Test

Final Fantasy I Pixel Remaster – Test – PC – Square Enix

5 mn de lecture
image jeu final fantasy i pixel remaster jeu
image steam final fantasy i pixel remaster
  • Final Fantasy I Pixel Remaster
  • Disponible sur : PC (Steam), Google Play, App Store
  • Développé par : Square Enix
  • Edité par : Square Enix
  • Sortie le : 28 juillet 2021
  • Genre : J-RPG
  • pegi7

Final Fantasy I Pixel Remaster, une meilleure édition qu’espéré

On se revoit, voilà quelques mois, à regarder fiévreusement le Square Enix Presents de l’E3 2021. Les oreilles de votre humble serviteur avait reçu quelques indiscrétions, nous savions qu’il se passait quelque chose autour des Final Fantasy en 2D. Et effectivement, c’était bien le cas… mais pas forcément comme on s’y attendait. Au-delà d’une annonce peu reluisante, aujourd’hui il est grand temps de vous rendre un verdict plus positif qu’espéré, tout d’abord avec Final Fantasy I Pixel Remaster.

C’est donc par un gros, très gros morceau du jeu vidéo que l’on débute ce tour d’horizon des trois premiers remasters. Et ne croyez pas qu’il faut le prendre par-dessus la jambe du fait du grand âge de FF I ! Certes, Final Fantasy I Pixel Remaster s’inscrit, comme son titre l’indique, dans une volonté (partielle) d’exactitude, mais au-delà du terreau il y a la plante. Ce jeu n’est pas historique pour rien, deux faits le rendent plus que culte. La première, son statut de soft salvateur. En 1987, quand le titre sort au Japon, Square était au bord de la faillite. D’où le « Final » « Final Fantasy », eh oui ! Ensuite, il s’agit du premier vrai grand coup de Hironobu Sakaguchi, concepteur puis producteur dont le talent éclaboussera l’industrie pendant de nombreuses années, avant d’inexorablement (et tristement) s’estomper.

Jouer à Final Fantasy I Pixel Remaster, c’est d’abord sentir tout le poids d’une légende sur ses épaules. Il est nécessaire de respecter non pas le travail sur cette version, qui peut évidemment créer le débat, mais ce qui sert de socle. Cette base est pourtant ultra-rétro, et va sans doute rendre chèvre certains aventuriers du dimanche. Car oui, FF I appartient à une autre époque, celle des J-RPG sans véritables quêtes annexes, au récit approximatif et, surtout, à la difficulté d’un autre temps. Les vrais archéologues, eux, savent où ils mettent les pieds, connaissent le danger que représente le moindre donjon si l’on n’a pas assez assez pratiqué le levelling avant. Mais avant de revenir sur tout ça, voyons de plus près ce qui nous est proposé.

Le récit est secondaire, mais le background très intéressant

image square final fantasy i pixel remaster

Les sous-titres français apportent un sacré confort.

Final Fantasy I Pixel Remaster va contenter les puristes, ceux qui recherchent les même sensations que ce que l’on éprouvait sur Famicom ou Nes. Côté histoire, cela se traduit par une exactitude jusqu’au-boutiste, ou presque : les sous-titres sont disponibles en français. Même si les habitués de l’émulation ne sourcilleront pas, pour les joueurs respectueux c’est une véritable aubaine, que l’on regrettait assez amèrement lors des sorties de Dragon Quest I, DQ II et DQ III. Pas que le récit soit touffu, il est même simpliste, mais ça pourra grandement aider quand un PNJ nous envoie chercher un objet dans un lieu précis. Espérons que les prochains remasters de Square Enix aient tous droit à ce genre de traitement, on se souvient d’ailleurs de l’effet positif que cela a eu sur Legend of Mana.

L’histoire, donc, se fait jusqu’au-boutiste dans sa fidélité au jeu d’origine. Il est toujours question d’un cheminement assez basique, mais d’un backgroud pas si inintéressant, d’ailleurs bientôt complété par Stranger of Paradise : Final Fantasy Origin. L’action se déroule dans un monde couvert en partie de trois continents, et ayant subi une sorte d’apocalypse. En effet, les cristaux du feu, de la terre, de l’eau et du vent, très importants pour l’équilibre des éléments, ont noirci, provoquant des catastrophes en chaine. Et c’est dans ce marasme qu’un groupe d’aventuriers, les quatre guerriers de la Lumière, va partir dans une quête non pas d’apprentissage, pour une fois dans le J-RPG, mais salvatrice. Et pour sauver le monde, il va falloir aller tuer l’ignoble Chaos. Oui, la situation est plus sombre que ce que l’on peut imaginer, et cela va sûrement surprendre agréablement.

Final Fantasy I mise tout sur les combats

image square enix final fantasy i pixel master

Les combats aléatoires ont une fréquence très élevée.

Soyons clairs : Final Fantasy I Pixel Remaster s’appuie sur un jeu qui ne mise pas à fond sur son histoire. Côté narration, c’est le minimum syndical, et l’on ne pouvait pas attendre mieux d’un soft Famicom. On accepte donc, puisque c’est l’angle de ce remaster, et l’on se rend vite compte que c’est bénéfique pour une autre partie de l’expérience : le gameplay. On est assez interloqué tant sa qualité était presque oubliée. Pour un jeu très rétro, s’entend. Les combats sont basiques, pas si éloignés de ce que propose Dragon Quest. Par contre, la présence de classes est beaucoup plus étonnante, et apporte une certaine profondeur à l’expérience. Il va donc falloir en choisir une par personnage (sans retour en arrière possible), et ce parmi six : guerrier, voleur, moine, mage noir, mage blanc et mage rouge. Chacune a droit à une évolution, qui va lui permettre de couvrir de plus grandes compétences. Par exemple, le guerrier deviendra un paladin capable non seulement de faire très mal, mais aussi de balancer des magies blanches.

Les magies, justement, sont gérées un peu différemment que dans les opus plus récents. Pas de MP donc, mais un nombre d’utilisation qui grandit selon le niveau. Oui, en fait c’est bonnet blanc et blanc bonnet, mais la mécanique se fait un peu moins lisible. Et vous allez en avoir besoin, de vos sorts, mais aussi de vos armes et armures durement acquises (ce qu’elles sont chères !). Car Final Fantasy I Pixel Remaster n’a touché ni à la difficulté des combats, ni à leur fréquence. Et croyez votre humble serviteur : il va falloir croiser le fer, beaucoup. Beaucoup, beaucoup. Clairement, Hironobu Sakaguchi et son équipe ont voulu titiller le skill des joueurs, mais aussi rendre l’aventure plus longue que ce qu’elle n’est réellement. Du coup, beaucoup de phases de levelling certes, mais aussi du farm de monnaie afin de toujours avoir tous les consommables possiblement achetables dans la besace. On insiste sur ce point : ne vous aventurez pas dans un donjon sans des tonnes d’éthers et autres potions. Sinon, c’est l’échec quasi assuré.

Une mini-carte salvatrice, et l’OST réarrangée se révèle divine !

image gameplay final fantasy i pixel remaster

La mini-carte, ça change la vie !

Ah, et on ne vous a pas dit : seulement une sauvegarde rapide dans les donjons, sinon il faut les faire d’une traite. Même les magies doivent être achetées, et elles coûtent une blinde, un pognon de digue ! Voilà, on arrive à l’un de nos regrets. Le challenge est usant. Si Final Fantasy I Pixel Remaster n’est pas non plus Sekiro : Shadows Die Twice, il faut réellement se préparer avant de changer de zone. Et Square Enix a choisi de ne pas importer le mode Facile apparu sur l’excellente (mais aujourd’hui introuvable) version Game Boy Advance. Dommage et, d’ailleurs, le regret s’étend un peu plus. La durée de vie est plutôt très bonne pour un titre de 1987, seulement on ne peut oublier les ajouts de l’édition GBA, qui s’offraient à nous avec le post-end. Nulle trace ici, et c’est bien dommage. Surtout qu’on a bien droit au bestiaire, et même à un petit musée avec des artworks et les musiques.

Mais ne soyons pas trop mauvaise langue car, contrairement à ce qui était pressenti, Final Fantasy I Pixel Remaster apporte tout de même de belles choses, qui le rendent très sympathique. Tout d’abord, on ne peut qu’applaudir la toute nouvelle mini-carte bien fondue dans l’ATH. C’est un véritable apport positif, surtout dans ces satanées grottes parfois labyrinthiques. Aussi, on découvre des options afin d’automatiser les combats, et les menus sont plus ergonomiques qu’auparavant. La technique vient aussi gonfler ces bons retours, entre fidélité et propreté. On a parfois un peu l’impression que certains éléments sortent d’une base de donnée RPG Maker, mais c’est tout de même plus mignon. Surtout que l’on compte quelques effets de lumière lors de l’animation des magies. Et les sprites des personnages ont gagné en charisme. Enfin, la bande originale se révèle tout simplement sublime, toute réarrangée et épique à souhait.

Conclusion

Final Fantasy I Pixel Remaster annonce son voyage dès le titre. Il ne faut pas y chercher un remake, mais une édition à la fois très fidèle au jeu de 1987, et corrigés sur des points stratégiques. Le résultat se fait très convaincant, pour les vrais archéologues du jeu vidéo. Le scénario n’a donc rien de folichon, même si le background est plus important que ce qu’on pouvait penser, et les combats aléatoires peuvent donner quelque cheveux blancs de par leur fréquence. Aussi, on aurait apprécié voir quelques ajouts de la version GBA faire le trajet vers cette édition, mais ce n’est pas le cas. Cependant, Square Enix a tout de même gâté les joueurs avec une OST réarrangée absolument magistrale, un bestiaire tout de même présent, un visuel tout de même bien rehaussé, une mini-carte hyper précieuse, et des sous-titres français on ne peut plus appréciables. Bon, on va le dire : il ne manque plus qu’une sortie sur console et l’on sera totalement comblé.

15 /20
Articles liés
Test

Dolmen - Test - PlayStation 5

6 mn de lecture
Dolmen, une vieille pierre oui, mais avec de bonnes idées Quand la très précieuse boîte de distribution Koch Media a annoncé son nouveau label d’édition Prime Matter, j’ai notamment tilté sur l’annonce du mystérieux Dolmen. Ce jeu développé par le studio brésilien Massive Work posait des bases conceptuelles solides : du Souls-like baigné d’ambiance très typée Dead Space, l’un de mes survival horror préférés. Seulement voilà, le genre né avec Demon’s Souls a récemment connu une véritable révolution : le titanesque Elden Ring, dont je me remets tout doucement. Et…
Test

Endzone : A World Apart Survivor Edition - Test - PlayStation 5

4 mn de lecture
Endzone : A World Apart, gestion et post-apo font bon ménage Gnaaaa gna gna gna gna, everlasting love ! Bon, voilà, on exorcise de suite cette envie de vanne autour des Worlds Apart, le roi des boys band faut-il le rappeler. Surtout que le jeu dont je m’apprête à vous parler, Endzone : A World Apart – Survivor Edition, n’est pas aussi joyeux qu’un Nathan dansant avec la chemise ouverte sur fond d’Eurodance bas de gamme. Ici, c’est plutôt de la grosse gestion dans un monde post-apocalyptique qui vous attend,…
Test

Prinny Presents NIS Classics Volume 2 - Test - Nintendo Switch

6 mn de lecture
Prinny Presents NIS Classics Volume 2 embarque deux petites pépites Un an après la sortie d’un premier volume, NIS America continue son précieux travail de préservation du jeu vidéo avec la parution de Prinny Presents NIS Classics Volume 2. Si vous appréciez les jeux japonais, vous connaissez obligatoirement Nippon Ichi Software, l’un des studios nippons les plus importants, que ce soit pour leurs softs développés en interne (je pense de suite à la licence Disgaea), ou pour leur énorme activité d’édition. Oui, c’est grâce à leur branche qu’on a pu…

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.