production assez sidérants, la licence revit… mais sans la mascotte bien connue. Celle-ci, l’un des phares du jeu tous publics (ou « casual », comme on le disait à l’époque de la Wii) depuis 2006, laisse sa place à un soft clairement motivé par le besoin de parler à une nouvelle génération de joueurs. Et ce titre, c’est Yum Yum Cookstar. Est-ce vraiment une bonne chose…

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

×
Test

Void Terrarium++ - Test - NIS America - PlayStation 5